DE | FR
Bild

Dans les seuls Grisons, environ 300 000 kits de tests sont concernés par ces tests PCR contaminés. shutterstock

700 000 tests PCR contaminés par des germes en Suisse

Des fournisseurs ont constaté une concentration accrue en germes dans la solution saline de certains kits de tests salivaires PCR.



Plusieurs cantons, dont les Grisons, doivent remplacer des centaines de milliers de tests salivaires PCR, en raison de défauts potentiels. Lors de contrôles de qualité internes, le fournisseur a constaté une concentration accrue en germes dans la solution saline de certains kits de tests.

De quoi est-ce que l'on parle?

Les kits de tests, dans lesquels la solution est déjà présente dans le tube d’échantillons, sont concernés par ces contaminations, a indiqué jeudi soir le distributeur médical Disposan, à Schlieren (ZH). Un stockage prolongé et des températures élevées peuvent entraîner une prolifération des germes dans la solution saline.

Au total, environ 700 000 kits de test sont concernés, a précisé Disposan, vendredi, à Keystone-ATS. Ces kits provenaient de deux fabricants chinois. Disposan est en train de remplacer ces kits de test chez tous ses clients. L'entreprise «assume naturellement les coûts liés au remplacement», a indiqué Patrick Huber, directeur général de Disposan.

Les kits concernés sont principalement utilisés pour les tests salivaires PCR, dans le cadre de tests répétitifs dans un grand nombre de cantons. Dans les seuls Grisons, environ 300 000 kits de tests sont concernés. Par mesure de précaution, le canton a ordonné l'arrêt des livraisons et le remplacement de tous les tests.

Est-ce qu'il y a un risque pour la santé et la qualité des tests?

Selon Disposan:

«Rien n’indique un risque pour la santé des utilisateurs dans le cas d’une application habituelle et prescrite (rinçage de la bouche).»

Jusqu'à présent, aucun germe pathogène n'a été identifié. La solution saline utilisée n'a aucune influence négative sur la qualité des résultats des tests.

La société a demandé des clarifications analytiques à un laboratoire indépendant. Elle a demandé à ses clients de remplacer les kits de tests concernés par mesure de précaution et de cesser d'utiliser les kits existants et non utilisés.

Est-ce que des tests contaminés ont été utilisés?

Le nombre de kits de test présentant des valeurs élevées de germes qui ont été utilisés n'est pas connu. «Nous ne serons pas en mesure de quantifier cela», a écrit le bureau de communication sur le coronavirus des Grisons à Keystone-ATS. Les évaluations de l'avant-dernier contrôle de qualité à la fin du mois de mai n'avaient pas montré d'anomalies.

Que dire des kits fournis en ce moment?

Les kits de tests fournis dès à présent ont déjà été modifiés: la solution saline n'est plus contenue dans le tube d'échantillons, mais est fournie dans une ampoule séparée et scellée, intégrée au kit de test. (ats/jah)

«Les effets désirables du vaccin»

1 / 7
«Les effets désirables du vaccin»
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles sur le Covid

Les Anglais pourront choisir de porter le masque ou non, malgré le variant Delta

Link zum Artikel

La Russie bat (encore) un nouveau record de contamination au Covid

Link zum Artikel

Le personnel de soins réticent au vaccin? Les EMS répondent

Link zum Artikel

Le variant Delta doit «inciter à agir», dit l'OMS

Link zum Artikel

Les gens qui se remettent du Covid sont-ils immunisés à vie?

Jusqu'à présent, on ignorait combien de temps le corps continuait à produire des anticorps, après qu'une personne a été infectée par le Covid. De nouvelles études suggèrent que les gens infectés pourraient être protégés toute leur vie.

En cas d'infection par le coronavirus, le système immunitaire humain forme des anticorps afin d'empêcher les virus de pénétrer dans les cellules et donc d'empêcher une nouvelle infection. Pendant longtemps, on a craint que cette protection immunitaire ne s'affaiblisse à nouveau rapidement. En effet, les observations ont montré que le nombre d'anticorps chutait fortement dans les premiers mois suivant l'infection.

Une étude, publiée dans la revue Nature, donne de l'espoir. Des chercheurs de la …

Lire l’article
Link zum Artikel