DE | FR
Les mineurs ne bénéficient pas partout d’un enseignement complet, et les jeunes de 16 à 18 ans en sont souvent totalement exclus.
Les mineurs ne bénéficient pas partout d’un enseignement complet, et les jeunes de 16 à 18 ans en sont souvent totalement exclus.Image: keystone

La Suisse n'éduque pas correctement les enfants issus de l'asile

Pour l'Observatoire suisse du droit d'asile et des étrangers (ODAE) la situation est alarmante. Selon ses analyses, les demandeurs d'asile n'ont pratiquement pas accès à l'éducation. Les raisons sont juridiques, mais surtout pratiques.
24.08.2021, 06:0024.08.2021, 16:23

Malgré l'introduction d'un enseignement scolaire de base dans les centres fédéraux et d'un soutien linguistique précoce pour les requérants ayant la perspective d'un droit de séjour, l’accès à l’éducation reste fortement limité pour les demandeurs d'asile. Voici ce que constate Observatoire suisse du droit d'asile et des étrangers (ODAE) dans un rapport publié mardi.

Les enfants restent trop longtemps scolarisés dans des classes d’accueil séparées, au lieu d'être admis dans des classes régulières. Dans ses analyses, l'ODAE ajoute que l’accent porte trop unilatéralement sur l’apprentissage de la langue au lieu de la culture générale au sens large. Et la situation des adolescents et des jeunes adultes ne s'arrange pas.

Compétences préexistantes ignorées

Les mineurs ne bénéficient pas partout d’un enseignement complet, et les jeunes de 16 à 18 ans en sont souvent totalement exclus. Concernant les jeunes adultes, il existe certes un large éventail d’offres éducatives axées sur l’intégration, mais les compétences préexistantes ne sont pas assez valorisées.

Ainsi, pour les personnes ayant des diplômes étrangers ou manquant de réseaux de soutien le système de formation dual est «un leurre», selon l'ODAE.

Aucune perspective après l'école

Après l’éducation purement scolaire, le parcours de formation des adolescents et jeunes adultes sans statut de séjour est définitivement terminé. Il n’existe actuellement aucun instrument praticable pour leur offrir des perspectives.

Pour l'Observatoire, toutes ces personnes devraient être autorisées à se former selon leurs capacités, indépendamment du statut de résidence. Elle plaide ainsi en faveur de:

  • La prolongation de la scolarité obligatoire jusqu'à l'âge de 18 ans.
  • Un programme standardisé à l'échelle nationale dans les classes d'accueil.
  • La clarification des compétences acquises antérieurement déjà au cours de la procédure d'asile.
  • Un plan d'éducation individuel, allocations d'éducation et de bourses d'études.

(ats/mndl)

Manifestement, le monde va mal... Vous n'arrivez plus à vous projeter? C'est normal

Plus d'articles sur le thème «Suisse»

L’armée suisse irait bien faire sa pub dans les écoles

Link zum Artikel

Mais où sont donc passés les opposants au mariage pour tous?🤔

Link zum Artikel

Cette fois ça y est: le Conseil fédéral donne son OK au F-35 américain

Link zum Artikel

Pourra-t-on vraiment, en Suisse, faire sans les centrales nucléaires?

Link zum Artikel

La Grève pour l'Avenir réunit plus de 30 000 personnes en Suisse

Link zum Artikel

La droite appelle le PS à stopper l'initiative contre les F-35

Link zum Artikel

Le Conseil fédéral étudie un outil de contrôle des imams

Link zum Artikel

Personnaliser les affiches de l'OFSP? Oui, mais interdit d'écrire «Trump»!

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Le Conseil fédéral veut que Coca et cie baissent leur taux de sucre, sinon...
10% de sucre en moins dans certains produits d'ici 2024? Le Conseil fédéral veut étendre la Déclaration de Milan aux boissons, entre autres. Mais la mise en application du projet s'avère compliquée.

Une bouteille de Coca-Cola contient 53 grammes de sucre et couvre ainsi la consommation maximale recommandée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui est d'environ 50 grammes par jour. Cette valeur peut par exemple aussi être atteinte en mangeant trois petits pots de séré aux fraises ou en buvant une grande bouteille d'Ovomaltine.

L’article