DE | FR

On est à un concert avec 500 personnes (oui c’est vrai)!

Image: watson
Le premier concert d’une série de quatre événements-test vient de commencer dans un club bernois. Le groupe Patent Ochsner se produit devant 500 spectateurs (masqués). «watson» est sur place.
21.06.2021, 20:4022.06.2021, 15:30
Suivez-moi
Alice Rizzo
Suivez-moi

A l’heure où vous lisez ces lignes, nous, on vit un truc que (quasiment) plus personne n’a vécu depuis des mois. Nous voilà un verre à la main, debout, au beau milieu d’une foule de 500 personnes. Dans une salle de concert. Sans distances. Oui, oui! Par contre, on porte quand même un masque.

Vidéo: watson

Ce lundi 21 juin, Berne fête la musique pour de vrai. Le premier concert d’une série de quatre événements-tests vient de démarrer au Bierhübeli.

Les cris de joie et la sueur existent toujours

Après une farandole de tests rapides et de checks de températures, le groupe Patent Ochsner, véritables stars en Suisse alémaniques, rappelle au monde post-Covid - ou presque - que le rock, les cris de joie et la sueur existent toujours. On nous confie même que des larmes ont coulé après les premières notes…

Vidéo: watson

Avec nos caméras et nos micros, on a décidé de vous immortaliser tout ça. Rendez-vous mardi pour revivre ces instants avec nous!

Nos journalistes sont sur place.
Nos journalistes sont sur place.Image: watson

Le Bierhübeli avait reçu l'autorisation de rattraper quatre concerts annulés en mars 2020 en raison du confinement. Cela aurait dû être le premier concert presque normal de Suisse: les organisateurs avaient annoncé que le port du masque n'était pas obligatoire et la consommation était autorisée. Sauf qu'au début du mois de juin, l'OFSP a discrètement décidé de faire machine arrière: le masque reste donc obligatoire.

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Variole du singe: «Une horreur. Mon corps bougeait tout seul»
*Karine a contracté la variole du singe au mois de juillet. Cette Romande, qui fait partie de la communauté LGBT, nous raconte le calvaire qu'elle a traversé, entre douleurs aigües, dépistage maladroit et diagnostic tardif. Selon elle, les autorités suisses vont devoir réagir vite, sinon «on court à la catastrophe».

Entrons dans le vif du sujet: il parait que les douleurs sont très intenses. C'est vrai?
Absolument. C'est l'horreur, je n'avais jamais connu ça auparavant. Et pourtant, mon seuil de tolérance à la douleur est très haut! Je suis une baroudeuse, j'ai fait l'armée, je suis plutôt une dure à cuire.

L’article