DE | FR
Image: Shutterstock

Le médoc contre le Covid remet-il en cause le certificat et le vaccin?

Alors que plusieurs sociétés pharmaceutiques planchent sur un médicament contre le Covid, le débat s'élève en Suisse pour savoir si ce nouveau traitement doit remettre en cause la stratégie vaccinale de la Confédération.
03.10.2021, 11:4003.10.2021, 17:35

«Au vu de l'ampleur du problème et de la situation factuelle, il est non seulement légitime, mais aussi nécessaire que nous passions à l'offensive.» Dans la SonntagsZeitung, le président des directeurs cantonaux de la santé Lukas Engelberger soutient l'offensive vaccinale de la Confédération.

À ses yeux, le médicament contre le Covid-19, que diverses sociétés pharmaceutiques veulent mettre sur le marché, ne constitue pas une alternative à la piqûre. Selon lui, la Suisse ne peut pas se permettre d'arrêter de vacciner à tour de bras sous prétexte qu'un traitement se profile à l'horizon.

Faut-il supprimer le certificat Covid?

La nouvelle d'un médicament qui réduirait de moitié les hospitalisations a en effet fait grand bruit, en Suisse aussi. La présidente de la commission de la santé Ruth Humbel et la présidente de la commission d'éthique estiment que l'obligation du certificat Covid doit être reconsidérée si le Covid-19 devient moins dangereux. Des propos soutenus dans la SonntagsZeitung, par Thomas Aeschi. Le chef du groupe parlementaire UDC demande la suppression du certificat Covid obligatoire.

S'il se réjouit de cette avancée, le médecin-chef de la clinique des maladies infectieuses de l'hôpital universitaire de Zurich, Huldrych Günthard, met en avant certains problèmes pratiques du traitement: il doit commencer dans les cinq jours suivant l'apparition des premiers symptômes, or la plupart du temps, les gens arrivent à l'hôpital bien plus tard.

Berne veut vacciner 80% des Suisses de 18 à 65 ans, voici son plan
L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a détaillé dans une lettre adressée aux cantons son offensive de vaccination. La semaine nationale de vaccination doit démarrer début novembre, rapporte le SonntagsBlick. Environ 1700 conseillers informeront la population sur la vaccination contre le Covid-19. Ils seront plus de 300 dans le canton de Zurich, plus de 200 dans le canton de Berne et plus d'une centaine dans les cantons de Vaud, Genève, Argovie et St-Gall. Un conseiller est censé couvrir 5000 habitants. En outre, des bus de vaccination doivent atteindre 50'000 habitants. L'OFSP vise un taux de vaccination de 93% chez les plus de 65 ans et de 80% chez les 18 à 65 ans.

La prof de yoga vaudoise qui a le plus beau bureau du monde

1 / 7
La prof de yoga vaudoise qui a le plus beau bureau du monde
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

C'est quoi James Bond?

Plus d'articles sur le Covid

L'appel des scientifiques pour un assouplissement des mesures anti-Covid

Link zum Artikel

Peut-on faire un Covid long tout en étant vacciné?

Link zum Artikel

Ils sont UDC, ministres de la santé et soutiennent la loi Covid

Link zum Artikel

Le deuxième référendum contre la loi Covid a abouti

Link zum Artikel

L'appel des scientifiques pour un assouplissement des mesures anti-Covid

L'épidémiologiste Marcel Tanner, ancien membre de la task force scientifique Covid-19 de la Confédération, ainsi que d'autres collègues appellent à un assouplissement des restrictions anti-Covid.

Le moment est venu pour la Suisse d'assouplir les mesures de restrictions mises en place pour freiner la propagation du Covid-19, parole d'épidémiologistes.

Marcel Tanner estime dans la SonntagsZeitung que la situation épidémiologique actuelle permet au Conseil fédéral de lancer la normalisation dans le courant du mois d'août déjà.

Et il n'est pas le seul. D'autres épidémiologistes, comme Marcel Salathé et Andreas Cerny, ont aussi plaidé ces derniers jours pour un assouplissement dans les …

Lire l’article
Link zum Artikel