DE | FR

L’Equateur dépénalise l'avortement en cas de viol

Un tournant de la démocratie équatorienne.
Un tournant de la démocratie équatorienne.Image: EPA EFE
La Cour constitutionnelle d'Equateur a résolu mercredi de dépénaliser l'avortement en cas de viol. Une première historique pour ce pays conservateur d’Amérique central.
29.04.2021, 03:3329.04.2021, 05:53

Cette décision entraine la modification de la loi qui jusqu'ici n'autorisait l'avortement en cas de viol que si la femme souffrait d'un handicap mental.

La résolution a été adoptée par sept magistrats contre deux pour déclarer l'inconstitutionnalité des articles 149 et 150 du code pénal équatorien. Ils concernent l'interruption volontaire de grossesse (IVG) suite à un viol.

«Nous sommes plus tranquilles d'enfin être dans un Etat où si nous sommes victimes du pire outrage qui peut être infligé aux femmes, au moins nous n'aurons pas à subir pour le reste de nos vies les conséquences de quelque chose que nous n'avons pas décidé et qui est le produit d'un acte de violence.»
L'avocate Dolores Miño, directrice de l'Observatoire des droits et de la justice.

Trois ans de prison

Les deux articles du Code prévoyaient jusqu'à trois ans de prison en cas d'IVG, établissant aussi une exception en cas de risque pour la santé de la femme enceinte.

En Equateur, six mineures en moyenne avortent chaque jour

80% des grossesses des filles de moins de 14 ans sont dues à la violence sexuelle

2500 mineures accouchent chaque année dans le pays

Le président élu Guillermo Lasso, qui prendra ses fonctions le 24 mai, a exprimé dans un communiqué son «total respect» envers la résolution de la Cour. «Nous devons apprendre chaque jour à vivre en démocratie. Pour cela, l'indépendance des pouvoirs et la laïcité de l'Etat sont des principes non négociables», a déclaré cet ex-banquier conservateur, âgé de 65 ans et membre de l'Opus Dei (organisation religieuse).

Des organisations de défense des droits humains, dont Human Rights Watch (HRW), ont salué la résolution. «C'est un tournant de la démocratie équatorienne», a estimé José Miguel Vivanco, directeur de HRW pour les Amériques, soulignant que la Cour «a émis une sentence fondamentale pour les droits humains». (ats/ga)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Un groupe minier suisse aurait caché des cas de pollution au Guatemala
Selon une enquête internationale, une compagnie minière appartenant à un groupe suisse aurait dissimulé des données sur des dégâts environnementaux dans une mine du nord-est du Guatemala. Le groupe dément en bloc.

La compagnie en question appartient au groupe minier et métallurgique situé en Suisse Solway Investment Group. Elle est accusée d'avoir:

L’article