DE | FR

Un ex-élu socialiste veveysan condamné pour gestion déloyale

Lionel Girardin a été condamné à un an de prison avec sursis.
04.05.2021, 10:3307.05.2021, 16:39

Lionel Girardin a été condamné, mardi à Vevey (VD), à douze mois de prison avec sursis et 40 jours-amende. La justice a estimé que l'ex-municipal socialiste avait bien fait preuve de gestion déloyale en avantageant sa propre société, plutôt que la fondation Apollo.

Pour mémoire, l'ex-municipal socialiste était accusé de gestion déloyale des intérêts publics, subsidiairement gestion déloyale. L'acte d'accusation lui reproche d'avoir empoché 74 000 francs, en favorisant sa propre société au détriment de la Fondation Apollo, qui aurait perdu 90 000 francs dans l'affaire. Selon l'analyste financier, le préjudice causé à la Fondation Apollo s'élèverait même à 126 000 francs. (ats)

Plus d'articles «Actu»

A Bâle, le procès pour viol n'a pas fini de faire parler

Link zum Artikel

Le nouvel outil anti pédocriminalité d'Apple est accusé d'espionnage

Link zum Artikel

Profitez de la nouvelle saison de La Casa de Papel… car c'est la dernière

Link zum Artikel

La mort d'un prêtre provoque une crise politique en France

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Intimidation LGBT à l'Uni de Genève: «Nous ne nous autocensurerons pas»
L'organisatrice de la conférence interrompue mardi livre son témoignage à watson. Nous avons aussi recueilli le point de vue de la coordinatrice du groupe LGBTIQ+ du Parti socialiste genevois.

Mardi soir, il n’y a pas que les fiches du conférencier Eric Marty qui ont été déchirées par des activistes LGBTIQ+. «Les miennes aussi», raconte l’organisatrice de la conférence, Nathalie Piégay, directrice du Département de français moderne de l’Université de Genève, où les faits se sont produits. Eric Marty, professeur à l’Université de Paris, invité à présenter son livre «Le sexe des modernes» (éditions Le Seuil), n’avait pas prononcé trois mots lorsqu’une «trentaine d’activistes masqués», rapporte Nathalie Piégay, ont fait irruption dans la salle Ferdinand-de-Saussure, située dans le bâtiment d’Uni Bastions.

L’article