DE | FR
Bon vent!
Bon vent!Image: sda
Humeur

Fin du pass Covid: Je ne suis enfin plus un profil Facebook sur pattes

Tendre son téléphone ou un papier prétextant que nous sommes détenteurs du fameux passe sanitaire, un acte bien banal. Mais à partir de ce 17 février, ce ne sera plus indispensable. Plus de code QR et plus d'identité révélée obligatoirement. Un bonheur de recouvrer l'anonymat.
17.02.2022, 20:5318.02.2022, 06:15
Suivez-moi

Alain Berset l'a dit à l'occasion de la conférence de presse du Conseil fédéral, mercredi: «Dès ce soir minuit, il n'y aura plus besoin de certificat Covid nulle part.» Joie et bonheur!

Si vous me le permettez, je profite d'user d'un phénomène sériel pour qualifier la situation: la «black mirrorisation», néologisme qui s'imprègne de cette série traitant des dérives technologiques de notre époque. La période actuelle a été, pour moi, un véritable supplice, une bulle à la Black Mirror. Sans parler des libertés entravées et tout le tintouin, ma bête noire a été plus sournoise: un simple code QR, représentant une exposition à tous (au grand jour), une perte d'anonymat dans chacune de mes soirées et sorties au restaurant.

Ce simple certif', c'était mon identité qui se dévoilait aux yeux du serveur. «Tiens, Sven, ça me rappelle un bon pote de cours qui avait un fort accent suisse-allemand», pendant que je cherchais mon porte-monnaie au fond de ma poche, pour présenter ma carte d'identité.

Outre ces réminiscences d'amitiés perdues, que dire des sempiternelles «Ah t'as 30 ans? On a le même âge. C'est cool!» Oui, c'est chouette que nous soyons nés en 1991, comme des millions de gens, mais je voulais juste mon risotto, et non ta date de naissance. Et plus les mois s'empilaient, plus la confusion régnait en mon for intérieur. Je diabolisais ce passe de misère, car cette proximité m'apparaissait comme une intrusion dans ma sphère privée.

Ce n'est pas de l'aigreur, je m'appliquais même à répondre gentiment, sourire aux lèvres. Simplement, je ne tolérais plus ce passe électronique. Cette myriade de petits clins d'œil et de commentaires inutiles me tapaient sur le système. Je n'avais plus cette sensation d'être un «inconnu» qui se glissait doucement dans un lieu, pour siroter son cappuccino. L'employé pouvait à présent mettre un nom sur mon visage, il pouvait me retrouver sur les réseaux sociaux.

Moi, parano? Si peu.

Se faire scanner, présenter sa carte d'identité pour pouvoir manger sa soupe pépère; montrer patte blanche

Une chose est certaine, après l'annonce de notre valeureux Conseil fédéral: c'est un retour à l'anonymat salutaire. Je ne serai plus un profil Facebook sur pattes. C'est même un soulagement de redevenir un simple corps qui boit, qui mange, qui fête.

Le Covid-19 en Suisse, retour en images

1 / 17
Une année de Covid-19 en Suisse, retour en images
source: keystone / jean-christophe bott
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Fin du certificat covid, vous en pensez quoi?

Plus d'articles sur la fin du Covid

Covid: Comment nos politiciens préparent la fin de la pandémie

Link zum Artikel

A 3 jours de lever les mesures Covid, quelle est la situation en Suisse?

Link zum Artikel

Sommes-nous prêts à vivre sans Covid dès jeudi? «Non, je ne pense pas»

Link zum Artikel

L'après-Covid sera terrible

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Cette UDC veut limiter le statut S, mais que disent cantons et communes?
D'ici l'automne, la Confédération s'attend à accueillir 120 000 réfugiés ukrainiens. Actuellement, il y a encore environ 60 000 places libres. L'UDC met en garde contre les coûts à venir. Et voici ce qu'en pensent les cantons et les communes.

La conseillère nationale UDC argovienne, Martina Bircher, suggère de restreindre le statut de protection S. Selon elle, il faudrait réfléchir à ne l'accorder qu'aux Ukrainiens originaires de régions où se déroulent des combats. Actuellement, l'essentiel des affrontements s'est déplacé vers l'Est. Bircher ne remet pas en cause l'aide aux réfugiés, mais les conséquences financières «énormes» pour la Suisse, que ce soit pour la Confédération, les cantons ou les communes.

L’article