DE | FR

La Suisse aurait (enfin) trouvé son nouveau procureur fédéral

Image: Keystone
Après des mois de recherche, la commission judiciaire du Parlement a trouvé un candidat idéal au poste de procureur fédéral: le commandant de la police bernoise, Stefan Blättler.
18.08.2021, 19:4619.08.2021, 15:09

Aucun candidat à la succession de Michael Lauber, parti en août 2020, n'avait convaincu la commission judiciaire de l’Assemblée fédérale et sa sous-commission. Jusqu'à ce mercredi. A l’unanimité, elle propose au Parlement d'élire Stefan Blättler au poste de procureur fédéral.

Une douzaine de candidatures ont été reçues. Le poste a été mis au concours trois fois, la dernière fois jusqu'au 21 juin. A l’issue d’une procédure d’évaluation externe et de deux séries d’audition, la commission est arrivée unanimement à la conclusion que celle de Stefan Blättler présentait toutes les qualités requises pour le poste de procureur général de la Confédération.

Longue expérience

Commandant de la police cantonale bernoise, Stefan Blättler possède une longue expérience en matière de poursuite pénale et de solides compétences de direction, explique la commission. L’évaluation externe a en outre confirmé qu’il disposait des qualités personnelles nécessaires pour prendre la direction du Ministère public de la Confédération.

L’élection par l'Assemblée fédérale est prévue le 29 septembre. (ats)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pourquoi la Suisse tape-t-elle sur la Russie, mais pas sur la Chine?
Depuis plus d'un an, Berne se demande si la Suisse doit, à l'avenir, reprendre les sanctions dites thématiques de l'Union européenne. Et celles-ci visent notamment l'attitude de la Chine envers les Ouïghours. Le Conseil fédéral est sceptique, tente de gagner du temps et espère que le Parlement lui apportera son soutien.

Le Conseil fédéral et les sanctions, c'est une histoire compliquée. Son point culminant a été la conférence de presse tenue le jour de l'attaque russe sur l'Ukraine. Après une brève déclaration, le président de la Confédération Ignazio Cassis a quitté la salle sans répondre aux questions. Il a laissé derrière lui des experts de l'administration complètement dépassés. Ce que le Conseil fédéral a décidé exactement en matière de sanctions n'a pas été précisé.

L’article