neige soutenue
DE | FR
Suisse
Ecole

Pour les demandeurs d'asile, l'éducation reste quasi inaccessible

Un invité du Centre Croix-Rouge pour mineurs non accompagnés demandeurs d'asile (MNA) étudie un livre le 19 mars 2017 à Paradiso, Tessin
Les mineurs ne bénéficient pas partout d’un enseignement complet, et les jeunes de 16 à 18 ans en sont souvent totalement exclus.Image: keystone

La Suisse n'éduque pas correctement les enfants issus de l'asile

Pour l'Observatoire suisse du droit d'asile et des étrangers (ODAE) la situation est alarmante. Selon ses analyses, les demandeurs d'asile n'ont pratiquement pas accès à l'éducation. Les raisons sont juridiques, mais surtout pratiques.
24.08.2021, 06:0024.08.2021, 16:23
Plus de «Suisse»

Malgré l'introduction d'un enseignement scolaire de base dans les centres fédéraux et d'un soutien linguistique précoce pour les requérants ayant la perspective d'un droit de séjour, l’accès à l’éducation reste fortement limité pour les demandeurs d'asile. Voici ce que constate Observatoire suisse du droit d'asile et des étrangers (ODAE) dans un rapport publié mardi.

Les enfants restent trop longtemps scolarisés dans des classes d’accueil séparées, au lieu d'être admis dans des classes régulières. Dans ses analyses, l'ODAE ajoute que l’accent porte trop unilatéralement sur l’apprentissage de la langue au lieu de la culture générale au sens large. Et la situation des adolescents et des jeunes adultes ne s'arrange pas.

Compétences préexistantes ignorées

Les mineurs ne bénéficient pas partout d’un enseignement complet, et les jeunes de 16 à 18 ans en sont souvent totalement exclus. Concernant les jeunes adultes, il existe certes un large éventail d’offres éducatives axées sur l’intégration, mais les compétences préexistantes ne sont pas assez valorisées.

Ainsi, pour les personnes ayant des diplômes étrangers ou manquant de réseaux de soutien le système de formation dual est «un leurre», selon l'ODAE.

Aucune perspective après l'école

Après l’éducation purement scolaire, le parcours de formation des adolescents et jeunes adultes sans statut de séjour est définitivement terminé. Il n’existe actuellement aucun instrument praticable pour leur offrir des perspectives.

Pour l'Observatoire, toutes ces personnes devraient être autorisées à se former selon leurs capacités, indépendamment du statut de résidence. Elle plaide ainsi en faveur de:

  • La prolongation de la scolarité obligatoire jusqu'à l'âge de 18 ans.
  • Un programme standardisé à l'échelle nationale dans les classes d'accueil.
  • La clarification des compétences acquises antérieurement déjà au cours de la procédure d'asile.
  • Un plan d'éducation individuel, allocations d'éducation et de bourses d'études.

(ats/mndl)

Le monde va mal, vous n'arrivez plus à vous projeter? C'est normal

Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
L'attentat du Hamas sur grand écran à Genève: «Il y aura une équipe médicale»
Après les journalistes en Israël et les parlementaires français mi-novembre, le film des attaques perpétrées par le Hamas le 7 octobre sera projeté à Genève. Officiellement invité, le sérail politique du bout du lac ira-t-il s'infliger 45 minutes de violences sans filtre? Petit coup de sonde.

Depuis le 7 octobre, des images de l'attentat du Hamas voyagent sur différents écrans géants de la planète. Monté et proposé par l'armée israélienne, ce film a déjà été visionné par des journalistes et des diplomates (sur une base militaire non loin de Tel-Aviv), mais aussi par une centaine de parlementaires français au coeur de l'Assemblée nationale, mi-novembre. Tous sont ressortis humainement «choqués», «dégoûtés».

L’article