Société
Témoignage watson

Suisse: «Je travaille, mais j'ai besoin des aides sociales»

femme qui s'inquiète devant les factures
Image: Shutterstock
Témoignage watson

«Je travaille, mais sans les aides sociales je ne m'en sortirais pas»

La ville de Lausanne a lancé une campagne pour encourager la population éligible aux prestations sociales à faire valoir ses droits. Pourquoi les personnes qui pourraient en bénéficier ne le demandent pas? Témoignage.
20.05.2023, 08:0120.05.2023, 18:58
Suivez-moi
Plus de «Société»

La ville de Lausanne a lancé le 26 avril dernier une campagne contre le non-recours aux prestations sociales. Elle explique que «trop souvent les personnes ignorent qu'elles ont droit à des aides ou qu'elles ne se sentent pas légitimes de les demander». Ainsi, pour y remédier et éviter les cas de surendettement et de précarité, Lausanne encourage la population à se rendre auprès des bureaux de son service social. Mais comment expliquer que les personnes dans des situations financières difficiles ne demandent pas l'aide sociale? watson s'est entretenu avec une bénéficiaire qui nous retrace son parcours et les difficultés qu'elle a rencontrées dans ses démarches.

Christelle est Suisse, elle a la quarantaine, célibataire, maman de deux garçons et un boulot payé à 60%. Elle bénéficie des prestations sociales depuis six ans et nous raconte comment elle a passé cette période de grande détresse financière, mais aussi psychologique.

Situation actuelle et aides pour les familles

Bonjour Christelle, tout d'abord merci d'avoir accepté de répondre à nos questions, comment allez-vous?
Ça va, je suis contente de parler de ma situation de manière anonyme, car elle ce n'est jamais simple à raconter, mais mon témoignage sera peut-être utile à d'autres personnes.

Et financièrement, vous tournez?
Je dirai que ça va. Je m'en sors assez bien. Je ne compte plus les petits sous et je suis moins stressée quand je vais dans les magasins pour acheter à manger. De plus, j'ai aussi appris à vivre avec pas grand-chose et j'ai des amis bienveillants qui m'avancent parfois de l'argent. Je peux compter sur eux en cas de coup dur, mais ça va, je ne me plains pas.

Vous avez un emploi, vous êtes mère de famille et célibataire, est-ce que vous pouvez vivre sans les prestations sociales?
Non. Clairement pas.

Comment expliquer cette situation?
Alors déjà, je voulais dire que j'adore mon travail, il a du sens et je me sens utile. Je travaille dans le social en tant qu'assistante socio-éducative. Je suis payée à 60%, mais je travaille tous les jours quelques heures, pour accompagner des enfants ayant des besoins particuliers.

«Mon salaire ne me permet pas de payer tous mes frais et sans les prestations sociales, je ne m'en sortirai pas»

Justement, à combien se montent ces prestations et en quoi consistent-elles?
Je bénéficie des Prestations complémentaires familles, ce qu'on appelle les PC familles. On me verse 1000 francs par mois pour mon loyer, mes charges et la nourriture. Les PC familles paient aussi les frais médicaux et les frais de dentiste, ce qui soulage beaucoup mes finances. J'ai aussi des subsides à l'assurance maladie, cela représente au moins la moitié de nos primes à moi et mon jeune fils. Ah oui, les PC familles me remboursent aussi les frais de crèche.

«Mon salaire est de 2900 francs par mois et grâce aux PC familles, j'ai un loyer de 1700 francs. Sans ces aides, je ne m'en sortirai pas»
Qu'est-ce que les PC familles?
Les prestations complémentaires cantonales pour familles (PC Familles) s'adressent aux familles avec enfants de moins de 16 ans qui travaillent et qui n'arrivent pas à couvrir les besoins essentiels de leur ménage. Chaque canton a ses critères d'attribution.

Racontez-moi comment vous avez fait appel aux prestations sociales.
Je voudrais d'abord dire à celles et ceux qui nous liront que si je pouvais revenir en arrière, je ferais autrement en demandant les aides plus tôt.

«Mon principal regret est de ne pas avoir demandé de l'aide plus tôt»

J'étais dans une situation très compliquée avec des dettes, des poursuites et une grande détresse psychologique. J'étais au bout du rouleau et je me suis dit que cela ne pouvait plus durer. J'ai fait la connaissance d'une personne qui travaillait pour les services sociaux, qui est devenue aujourd'hui une amie et qui m'a énormément aidé dans mes démarches.

Vous voulez savoir si vous avez droit aux prestations sociales?
Le site jestime.ch, projet de la HES SO permet de faire une évaluation anonyme de vos droits aux prestations sociales. Lancé en 2021, ce site souhaite combler le manque d'informations sur ce sujet. En effet, selon la HES SO, 25% des personnes ayant droit aux prestations ne le demandent pas et s'exposent parfois à la précarité. Pour avoir une évaluation en quelques minutes, il faut avoir sa déclaration d'impôts et ses revenus et renseigner son nom et prénom ainsi que son code postal.

Les raisons du non-recours

Alors, pourquoi avoir attendu pour demander ces prestations?
J'ai beaucoup pensé aux raisons qui ont freiné mes démarches.

