International
Terrorisme

La police arrête 23 suspects après l'attentat de Peshawar

Attaque terroriste au Pakistan, la police impliquée? Ce que l'on sait

Image
Image: sda
La police arrête 23 suspects après l'attentat de Peshawar. Ce dernier à fait 101 morts lundi dans une mosquée.
01.02.2023, 17:1301.02.2023, 18:31
Plus de «International»

La police pakistanaise a arrêté 23 suspects dans le cadre de l'enquête sur l'attentat qui a fait 101 morts lundi dans une mosquée au sein du quartier général de la police de Peshawar, a indiqué mercredi à l'Agence France-presse (AFP) un responsable de la police qui a requis l'anonymat.

La police explore également la possibilité que des personnes se trouvant à l'intérieur du périmètre du quartier général aient pu aider à coordonner l'attaque, a ajouté ce responsable de la police de la province du Khyber Pakhtunkhwa, dont Peshawar est la capitale:

«Nous avons arrêté des gens du quartier général de la police pour creuser la question de savoir comment le matériel explosif a pu être introduit à l'intérieur et si des policiers ont été impliqués dans l'attaque.»

«L'auteur (de l'attentat) et les facilitateurs peuvent avoir eu des liens à l'extérieur du Pakistan», selon le responsable.

Faille majeure dans la sécurité?

Parmi les 23 personnes interpellées, certaines sont de Peshawar et d'autres des anciennes zones tribales frontalières de l'Afghanistan, situées dans la région de Peshawar.

La police enquête sur la question de savoir comment une faille majeure dans la sécurité a pu se produire dans l'un des complexes les plus strictement surveillés de la ville, le quartier général de la police abritant notamment les services de renseignement et de contre-terrorisme.

Les attaques menées par des insurgés contre des patrouilles, des barrages ou des postes de police ont augmenté à Peshawar, située à une cinquantaine de kilomètres de la frontière avec l'Afghanistan, et dans les anciennes zones tribales aux alentours, depuis le retour des talibans au pouvoir à Kaboul en août 2021.

Rares attentats de grande ampleur

Elles sont revendiquées principalement par les talibans pakistanais ainsi que par les cellules locales de l'Etat islamique, mais les attentats de grande ampleur faisant de nombreuses victimes sont rares.

Moazzam Jah Ansari, chef de la police de la province de Khyber Pakhtunkhwa, a déclaré mardi à la presse qu'un kamikaze avait réussi à pénétrer dans la mosquée en tant qu'invité, portant sur lui 10 à 12 kg d'explosifs en petits morceaux.

Selon lui, une organisation d'insurgés affiliée aux talibans pakistanais pourrait être derrière cet attentat. (jah/ats)

Des Pakistanais en colère brûlent le drapeau suisse
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Rongée par des haines, la gauche française doit sauver sa peau
C'est avec l'obligation de surmonter ses divisions et haines internes que la gauche française se lance à l'assaut de l'Assemblée nationale et de l'extrême droite RN. Raphaël Glucksmann veut dicter ses conditions à La France insoumise.

C’est sous les cris de «ne nous trahissez pas!» d’une jeunesse rassemblée contre l’extrême droite lundi tard dans la soirée à Paris, que les quatre partis de gauche qui siégeaient il y a peu encore à l’Assemblée nationale ont annoncé un accord électoral. Selon lequel chacune des formations contractantes – Insoumis, socialistes, écologistes et communistes – s’engage à ne présenter qu’un candidat commun par circonscription aux législatives anticipées des 30 juin et 7 juillet.

L’article