ciel couvert
DE | FR
International
Vidéo

Un cheval s'effondre de fatigue à New York

Vidéo: watson
Vidéo

A bout de force, un cheval s'effondre à New York

L'animal s'est écroulé de fatigue dans une rue de Manhattan. La séquence, brutale, relance le débat sur les calèches à New York, dénoncées depuis de nombreuses années par les défenseurs des animaux.
11.08.2022, 11:4711.08.2022, 18:31

La vidéo est difficile à regarder. Un cheval exténué et amaigri s'est effondré sur la 9e Avenue, à Manhattan, ce mercredi 10 août. Dans la séquence, on le voit couché sur l'asphalte tandis que le cocher le frappe à plusieurs reprises sur l'arrière-train en lui ordonnant de se lever. On l'entend dire: «Lève-toi ! Lève-toi! Lève-toi! Allez, lève-toi!»

Selon le New York Post, les passants autour ont réagi: «Et si je te frappais comme ça, mon frère?», «Arrête de le frapper». Le cocher aurait répondu: «J'essaie de le relever, d'accord?», en fouettant le cheval avec les rênes à deux reprises.

L'animal, à bout de force, est resté couché sur le côté pendant que le conducteur retirait son attelage avec l'aide d'un piéton. La police l'a arrosé avec de l'eau et des glaçons pour le rafraîchir alors que New York traverse une vague de chaleur. Hier, le mercure avoisinait les 40°C.

Un témoin a affirmé au journal new-yorkais: «Le cheval a essayé de se relever une dizaine de fois et il continuait à s'effondrer avant que la police ne lui mette de l'adrénaline dans le derrière.»

Les défenseurs de la cause ont déclaré que l'animal était resté évanoui sur la 9e Avenue pendant plus d'une heure sans recevoir de soins vétérinaires. «Combien d'incidents de ce genre faut-il encore? Il s'agit clairement de maltraitance animale et il faut y mettre fin», a déclaré Edita Birnkrant, directrice exécutive de New Yorkers for Clean, Livable, and Safe Streets, dans un communiqué.

Vidéo: watson

Malheureusement, cet incident n'est pas un cas isolé. En mars 2020, une jument s'était effondrée dans Central Park. Là aussi, aucun vétérinaire n'avait été appelé au parc. Le cheval avait été finalement euthanasié et les images avaient créé un tollé sur les réseaux sociaux.

Ces véhicules touristiques sont dénoncés depuis de nombreuses années par les défenseurs des animaux. En 2014, Bill de Blasio, alors maire de New York, avait souhaité l’interdiction des calèches, mais sa proposition n’était pas passée. Un autre projet de loi a été présenté par le conseiller démocrate conservateur Robert Holden en juillet. Il souhaite remplacer les calèches par des voitures électriques d’ici le 1er juin 2024.

«Ces chevaux souffrent depuis des années. Il n'y a rien de romantique à voir un cheval se battre pour sa vie, allongé par terre»
Nathan Semmel, avocat de l'association Voters for Animal Rights

Les cochers sont représentés par le puissant syndicat Transport Workers Union (TWU), qui a déclaré que le cheval était malade. «Nous remercions tout le monde de s'être inquiété de Ryder, l'un des chevaux de calèche bien-aimés de Central Park», a déclaré Tony Utano, président du Transport Workers Union.

Le maire de la ville, Eric Adams, qui a été soutenu par le TWU lors de son élection, a déclaré qu'il n'était pas en faveur d'une interdiction des calèches, mais qu'il était ouvert à la discussion.

A New York, il faut payer pour son chien dans le métro à moins qu'il tienne dans un sac, du coup...

1 / 14
Les chiens dans le métro de New York
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Il mange 63 hot-dogs en 10 minutes et tabasse un manifestant

Vidéo: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Assaut du Capitole: deux accusés reconnus coupables de sédition
Suite à l'attaque du Capitole, 900 personnes ont été arrêtées et une centaine a écopé de peines de prison, notamment les auteurs de violences contre les policiers.

Le fondateur des Oath Keepers, Stewart Rhodes, et un autre membre de cette milice d'extrême droite, sont devenus mardi les premiers participants à l'assaut du Capitole à Washington à être reconnus coupables de «sédition». Ils encourent 20 ans de prison.

L’article