«Je crois que je ne me sentais pas légitime à demander de l'aide, car je travaillais et que je pensais que je n'aurais pas de droits aux aides»

Mais ce qui m'a le plus marqué, ce sont les refus ou les malentendus lors des entretiens aux bureaux des aides sociales.

Vous vous souvenez d'une situation précise?
Oui. J'avais échoué de manière définitive aux examens de ma filière universitaire, j'avais un enfant à charge et je suis allée «au social» comme on dit. La femme au guichet m'a dit: «Madame, vous avez fait des études, vous êtes Suisse et vous parlez français, vous n'allez rien avoir au social, trouvez-vous un travail», elle avait raison, je devais me débrouiller seule et trouver un emploi, ce que j'ai fait. Mais c'était à l'époque la seule chose qu'on m'ait dite sur les prestations sociales et je ne me doutais pas que je pouvais en bénéficier avec mon bas salaire.

«J'avais l'impression de me faire rembarrer à chaque fois que je faisais une demande»

C'était une impression ou une réalité?
Les deux. On vous dit que vous ne pouvez pas avoir d'aides, ce qui est un fait.

«Mais après un refus, vous pensez aussi que ça ne vaut pas la peine d'y retourner»

Je ne pensais pas qu'il pouvait y avoir d'autres solutions ou d'autres formes de prestations sociales.

Vous diriez que vous avez eu peur de demander?
Je ne sais pas si c'est de la peur, mais j'étais mal à l'aise. J'ai toujours travaillé et je me disais qu'il y avait pire que moi. Je me disais que je n'étais pas à la rue, que ça allait s'arranger. Je ne me sentais pas légitime à demander ces prestations.

Education financière et dédale administratif

Avec le recul, pensez-vous avoir appris de cette situation?
Oui, complètement. Je dois dire que lorsque j'étais étudiante, je ne connaissais rien aux impôts, à la gestion de budget et toutes les choses ayant trait à l'argent. Je me dis qu'il faudrait vraiment informer les personnes à ce sujet. J'ai bénéficié d'un accompagnement par le Centre social protestant pour faire mon budget et une bénévole m'a donné d'excellents conseils pour économiser, comme changer mon abonnement de natel ou mettre de côté pour des dépenses imprévues.

«Tout ça paraît simple pour certaines personnes, mais franchement, quand vous êtes submergée par les factures, il faut demander de l'aide»

On peut toujours demander un ajournement de paiement ou payer petit à petit.

Pour les aides sociales, c'est la même chose, il faut être bien accompagné, heureusement que mon amie travaillait dans le domaine. Elle a pu me donner des informations, des bureaux à contacter, des liens pour trouver les bons formulaires. Il faut dire que le côté administratif est aussi pesant, on doit trouver le bon formulaire et remplir correctement la demande et avoir tous les documents qu'ils demandent.

Ayant fait des études supérieures et parlant français, vous avez quand même éprouvé des difficultés à remplir les demandes, pourquoi?
Je dirai que je ne savais pas du tout comment cela fonctionnait. Lorsque j'étais en couple, c'était mon conjoint qui s'occupait de l'administratif et je ne me souciais pas du tout de cela.

«Quand vous êtes seule et que vous devez faire ces démarches, le moindre document manquant peut vous stopper dans votre élan»

C'est aussi ce qui m'est arrivé et vous avez aussi tendance à abandonner rapidement si vous ne vous sentez pas légitime.

Quand vous en parlez, on ressent le stress que vous avez vécu durant cette époque, vous allez mieux aujourd'hui?
Oui. Je me sens tellement soulagée d'avoir fait les démarches, car cette situation a duré trop longtemps. Maintenant, je suis dans le système pour bénéficier des prestations et tout suit son cours. J'ai eu vraiment l'impression qu'un énorme poids retombait de mes épaules, je me suis dit que les choses allaient s'arranger désormais.

Promouvoir l'aide sociale, vraiment?
Emilie Moeschler conseillère municipale en charge de la cohésion sociale à Lausanne explique que cette campagne veut encourager les personnes qui en ont besoin à demander de l’aide et déstigmatiser celles qui font appel aux prestations sociales. Ces questions de non-recours aux aides sociales «préoccupent le canton et la plupart des villes suisses», elle ajoute: «Quand on voit des distributions alimentaires très sollicitées et qu'on s'aperçoit que bon nombre de personnes auraient droit à des aides, mais ne l'ont pas demandé, c'est la preuve que c'est un enjeu majeur».



Pourquoi la dépression est-elle encore taboue?
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Zuckerberg entraîne son IA avec vos données: voici comment l'en empêcher
Mark Zuckerberg fait entraîner son intelligence artificielle, «Meta AI», avec les publications partagées sur Instagram et Facebook. Cependant, en tant qu'utilisateur, on n'est pas obligé de l'accepter. Du moins en Europe.

Que vous publiiez des photos de vos aventures de vacances sur Instagram ou que vous commentiez la politique sur Facebook, le groupe Meta utilise vos publications pour entraîner son intelligence artificielle générative.

L’article