DE | FR
De quelle couleur sont les feux avant la conférence de presse très attendue du Conseil fédéral?
De quelle couleur sont les feux avant la conférence de presse très attendue du Conseil fédéral?Image: Shutterstock

Ouvrira, n'ouvrira pas? Nouvelle journée décisive sur le front du coronavirus

C’est (encore) le grand jour! Le 19 mars, le Conseil fédéral nous dira s’il nous laisse respirer davantage. On vous présente les scénarios possibles, leurs conséquences et les chiffres à garder à l’œil.
19.03.2021, 07:0823.03.2021, 09:31

En milieu d’après-midi (normalement), les sept sages du Conseil fédéral informeront le pays sur l’avenir de notre vie quotidienne.

Il y a une semaine, l’exécutif proposait aux cantons toute une série d'assouplissements des mesures:

  • Autorisation des manifestations avec public (150 personnes dehors, 50 dedans). On pense au cinéma, au théâtre et aux concerts.
  • Ouverture des terrasses des cafés et restaurants (quatre personnes par table et enregistrement des clients).
  • Autorisation des réunions privées jusqu’à dix personnes à l’intérieur (cinq actuellement).
  • Autorisation de l’enseignement en présentiel dans les hautes écoles et pour les formations continues.
  • Normalisation des examens de maturité et de fin d’apprentissage.

Pour prendre sa décision, le Conseil fédéral indique se baser (notamment) sur quatre critères, avec comme valeurs de référence (en gris clair ci-dessous) celles du 24 février, date à laquelle il a décidé des derniers assouplissements. A gauche de ces valeurs, les chiffres actuels (en blanc). Le constat: trois données sur quatre sont dans le rouge.

Critères d’assouplissement
Moins de 250 patients Covid dans les unités de soins intensifs
< 250,0
Valeur Re inférieure à 1 en moyenne sur 7 jours
< 1,00
Incidence sur 14 jours ne dépassant pas celle du 1er mars
≤ 166,3
Taux de positivité des tests inférieur à 5% en moyenne sur 7 jours
< 5,0 %
  • Occupation des hôpitaux: nombre de lits aux soins intensifs occupés par des cas de Covid.
  • Valeur Re: nombre d’individus qu'une personne infectée contamine. Si elle est inférieure à 1, le nombre de nouvelles infections diminue. Si elle est supérieure à 1, le virus se propage.
  • Incidence sur 14 jours: nombre de cas cumulés sur 14 jours rapportés pour 100 000 personnes.
  • Taux de positivité: part de tests positifs par rapport au nombre total de tests (ici, une agrégation des tests PCR et antigéniques rapides).

Les scénarios

Dans les documents de consultation destinés aux cantons, le Conseil fédéral évoque trois scénarios, basés sur des modélisations, et qui comportent donc des «incertitudes notables» (avancée de la vaccination, arrivée de nouveaux variants, etc.).

L’Office fédéral de la santé publique annonce la couleur: «indépendamment du scénario considéré, il faut s’attendre à une troisième vague.» Les experts ne savent d’ailleurs pas vraiment si la Suisse est d’ores et déjà entrée dans cette troisième vague, comme ses voisins européens.

1. Prudence maximum

Une seule et unique étape d’assouplissements supplémentaires le 22 mars 2021, puis un maintien des mesures à ce niveau par la suite. Les résultats envisagés:

  • La vague qui arrive (ou qui est là?) sera la moins forte.
  • Pas de problème de surcharge des hôpitaux.
  • Normalisation possible de la vie sociale et économique cet été.

2. Prudence moyenne

Plusieurs étapes d’assouplissement modestes à partir du 22 mars puis toutes les trois semaines. Les résultats envisagés:

  • La vague qui arrive (ou qui est là?) sera «moyenne».
  • Pas de surcharge des hôpitaux, même si la campagne de vaccination prend du retard.
  • Plus de temps à disposition pour vacciner la population et en ressentir les effets sur les chiffres.

3. Risque maximum

Trois étapes d’assouplissement «assez importants», le 22 mars, le 12 avril et le 3 mai. Ces assouplissements correspondent peu ou prou à la stratégie d’assouplissement proposée par le Conseil fédéral le 24 février. Les résultats envisagés:

  • La vague qui arrive (ou qui est là?) sera la plus forte.
  • Pour empêcher la surcharge des hôpitaux, la campagne de vaccination ne doit pas prendre de retard.
  • Le poids sur les hôpitaux ainsi que le nombre de décès seraient similaires à ce que nous avons connu lors de la deuxième vague.
  • Un assouplissement élargi le 22 mars, c'est aussi le risque d'un retour des mesures plus strictes en été.
En jaune, prudence max. En bleu, prudence moyenne. En rouge, risque max. De gauche à droite: hospitalisation de patients Covid, hospitalisation aux soins intensifs de patients Covid, décès quotidien attribué au Covid.
En jaune, prudence max. En bleu, prudence moyenne. En rouge, risque max. De gauche à droite: hospitalisation de patients Covid, hospitalisation aux soins intensifs de patients Covid, décès quotidien attribué au Covid.bag.admin.ch

Ce qu’en pensent les cantons

Organe de coordination des cantons en matière de politique sanitaire, la Conférence suisse des directeurs de la santé, a, en substance, répondu à la consultation du Conseil fédéral comme suit:

  • La majorité des cantons saluent les assouplissements prévus dans les domaines du sport et de la culture (pratique, public).
  • L’ouverture des terrasses le 22 mars fait l’unanimité. La moitié des cantons estiment que les restaurants devraient pouvoir ouvrir complètement (intérieur et extérieur) , moyennant des concepts de protection et une surveillance de l’occupation des hôpitaux.
  • En majorité, les cantons saluent l’augmentation à 10 du nombre de personnes pouvant se réunir en privé.
  • La quasi-totalité des cantons estime que les assouplissements dans le domaine de l’éducation ne vont pas assez loin.

watson suivra évidemment la conférence de presse du Conseil fédéral en direct. A tout à l’heure!

Plus d'articles «Actu»

A Bâle, le procès pour viol n'a pas fini de faire parler

Link zum Artikel

Le nouvel outil anti pédocriminalité d'Apple est accusé d'espionnage

Link zum Artikel

Profitez de la nouvelle saison de La Casa de Papel… car c'est la dernière

Link zum Artikel

La mort d'un prêtre provoque une crise politique en France

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Maurer, Keller-Sutter et Amherd se disputent la gestion de la cybersécurité
La cybersécurité concerne tout le monde et la Confédération compte créer 25 nouveaux postes à cet effet. La question est de savoir qui sera responsable du nouvel office fédéral? Trois conseillers fédéraux se sont manifestés pour prendre les rênes.

Florian Schütz coiffe plusieurs casquettes: en tant que directeur du Centre national de cybersécurité (NCSC), il est à la fois «service de renseignement et informatique, armée et police, politique, économie et infrastructure», écrivait récemment la Handelszeitung dans un portrait. On comprend ainsi pourquoi trois conseillers fédéraux se disputent actuellement pour savoir qui sera un jour le patron de Schütz. Le délégué fédéral à la cybersécurité est un homme avec une liste de tâches longue comme le bras et il interagit dans plusieurs départements.

L’article