DE | FR

Le PS et les Verts vont lancer une initiative commune sur le climat

Les deux partis ont décidé de regrouper leurs forces en proposant un projet commun en faveur d'un fonds pour le climat. Il s'agirait pour la Suisse d'investir jusqu'à 7 milliards de francs par an.
12.01.2022, 18:5512.01.2022, 19:00

Le projet d'initiative s'intitule «pour une politique équitable et sociale en matière d'énergie et de climat: investir pour la prospérité, le travail et le progrès». Elle vise:

  • La décarbonation des transports, de l'immobilier et de l'économie;
  • L'amélioration de la sécurité d'approvisionnement en énergies renouvelables produites en Suisse;
  • Le renforcement de la biodiversité;
  • La promotion des émissions négatives en CO2;
  • Un soutien à la formation continue et à la reconversion professionnelle.

Investir entre 3,5 et 7 milliards de francs chaque année

Le texte prévoit d'investir chaque année entre 0,5 et 1% du PIB en faveur d'un «tournant écologique». Soit entre 3,5 et 7 milliards de francs. Ce montant est susceptible d'être abaissé si les objectifs sont atteints. «La plus grande partie viendra d’un relèvement de la dette publique. Lorsqu’il s’agit d’investir, l’endettement est légitime», a précisé le co-président du PS Cédric Wermuth.

Tous les partis doivent immédiatement «faire pression pour des investissements publics massifs» afin de prendre ce tournant, estiment les initiants qui lancent une invitation aux autres camps politiques et aux associations pour participer au projet.

Cédric Wermuth veut ouvrir par ce texte «une perspective d'espoir». L'idée est d'«assurer la prospérité des générations futures, de créer des emplois et de renforcer la justice sociale». (ats)

Grève pour le climat à Berne, en images

1 / 11
Grève pour le climat à Berne, en images
source: sda / anthony anex
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Action climatique devant la BNS

Plus d'articles sur le réchauffement climatique

«Des changements climatiques sans précédent»: le Giec dévoile son rapport

Link zum Artikel

À la veille de la COP26, la pollution bat des records. Comment s'en sortir?

Link zum Artikel

La Suisse ne se rendra pas les mains vides à la COP26

Link zum Artikel

L'avenir de la planète angoisse de plus en plus de jeunes

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Maurer, Keller-Sutter et Amherd se disputent la gestion de la cybersécurité
La cybersécurité concerne tout le monde et la Confédération compte créer 25 nouveaux postes à cet effet. La question est de savoir qui sera responsable du nouvel office fédéral? Trois conseillers fédéraux se sont manifestés pour prendre les rênes.

Florian Schütz coiffe plusieurs casquettes: en tant que directeur du Centre national de cybersécurité (NCSC), il est à la fois «service de renseignement et informatique, armée et police, politique, économie et infrastructure», écrivait récemment la Handelszeitung dans un portrait. On comprend ainsi pourquoi trois conseillers fédéraux se disputent actuellement pour savoir qui sera un jour le patron de Schütz. Le délégué fédéral à la cybersécurité est un homme avec une liste de tâches longue comme le bras et il interagit dans plusieurs départements.

L’article