DE | FR

Loi Netflix, Frontex, transplantation: les tendances de votes se précisent

Plus que deux semaines avant que les urnes ne révèlent le résultat des deuxièmes votations fédérales de l'année 2022. La loi sur le cinéma divise toujours, contrairement à celle sur la transplantation ou encore le projet Frontex.
25.04.2022, 07:5725.04.2022, 11:12

Loi Netflix ✅

  • Oui: 49%
  • Non: 47%
  • Pas d'avis: 4%

Les avis sur la loi Netflix, ou plutôt «Lex Netflix», sont encore très partagés. Si les Suisses avaient voté la semaine du 18 avril, elle aurait été acceptée sur le fil, selon un sondage publié lundi. Par rapport au premier sondage publié dix jours avant celui-ci, le camp du non a progressé de trois points de pourcentage.

  • Les partisans à la loi Netflix se trouvent principalement chez les socialistes et les Verts à 63%. Le oui est également en tête chez les partisans du Centre avec 51% et du PVL avec 56%.
  • Les opposants à la loi sur le cinéma se trouvent majoritairement dans les partis de l'UDC et du PLR. Près de trois-quarts des premiers et 61% des seconds sont complètement ou plutôt contre le projet.

De manière globale, en Suisse romande et au Tessin, le projet recueille un plus grand soutien qu'en Suisse alémanique. Les personnes plus âgées sont aussi plus nombreuses à l'accepter que chez les jeunes.

Loi sur la transplantation ✅

  • Oui: 62%
  • Non: 36%
  • Pas d'avis: 2%

En revanche, toujours d'après ce même sondage, la loi sur la transplantation, qui se concentre plus précisément sur le don d'organe, serait passée très facilement.

  • Du côté des politiques, à part l'UDC, tous les partis y souscrivent.

Le «oui» recueille un fort soutien en Suisse romande, où 74% des personnes interrogées sont clairement ou plutôt pour.

Les jeunes de 18 à 34 ans y sont aussi très majoritairement favorables (72%). Mais plus les personnes avancent en âge, moins elles soutiennent le principe du consentement présumé. Les personnes de plus de 65 ans sont toutefois encore 56% à soutenir le changement de paradigme. Le taux d'approbation est légèrement plus élevé en milieu urbain (65%) qu'à la campagne (60%).

Frontex ✅

  • Oui: 61%
  • Non: 32%
  • Pas d'avis: 7%

Tant pour la loi sur la transplantation que le développement de Frontex, les tendances n'ont pas bougé par rapport au dernier sondage.

  • Les partisans sont majoritairement non seulement parmi le PLR, que le PVL et le Centre, mais aussi au PS. Près de 60% des sympathisants socialistes indiquent vouloir voter certainement ou plutôt oui, bien que le parti ait recommandé le non. Les avis sont aussi partagés chez les partisans de l'UDC et des Verts: 48% de ceux de l'UDC et 47% chez les Verts sont pour une contribution plus élevée de la Suisse à Frontex, contrairement aux mots d'ordre de leurs partis respectifs.
  • Il y a encore 12% d'indécis dans le camp écologiste. C'est deux fois plus que dans les autres grands partis.

Le sondage en ligne a été réalisé les 19 et 20 avril. Au total, 9673 personnes y ont participé. La marge d'erreur statistique est de +/-1,7 point de pourcentage. (ats/mndl)

Marie avait un avis très tranché sur les votations du mois de février

Plus d'articles sur la Suisse

Affaire Credit Suisse: c'est quoi cette loi qui muselle les médias?

Link zum Artikel

Etes-vous incollable sur le patrimoine culinaire suisse?

Link zum Artikel

Le football suisse boycotte à son tour les équipes russes

Link zum Artikel

La Suisse, ce faux pays de riches

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Doit-on interdire la reconnaissance faciale en Suisse? «Il faut agir!»
Plus de 10 000 personnes ont signé une pétition demandant l'interdiction de la reconnaissance faciale automatisée dans les villes de Suisse. Quelle est la situation dans notre pays? Et, surtout, quelles sont les implications de cette technologie? Eléments de réponse.

Cette semaine, une pétition été remise aux autorités des vingt plus grandes villes de Suisse ainsi qu’aux chefs-lieux des cantons. Signée par 10 112 personnes, elle demande l'interdiction de la reconnaissance faciale automatique.

L’article