Suisse
Argent

La Suisse régresse dans la lutte contre la corruption

Lutte contre la corruption: voici ce qui ne va pas en Suisse

Lobbying, transparence du financement de la politique et protection des lanceurs d'alerte: selon l'indice annuel de Transparency International, la Suisse régresse dans la lutte contre la corruption.
31.01.2023, 12:05
Ann-Kathrin Amstutz / ch media
Plus de «Suisse»

La corruption est très répandue dans le monde. C'est en tout cas la conclusion de l'indice de perception de la corruption (IPC) de l'organisation non gouvernementale Transparency International. Selon le rapport publié mardi, les pays les plus corrompus sont la Somalie, le Soudan du Sud et la Syrie. A l'autre bout de l'échelle, on retrouve le Danemark, la Finlande et la Nouvelle-Zélande.

Franken Noten in einer Hand.
Le financement de la politique au niveau cantonal et communal doit être plus transparent, peut-on lire dans le rapport anticorruption. (Image symbolique)image: Shutterstock

La Suisse est également relativement bien placée. Elle atteint, comme l'année dernière, la septième place. Mais selon Transparency International, elle perd des points et régresse donc dans la lutte contre la corruption.

«Lacunes importantes» en matière de népotisme et de lobbying

Comme le dit Martin Hilti, directeur de Transparency Suisse:

«Il faut mettre un terme au népotisme, qui reste très répandu, et améliorer la gestion des conflits d'intérêts et la réglementation du lobbying»

Le financement de la politique au niveau cantonal et communal doit également devenir plus transparent, a-t-il ajouté.

L'indice recense chaque année la perception de la corruption dans le secteur public dans 180 pays. Il se base sur les estimations de spécialistes du monde scientifique et économique, mais ne prend pas en compte la lutte contre la corruption dans le secteur privé et dans la poursuite pénale des entreprises, dans la lutte contre le blanchiment d'argent et dans la protection des lanceurs d'alerte. Selon l'organisation non gouvernementale, il existe des «lacunes importantes» en Suisse.

La corruption gagne du terrain au niveau mondial

Au niveau international, la lutte contre la corruption progresse lentement. Le rapport indique que dans 90% des pays, aucun progrès n'a été réalisé au cours des cinq dernières années. Dans le monde, mais aussi en Europe occidentale et dans l'UE, la corruption est même en augmentation.

Transparency International y voit à la fois une menace pour la paix mondiale et une conséquence des conflits armés. «L'utilisation de la corruption comme arme de politique étrangère» est également devenue un moyen de nuire à la démocratie à l'étranger. La corruption affaiblit la capacité de l'État à protéger ses citoyens et empêche également les gouvernements de régler les conflits ou de négocier une paix durable.

Pour éviter la corruption, voici les mesures à prendre selon Transparency:

  • Promouvoir la séparation des pouvoirs et renforcer les mécanismes de contrôle mutuel.
  • Renforcer le droit d'accès du public à l'information.
  • Limiter l'influence privée en réglementant le lobbying et en garantissant un accès ouvert à la prise de décision.
  • Lutter contre les formes transnationales de corruption.

Traduit de l'allemand par nva

Des Pakistanais en colère brûlent le drapeau suisse
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Voici «peut-être la plus grande lacune du système de sécurité sociale suisse»
Salariés et petits patrons peuvent se trouver dans des situations terribles en Suisse s'ils ne sont pas correctement assurés contre la maladie. Mais encore faut-il qu'ils puissent l'être. Plongée dans un problème nébuleux.

Si quelqu'un tombe malade, l'assurance maladie obligatoire prend en charge les frais. En cas d'accident, c'est l'assurance-accidents. Mais si une personne tombe malade et qu'elle est également employée, une absence prolongée au travail peut rapidement coûter cher, voire mener à la précarité.

L’article