DE | FR

La perfide stratégie de Poutine à Kherson révèle les plans russes en Ukraine

Dans la ville côtière ukrainienne, on voit ce que la Russie a l'intention de faire des territoires occupés et que la résistance obstinée paie.
27.04.2022, 18:57
Stefan Schocher / ch media

C'est ce mercredi que le peuple de Kherson doit faire connaître sa volonté: les habitants de cette ville du sud de l'Ukraine, occupée par les troupes russes depuis le 2 mars, doivent se prononcer, lors d'un référendum dirigé par Moscou. Le but visé par le Kremlin? Créer une république populaire appartenant à la Russie, sur le modèle de Louhansk et de Donetsk.

Presque aucun des 290 000 habitants ne le veut. Mais les Russes n'ont que faire de la volonté populaire: il s'agit, pour Moscou, de faire un exemple de la ville qui se défend encore fermement. On commence à comprendre ce que la Russie a exactement l'intention de faire avec l'Ukraine occupée.

Petit retour en arrière: contrairement à l'offensive russe dans le nord, où les Russes ont contourné les villes, les militaires de Poutine sont venus à Kherson pour y rester. La ville est d'une importance capitale pour leur campagne: sans Kherson, pas de pont terrestre vers la Crimée; sans Kherson, pas d'approvisionnement en eau assuré pour la Crimée; et sans Kherson, surtout, pas d'offensive sur Odessa.

Des enseignants envoyés dans des camps en Crimée

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a lui-même décrit la ville du sud de l'Ukraine comme l'un des lieux où cette guerre sera finalement décisive. Et enfin, le dirigeant ukrainien a déclaré:

«Si les forces d'occupation russes devaient organiser un référendum, cela signifierait la fin des discussions avec la Russie»

C'est précisément ce qui devrait se produire ce mercredi. Le prétendu référendum est la prochaine étape du plan russe visant à contrôler durablement la région contre toutes résistances. Il s'agirait de l'étape finale de la mise en place par la Russie d'un régime de peur absolue:

  • Dans un premier temps, la ville a été occupée.
  • Les administrations ont été remplacées.
  • Des journalistes, des prêtres et des militants ont été arrêtés.
  • Des maires ont été interrogés.
  • Des enseignants et des professeurs d'université ont été retirés de leur poste.

Comme l'a récemment déclaré le dirigeant de la Crimée contrôlée par la Russie, Serhiy Aksyonov, les éducateurs et les professeurs doivent être rééduqués dans des camps en Crimée. Selon des sources ukrainiennes, les cours seront désormais dispensés en russe dans les écoles.

De nombreuses personnes ont disparu: des activistes, des politiciens, des jeunes femmes. Lyudmila Brankevych (nom modifié), qui travaille comme bénévole à l'extérieur de Kherson, connaît plusieurs cas de ce genre. Personne ne sait si les femmes disparues sont encore en vie, dit-elle. Mais on sait les horreurs qu’elles subiront probablement dès qu'elles tomberont entre les mains des occupants.

Les Russes veulent recruter les Ukrainiens de force

Lyudmila Brankevych fournit aux militaires ukrainiens de la nourriture, des sacs de couchage ou tout autre matériel, coordonne l'aide, s'occupe des réfugiés qui ont réussi à sortir. Les couloirs humanitaires n'existent toujours pas ici – malgré des négociations intensives.

«L'armée russe ne veut laisser partir personne»
Lyudmila Brankevych

Et si des gens parviennent à sortir, ce sont uniquement les femmes. On leur dit: «Fuyez donc, les hommes, nous les recruterons de force et vous les enverrons après».

Le Renseignement militaire ukrainien a également fait part de l'existence de tels projets, à savoir l'enrôlement d'hommes ukrainiens dans les forces armées russes. Mais selon Lyudmila Brankevych, cela ne s'est pas encore produit. Il est, toutefois, probable que l'armée russe ait d'ores et déjà fait appel à des civils pour toutes sortes de travaux auxiliaires.

Cette famille a quitté la ville de Kherson juste à temps.
Cette famille a quitté la ville de Kherson juste à temps.Image: watson

Mais l'esprit de résistance des habitants de Kherson est toujours aussi vif. Ce week-end encore, de grandes manifestations ont eu lieu dans la ville. Les civils non armés sont toujours confrontés à des unités lourdement armées. «Les gens détestent les Russes», dit Lyudmila Brankevych.

La résistance est efficace, au moins quelquefois

Et la haine se déchaîne régulièrement dans des tentatives de reconquête au moins temporairement réussies, par exemple à l'aéroport local. Il existe une série d'indices montrant que les troupes russes sont nerveuses: Lyudmila Brankevych rapporte que les occupants russes ont récemment renforcé massivement leurs points de contrôle dans la région. Les liaisons téléphoniques dans et hors de la ville ont également été coupées. Les informations sont donc rares.

Les protestations de la population de Kherson se poursuivent, malgré l'occupation russe.
Les protestations de la population de Kherson se poursuivent, malgré l'occupation russe.Image: Keystone

Et selon les déclarations des personnes qui ont été libérées après avoir été interrogées par les services russes, les questions de ces derniers ne visent qu'une chose: trouver les organisateurs des manifestations qui se poursuivent dans la région.

Mais selon des informations ukrainiennes, l'armée russe rassemble actuellement des forces lourdes dans la région. On soupçonne une offensive prochaine sur Kryvyi Rih. Le régime de peur qui règne à Kherson doit également y être établi.

Les images glaçantes de Marioupol vue du ciel

Plus d'articles récents sur la guerre en Ukraine

Le monde court à la famine et c'est à cause de la guerre en Ukraine

Link zum Artikel

«Pour les Russes, Boutcha était un moyen de montrer qui est le plus fort»

Link zum Artikel

Sanctions contre les Russes: Parmelin accusé de laxisme

Link zum Artikel

«On ne s’en sort pas indemne», le reporter RTS à Boutcha raconte son travail

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Voici les images (sanglantes) de la plus grande réunion de vampires du monde
125 ans après la parution du roman «Dracula», les vampires ont toujours la cote. La preuve: des milliers de participants ont endossé leur cape noire et leurs canines pour une réunion jeudi soir à Whitby, en Angleterre.

Non non, vous ne rêvez pas: ce sont bel et bien 1369 vampires que vous voyez sur cette photo.👇

L’article