DE | FR

Ce marathonien a traversé le Mexique en 4 mois et a changé 18 fois de baskets

Germán Silva a dû recevoir plein de kudos sur Strava.
22.02.2022, 11:5823.02.2022, 18:57

Alors que certains se sont inscrits au semi-marathon de Lausanne en se demandant s'ils allaient finir les 21 kilomètres en moins de deux heures, Germán Silva, lui, a virevolté à travers son Mexique natal en moins de quatre mois, soit environ 5000 kilomètres. Ça calme.

Le double vainqueur du marathon de New York en 1994 et 1995 est parti de Tijuana au nord-ouest pour finir à Tulum au sud-est. Ça fait environ 50 kilomètres par jour et 18 paires de baskets usées.

Pour rappel, Germán Silva est le roi du marathon de New York

Il a marqué le marathon de New York en 1994 en se trompant de chemin à moins de deux kilomètres de l'arrivée. Alors qu'il était au coude-à-coude avec Benjamin Paredes, il tourne à droite. Son concurrent continue tout droit, comme le parcours le prévoit. Mais le Mexicain réalisant son erreur, revient sur ses pas, le rattrape et gagne. Une prouesse.

L'homme de 54 ans s'est rafraîchi dimanche dans les Caraïbes. «Je crois que le corps humain est conçu pour courir et surmonter n'importe quel défi physique», a-t-il écrit sur Instagram. Pourtant, d'après le reportage du journaliste Kevin Sieff pour le Washington Post, ses ongles d'orteils tombaient, son mollet gauche lui faisait mal ainsi que son ischio-jambier droit. Le journaliste a suivi le coureur dans son périple. Il écrit que le régime de Germán Silva se composait principalement de cacao, de maïs moulu et d'eau minérale.

L'objectif du coureur était de donner une autre image du Mexique en s'éloignant «de la caricature narcos-tequila-et-plages du pays» et de révéler certaines des régions du pays moins cotées. «Courir avec Silva sur un sentier sinueux dans la Sierra Gorda a été une révélation, écrit Kevin Sieff. Quelqu'un d'autre savait-il que ces sentiers existaient? Son projet a soudainement pris un peu plus de sens.»

Le marathonien a également traversé une poignée d'États où les cartels se battent pour leur influence. Il a dû s'arrêter à des postes de contrôle tenus par des hommes armés. A Durango, des membres du cartel ont fait irruption dans l'hôtel où il se trouvait avec son équipe, armes en bandoulière.

Même si l'accueil devait être peu chaleureux, les hommes du cartel l'ont laissé continuer. Dans plusieurs cas, ils ont communiqué par radio avec d'autres postes de contrôle, disant à leurs camarades de s'attendre à ce qu'un coureur entre sur leur territoire. Parfois, Germán Silva distribuait des maillots de coureur à leurs enfants.

L'athlète a été accueilli à Tulum par de nombreux fans et un chaman (forcément) qui a célébré une cérémonie maya pour le coureur.

En parlant de Tulum👇

Vidéo: watson

Le marathon de New York 2021, en images 👇

1 / 12
Le marathon de New York, en images
source: keystone
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Plus d'articles sur le sport

«Un jour héros national, un jour évadé fiscal.» Ainsi fut Tsonga

Link zum Artikel

«La Suisse championne du monde? C'est l'année ou jamais!»

Link zum Artikel

Le vélodrome de Granges est taillé pour les records de l'heure

Link zum Artikel

Wawrinka: «Je sais que je retrouverai mon niveau, j'en suis sûr!»

Link zum Artikel

«C'est une faute grave de Servette d'avoir aligné Omeragic à Sion»

Link zum Artikel

Voici notre onze idéal en Super League (et il y a deux Servettiens)

Link zum Artikel

Mbappé a-t-il eu raison? L'aimez-vous encore? Dites-nous tout!

Link zum Artikel

Stan Wawrinka avant Roland-Garros: «J'ai une vision à très long terme»

Link zum Artikel

«J'ai un rencard Tinder»: les pires excuses entendues pour rater le foot

Link zum Artikel

Nicola Spirig veut battre un record et fait grincer les puristes

Link zum Artikel

Le football suisse a encore inventé une formule hallucinogène

Link zum Artikel

Qui est le meilleur de tous les temps? Un savant fou a trouvé

Link zum Artikel

Andres Ambühl, le paysan grison devenu une légende du hockey suisse

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Un jour héros national, un jour évadé fiscal.» Ainsi fut Tsonga
«Le grand Jo» a disputé son dernier match de tennis, mardi, après vingt années à envoyer des pains dans tous les coins et à en recevoir en retour. Il restera une sorte d’exception française, capable (coupable?) d’une ambition démesurée.

Quand Jo-Wilfried Tsonga a tiré sa dernière cartouche, une balle flottante dans le carré de service, la foule, nous semble-t-il, n'a pas versé tant de larmes. Mais il y a eu quelques gouttes de champagne. «A la santé de Jo qui nous a «quand même» donné de bons kiffs», a tonitrué Jean-Julien, invité VRP d’une banque parisienne. Tout est dans le «quand même».

L’article