DE | FR
Image: fxp-fr-sda-rtp

Les enjeux du retour d'Egan Bernal, cycliste miraculé

Grièvement blessé dans un accident en janvier, le Colombien est revenu à la compétition mardi au Tour du Danemark. Certains craignent qu'il ne fasse comme Chris Froome et ne retrouve jamais son niveau d'antan.
17.08.2022, 11:4817.08.2022, 11:58
Suivez-moi

La saison est déjà bien entamée, elle touche même à sa fin. Les exploits de Vingegaard et Pogacar ou encore Van Aert ont électrisé le milieu du cyclisme. A des kilomètres, tant physiquement que psychologiquement, dans sa Colombie natale, Egan Bernal, le leader des Ineos Grenadiers, s'est retapé jour après jour pour retrouver la tension des pelotons.

Il y a huit mois, alors à Bogota pour parfaire sa condition, le prodige colombien s'est encastré contre un bus à 60 km/h, frôlant la mort. La violence du choc lui a laissé un corps en morceaux: fracture du fémur, fracture d’une rotule, il est ressorti également avec un pneumothorax et une colonne vertébrale meurtrie; il a même perdu deux litres et demi de sang dans l'affaire.

Les images du drame

Son grave accident a rapidement semé l'effroi dans les sphères cyclistes. On ne parle plus d'une saison tronquée, mais d'une hypothétique fin de carrière. «J'avais 95% de chance de finir paraplégique et perdre la vie», écrivait Bernal sur Instagram.

Sept mois plus tard, le voici de retour sur les routes. Il a pris mardi 16 août le départ du Tour du Danemark.

Même rengaine que pour Froome?

Cet accident ressemble à s'y méprendre à la mésaventure de Chris Froome: une sortie en vélo de chrono, une grosse cabriole et des blessures à la pelle.

Depuis le 12 juin 2019 et cette chute durant la reconnaissance d'une étape du Dauphiné libéré, le quadruple vainqueur de la Grande Boucle n'a jamais réussi à retrouver son niveau, malgré son abnégation et sa passion du vélo - on notera une onzième place sur la Mercan'Tour fin mai de cette année comme seule performance notable.

A ce jour, Froome est devenu un coureur «anonyme» des pelotons, traînant son spleen dans les grupettos. La chute, en 2019, du quadruple vainqueur du Tour a stoppé net les désirs de quintuplé du Britannique, alors que 2019 rime avec victoire pour Egan Bernal sur les Champs. Une passation de pouvoir qui n'est que coïncidence. Entre succès de prestige, équipe et accident grave, les destins de Froome et Bernal se suivent étrangement.

La menace Roglic?

Froome est à la peine, il n'a plus un statut de leader chez Israel-Premier Tech. Quid de Bernal? Sera-t-il sur la même pente que l'ancien chef de fil de l'armada Sky? Son retour est un enjeu à lui seul. Bernal est une énigme et Ineos Grenadiers se gratte la tête.

Le Slovène chez Ineos Grenadiers? Probable. Roglic a encore soif de victoire.
Le Slovène chez Ineos Grenadiers? Probable. Roglic a encore soif de victoire. Image: sda

Si le retour au premier plan du prodige colombien sera semé d'embûches, son équipe est au carrefour des interrogations: Richard Carapaz est annoncé l'année prochaine dans les rangs d'EF Education-EasyPost, Daniel Martinez serait attendu chez Movistar, Geraint Thomas est vieillissant et Adam Yates est à la peine. Egan Bernal est donc appelé à être seul leader du collectif britannique en 2023.

Sauf qu'Ineos Grenadiers n'est pas du genre à miser sur un seul bonhomme. Le boss Dave Brailsford a besoin de recruter un autre grand leader. Et les bruits de couloir sont de plus en plus insistants sur la venue d'un gros poisson: Primoz Roglic. Le Slovène pourrait quitter le giron Jumbo-Visma, puisque son statut de leader aurait pris un coup après son Tour de France décevant.

Mentalement, est-il prêt?

Il faudra que Bernal, premier Colombien vainqueur du Tour de France, fasse vite pour (re)devenir compétitif. Puisque l'équipe au plus gros budget du peloton professionnel ne va pas l'attendre indéfiniment. Le meilleur exemple nous vient de Patrice Lefevere, impatient notoire, qui n'a pas mâché ses mots à l'encontre de son poulain Julian Alaphilippe après sa terrible boîte sur Liège-Bastogne-Liège en avril. «Je ne le paie pas pour qu'il prépare les championnats du monde», a prévenu le célèbre homme fort de la Quick-Step Alpha Vinyl.

Egan Bernal, mardi, tout sourire lors du Tour du Danemark.
Egan Bernal, mardi, tout sourire lors du Tour du Danemark.Image: sda

Dans le cyclisme et dans le sport en général, les séquelles psychologiques n'ont pas leur place. Des résultats ou rien. La simple mise en garde de Lefevere concernant Julian Alaphilippe pourrait être un indice sur l'impatience qui pourrait s'emparer de la direction des Ineos Grenadiers. Bernal aura-t-il la tête pour venir frotter, la force pour régater? Retrouvera-t-il de sa hargne après une telle cabriole?

Son directeur sportif, Gabriel Rasch, a jugé son retour impressionnant. «Egan ne s'est pas plaint. Il n'a pas été négatif», a-t-il dit à l'agence danoise Ritzau. Le Colombien, avant les premiers coups de pédale, souhaitait «faire la course en toute sécurité et en profiter autant que possible». On serait tenté de dire que l'enjeu crucial serait de surmonter le traumatisme avant de penser à son rôle de leader.

En voiture, à vélo, à pied... vous avez sûrement vécu l'une de ces situations

Video: watson

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Fifa 23» sort aujourd'hui: 5 nouveautés à connaître
La longue attente est désormais terminée: Fifa 23 est disponible dès ce vendredi et avec, quelques changements. Combien coûte-t-il, où peut-il être acheté et quelles sont ces nouveautés? Résumé.

De nombreux fans de football l'ont attendu avec impatience, ce vendredi 30 septembre, sort l'un des jeux les plus populaires, Fifa 23. Il s'agit du 30e volet de la célèbre série de jeux vidéo de football – et du dernier à porter ce nom. En effet, le fabricant Electronic arts (EA) et la Fédération internationale de football association (Fifa) étant en désaccord, «Fifa» s'appellera «EA Sports FC» dès 2024.

L’article