DE | FR
Même avec le permis S, l'entrée sur le marché de l'emploi est semée d'embûches.
Même avec le permis S, l'entrée sur le marché de l'emploi est semée d'embûches.Image: KEYSTONE

Pourquoi les réfugiés ukrainiens peinent à trouver un travail en Suisse

Le permis S dont bénéficient les réfugiés ukrainiens en Suisse leur permet, théoriquement, de travailler. Dans les faits, l'entrée sur le marché de l'emploi est semée d'embûches. Explications.
04.05.2022, 10:0704.05.2022, 11:39
Suivez-moi

«Ma mère avait deux magasins de vêtements en Ukraine, aujourd'hui elle commence comme femme de chambre à l'hôtel, elle était très stressée», raconte Karina, trentenaire ukrainienne mariée à un Vaudois. Sa maman, Svitlana, âgée de 53 ans, est arrivée à Lausanne il y a trois semaines, en provenance de Kherson. Elle fait partie des milliers de réfugiés ukrainiens qui font leurs premiers pas dans le monde du travail en Suisse. Mais arriver jusqu'à l'étape de l'embauche n'est pas une mince affaire: les réfugiés font face à de nombreuses tracasseries, dont voici les principales.

Parlez-vous français?

Selon l'enquête du groupe JobCloud, réunissant les plateformes JobUp, Jobs.ch et JobScout, 63% des réfugiés disent parler bien ou très bien anglais. Soit près de deux tiers. Mais le hic est ailleurs: nos langues nationales.

«Si quelques personnes parlent bien ou très bien l’allemand et 40% se considèrent débutants, presque aucune personne interrogée ne dispose de notions de français ou d’italien.»
«Enquête sur l’intérêt des réfugiés ukrainiens pour un emploi en Suisse», de JobCloud SA

C'est le cas de Svitlana Kasperovych. La mère de Karina ne connait pas un mot de français et elle vient de débuter sa semaine d'essai à l'hôtel. Plusieurs jours durant, la jeune femme a accompagné sa maman sur son nouveau lieu de travail pour faciliter son intégration. Karina ne parle pas non plus le français. En revanche, elle est fluent en anglais.

«La femme de ménage qui parlait portugais m'expliquait les consignes en anglais et je faisais la traduction à ma mère en ukrainien»
Karina Zangger, une Ukrainienne vivant à Lausanne

Selon le quotidien 24 heures, qui cite Metin Turker, responsable du projet genevois Refugee@work, la maîtrise du français reste primordiale en Suisse romande, même pour les emplois hautement qualifiés.

Déqualification professionnelle

Toujours selon l'enquête de JobScout, plus de trois Ukrainiens sur quatre ont un diplôme universitaire ou d'une haute école. Comment trouver un travail en partant de rien, lorsque l'on est habitué à un certain niveau social dans son pays d'origine? Le risque d'une déqualification professionnelle est réelle, comme celui d'un déclassement social.

«J'ai proposé des postes en cuisine et j'ai même eu un médecin qui s'est présenté pour un essai. Il m'a dit le lendemain qu'il ne souhaitait pas continuer. Je ne sais pas si c'était dégradant pour lui, mais je respecte son choix.»
Christophe Siwek, gérant du restaurant Chez Pitch à Pully

Remettre les pieds dans le monde du travail, même si cela ne correspond pas toujours à l'expérience acquise en Ukraine, c'est aussi ce qui ressort du témoignage d'une ancienne participante de «Master Chef» en Ukraine, qui ne s'est vue proposer que des postes à la plonge ou dans des fast food. Elle explique dans l'émission mise au point sur la RTS: «Ils ne se sont pas intéressés à moi, ni à ma formation et à tous les cours que j’ai suivis. Donc, oui parfois, c’est dur.»

Garde d'enfants et stress post traumatique

L'un des derniers obstacles qui se dresse régulièrement devant les réfugiés ukrainiens en recherche d'emploi est celui de la garde des enfants. Selon le secrétariat d'Etat aux migrations, cité par 24 heures, plus de deux tiers des Ukrainiens qui trouvent refuge en Suisse sont des femmes. Beaucoup d'entre elles sont des mères ayant fui sans leur conjoint et, pour travailler, elles doivent pouvoir placer leurs enfants qui ne vont pas à l’école.

Il faut aussi souligner que les réfugiés subissent un grand stress, engendré par le conflit et les incertitudes. En effet, nombreux sont ceux qui doivent se rétablir psychologiquement. Comme Svitlana, la maman de Karina.

«Ce n'est pas facile pour ma mère de reprendre un travail dans ces conditions. Elle est encore très soucieuse et très stressée. Elle a tout perdu, ces deux magasins ont été brûlés. Elle y pense régulièrement.»
Karina Zangger

Christophe Siwek, gérant du restaurant Chez Pitch ajoute:

«Il faut comprendre que ce sont des personnes qui souffrent énormément. Une femme qui avait effectué un essai et qui devait venir travailler prochainement a décidé de repartir à Kiev subitement. Ce n'est pas une situation facile.»
Christophe Siwek, gérant restaurant Chez Pitch à Pully

La guerre en Ukraine en images

1 / 18
La guerre en Ukraine en images
source: sda / efrem lukatsky
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Témoignage d'une famille de réfugiés

Plus d'articles sur le travail

Selon l'OMS, travailler plus de 55h la semaine se révèle mortel

Link zum Artikel

Comment j'ai tenté (et échoué) de rester «fit en télétravail»

Link zum Artikel

Se faire vacciner sur son temps de travail, problème?

Link zum Artikel

En Suisse, on peut vous épier au travail (sous conditions)

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Lex Netflix: il faut éviter que les Alémaniques «ne raflent la mise»
Pierre Monnard, réalisateur fribourgeois, se réjouit de la mise-en-œuvre de la Lex Netflix, mais il craint que la Suisse alémanique n'en profite plus que les autres régions.

Le réalisateur fribourgeois Pierre Monnard salue «la belle victoire pour la branche face aux arguments "idéologiques" des référendaires», a-t-il dit. Il espère que toutes les régions du pays en profiteront à l'avenir.

L’article