DE | FR
Image: SSR/rts/twitter

TTC à la trappe et Infrarouge rabotée: voici les mesures prises à la RTS

Ca bouge à la RTS: pour économiser plus de dix millions de francs, des émissions vont être raccourcies voire complètement supprimées.
07.06.2021, 11:4907.06.2021, 20:54

Les mesures d’économies à la Radio-Télévision suisse (RTS), on les avait presque oubliées. Elles reviennent ce lundi sur le devant de la scène et les détails ont été dévoilés par voie de communiqué. Voici ce qu’il faut savoir:

  • Le magazine de l’économie TTC disparaîtra à l’été 2022. A la place, un nouveau magazine sera lancé le lundi soir en janvier 2023.
  • L'émission hebdomadaire de débat Infrarouge sera proposée un mercredi sur deux dès 2023, mais dans une exposition plus forte, à 20h10.
  • La durée des magazines TV diffusés à 20 heures devrait être raccourcie.
  • En radio, la grille de La Première sera profondément revue. Les journaux d’information de 22h30 seront supprimés.
  • Espace 2 va poursuivre son évolution vers une chaîne de musique classique.
  • L'émission Sport Dernière passera en «tout image», «soit sans présentation en studio, du lundi au vendredi», informe la RTS. Un nouveau magazine hebdomadaire sur le football européen sera proposé le jeudi soir.

Pour rappel, les réductions budgétaires avaient été annoncées en octobre 2020 après un recul important des rentrées publicitaires depuis plusieurs années. Recul accentué par la crise du coronavirus. On parle aujourd’hui:

  • D’un besoin d’économiser 15 millions de francs d’ici 2024.
  • D’économiser 5 millions de francs de plus en 2025 «si la situation ne se stabilise pas».
  • De réinvestir 5 millions de francs dans «de nouveaux projets dans l’offre TV et digitale, afin de toucher un public plus diversifié».
  • D’une diminution de 50 à 65 postes de travail d’ici à 2024.
  • D’aucun licenciement en 2021 en lien avec le programme d’économies.
  • Des licenciements inévitables entre 2022 et 2024. La RTS s’engageait toutefois «à les limiter au maximum en tirant parti du potentiel important de départs à la retraite et de la fluctuation naturelle».

Depuis début octobre 2020 et la présentation générale des réductions budgétaires, pas mal de choses se sont passées. A commencer par l’article du Temps sur des cas de harcèlement (fin octobre 2020), qui a débouché sur plusieurs enquêtes. Les conclusions de la première ont été rendues en avril et des mesures annoncées. Les résultats d'une autre enquête, basée sur les plus de 200 témoignages récoltés par le Collectif de défense, sont attendus à la fin du mois.

Aussi, tout récemment selon le Blick, l’Union démocratique du centre (UDC) a laissé entendre qu’elle préparait deux initiatives populaires s’attaquant frontalement à la Société suisse de radio-diffusion (SSR), qui chapeaute la RTS. L’une vise à baisser la redevance de 365 à 200 francs par an, l’autre exige que les employés du service public reflètent le paysage politique de la Suisse, l’UDC estimant que les rédactions des médias du service public sont trop à gauche.

Trois ans après le non à l’initiative «no-Billag» par 71,6% des votants, le patient SSR semble plus que jamais mis sous pression par le politique. Dans la Tribune de Genève du jour, le conseiller national Christian Lüscher (PLR/GE) s’insurge, lui aussi. «Le rejet de No Billag a été interprété comme un blanc-seing pour faire de la propagande de gauche de manière complètement libérée», estime l’élu dans la Julie.

A Berne, c’est l’élu thurgovien du Centre, Christian Lohr, qui a déposé fin décembre une motion réclamant que la SSR soit soumise au Contrôle fédéral des finances «comme les autres organisations auxquelles la Confédération confie l'exécution de tâches publiques». Le texte a été cosigné par 25 autres élus de tous bords politiques.

Manifestation à Lugano

1 / 19
Manifestation à Lugano
source: andrea cavazzoni / andrea cavazzoni
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Plus d'articles sur la RTS

Le show à l'américaine de la SSR n'a pas convaincu

Link zum Artikel

L'heure de vérité approche pour Darius Rochebin

Link zum Artikel

Darius blanchi ++ Le Temps maintient l'intégralité de son enquête

Link zum Artikel

Quand la RTS n’a pas d’autres chat-te-s à fouetter

Link zum Artikel
5 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
5
Des révélations explosives sur l'ex-chef de presse d'Alain Berset
Peter Lauener, chef de la communication d'Alain Berset pendant de nombreuses années, serait impliqué dans une procédure pénale pour violation du secret de fonction concernant l'affaire Crypto AG. Des recherches menées par la Schweiz am Wochenende révèlent que deux perquisitions ont apparemment eu lieu.

Pour le public, l'affaire Crypto AG est déjà presque oubliée. Mais en coulisses, elle fait des vagues. Peter Lauener, l'ancien chef de la communication d'Alain Berset, serait impliqué dans une procédure pénale pour violation du secret de fonction concernant ce dossier. C'est ce qu'a écrit jeudi la Weltwoche sur son site.

L’article