DE | FR

Quatre ans de prison requis pour un pyromane multirécidiviste

Des pompiers du SIS (Service d'Incendie et de Secours) interviennent sur une fuite de mazout, ce mercredi 3 mars 2021 a Geneve. Un grand magasin du centre-ville de Geneve a ete evacue. En cause des vapeurs de mazout provenant d'une fuite d'environ 150 litres dans le sous-sol du batiment. Deux personnes ont ete transportees en ambulance aux Hopitaux universitaires de Geneve. (KEYSTONE/Martial Trezzini)

Image: KEYSTONE

Le Ministère public a requis quatre ans de prison ferme, jeudi, contre un ancien aide-cuisinier français de 55 ans qui a avoué avoir allumé sept incendies à Concise entre 2019 et 2020.



L'homme est prévenu principalement d'incendie intentionnel, d'incendie intentionnel qualifié et de dommage à la propriété. Les faits se sont produits entre le 1er novembre 2019 et le 16 janvier 2020, tous à Concise, sauf pour l'un des cas qui s'est déroulé à Yverdon. Psychiquement fragile et visiblement honteux de ses actes, il s'est exprimé de manière quasi inaudible durant le procès qui s'est ouvert jeudi matin.

Le quinquagénaire a bouté le feu à un atelier, à la maison de sa mère suscitant un préjudice de 400 000 francs, à des voitures, à un bateau et à une grange. Il est en détention provisoire depuis le 17 janvier 2020 et réside actuellement à la prison de la Croisée. Il vit très mal cette détention et a déjà été agressé plusieurs fois par d’autres détenus au point d’être parfois hospitalisé.

«Je ne pensais ni blesser ni tuer quelqu'un. Je me sens un peu mal par rapport à ces incendies. J'ai de la peine à comprendre pourquoi j'ai fait ça»

Lorsqu'on lui demande s'il réalise les conséquences de ses actes, le prévenu se prend la tête dans les mains. Poussé par son avocate, il déclare finalement qu'il est «désolé».

Appelée à la barre comme témoin, sa mère l'a décrit comme un «homme serviable et poli», avant d'ajouter:

«Quand il monte les tours, il monte les tours»

La mère du prévenu

Son témoignage a laissé entrevoir un homme se sentant souvent incompris, à l'estime de soi vacillante, habité d'un besoin de reconnaissance jamais assouvi.

Toujours selon sa mère, ce serait une bisbille avec son assurance, qui ne voulait plus proposer de police à cet aide-cuisinier et l'empêchant de facto de pouvoir conduire, qui aurait mis le feu aux poudres.

La procureure estime que «sa culpabilité est lourde», «sa responsabilité moyennement diminuée» du fait d'un certain retard mental et que «le risque de récidive est élevé et imprévisible». Le pyromane devrait être fixé sur son sort vendredi de la semaine prochaine. (ats)

Le peuple brésilien révolté face au racisme, en images

1 / 12
Le peuple brésilien révolté face au racisme, en images
source: sda / eraldo peres
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

"On n'a pas choisi de ne pas travailler"

Plus d'articles «Actu»

Le premier café à chats de Suisse a ouvert (et ils ont tous les droits)

Link zum Artikel

La vie politique lève le voile sur son financement. Voici comment ça marche

Link zum Artikel

4 mois de prison pour le «gifleur» de Macron

Link zum Artikel

Six femmes exploitées sans salaire par des diplomates à Genève

Link zum Artikel

15 militants d'Extinction Rebellion devant les juges à Neuchâtel

«Il y a le feu au lac», c'est ainsi que des militants écologistes avaient nommé leur action, le 5 mars 2020. Ce jour-là, ils avaient bloqué la circulation sur une des avenues principales de la ville de Neuchâtel. Aujourd'hui, ils ont affaire à la justice.

Quinze activistes d'Extinction Rebellion seront jugés ce lundi mai par le Tribunal de police de Neuchâtel pour avoir occupé, le 5 mars 2020, une des artères principales de la ville pendant 75 minutes. L'action nommée «Il y a le feu au lac» visait à attirer l'attention du public sur l'urgence climatique.

L'organisation veut faire du 17 mai, date où le procès aura lieu, une «journée festive en signe de solidarité avec les rebelles prévenus» et veut réclamer «une fois de plus la mise en …

Lire l’article
Link zum Artikel