DE | FR
Bild

image:shutterstock

Fini les manifestes, la «Session des Femmes» veut du concret

Pour marquer l'anniversaire des 50 ans de droit de vote des Femmes en Suisse, alliance F réunit en octobre 246 femmes sous la Coupole fédérale pour une session spéciale. Première étape, aujourd'hui. watson embarque dans l'aventure.



Pour la deuxième fois depuis 1991, une session 100% féminine va se tenir fin octobre au Palais fédéral. Initié par l’organisation Alliance F, l’évènement se déroule sur deux jours et vise à débattre des mesures les plus urgentes pour l’égalité hommes-femmes.

Première étape ce lundi 16 août. Explications.

Pourquoi une session des femmes?

En Suisse, les femmes ont obtenu le droit de vote il y a 50 ans. Pourtant, elles sont encore minoritaires dans les instances politiques, et l’égalité sociale et économique est loin d’être atteinte.

Il y a encore du boulot, mais cela ne décourage pas les 246 élues. D’après Sophie Achermann, les problèmes des femmes, cela fait des années qu’on en parle, aujourd’hui elle veut donner la priorité à l’action:

«On connaît toutes les problématiques liées aux femmes. Aujourd’hui, on veut parler des solutions et donner les outils au parlement pour agir»

Sophie Achermann, directrice générale, alliance F

Comment ça se déroule?

Coup d'envoi ce lundi 16 août avec les premières commissions qui se réunissent au Palais Fédéral. Huit commissions, spécialement constituées pour l’évènement, vont permettre à toutes les élues de partager leurs points de vue et leurs expériences. De l'égalité au travail en passant par les violences sexuelles, les questions de genre et la valorisation du travail de care, les commissions se penchent sur les thématiques les plus urgentes concernant les femmes d’aujourd’hui.

Chaque commission discute en profondeur des revendications à soumettre, lors de la session des femmes. Le jour même, une vingtaine de motions sont soumises au vote et approuvées par l’assemblée. Comme le confirme Sophie Achermann d’Alliance F, cette fois les revendications vont aller plus loin que de simples souhaits:

«Les revendications ne sont pas des souhaits. Elles utilisent une terminologie parlementaire avec pour objectif d’être applicable par le parlement»

Sophie Achermann, directrice générale, alliance F

Qui sont les élues?

Avec une majorité de candidates sans expérience politique, cette session permet à toutes les femmes de pouvoir siéger et partager leurs idées. Elles seront accompagnées des trois conseillères fédérales Simonetta Sommaruga, Karin Keller-Sutter et Viola Amherd, également présentes.

watson sera aussi présent

Pour cet évènement, je vais troquer mon identité de journaliste pour celle de politicienne. Le temps de quelques heures, je vais être actrice et non plus une observatrice de la scène politique. Vous pourrez me suivre en vidéo tout bientôt... si je survis 😱.

Alice 👇🏼, c'est moi, coucou!

Vidéo: watson

Grève des femmes du 14 juin 2021

1 / 13
Grève des femmes du 14 juin 2021
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Ce 14 juin, elles dénoncent le sexisme en politique

Plus d'articles «Actu»

La mort d'un prêtre provoque une crise politique en France

Link zum Artikel

Profitez de la nouvelle saison de La Casa de Papel… car c'est la dernière

Link zum Artikel

Le nouvel outil anti pédocriminalité d'Apple est accusé d'espionnage

Link zum Artikel

A Bâle, le procès pour viol n'a pas fini de faire parler

Link zum Artikel

La RTS lance (sur la pointe des pieds) sa formation au langage inclusif

La formation au langage inclusif à la RTS, ça commence maintenant. Cette initiative polémique pour une réforme du français parlé (et écrit?) risque de donner des arguments à l'UDC, en guerre contre la chaîne publique qu'elle juge «gauchisante».

Allumage imminent du premier étage de la fusée (en attendant la deuxième phase à l’automne). C’est ce mois-ci que commence la formation du personnel de la RTS au langage inclusif, a appris watson. Les 15 et 25 juin, Pascal Gygax, professeur à l’Université de Fribourg, lancera les opérations. En visioconférence. Le psycholinguiste expliquera en quoi consiste ce langage, qu’il défend mordicus. Il s’agit de «démasculiniser» la langue française. L’inscription à cette double …

Lire l’article
Link zum Artikel