DE | FR
Wladimir Putin auf der Tribüne des Olympiastadions in Peking.
Wladimir Putin auf der Tribüne des Olympiastadions in Peking.Bild: keystone
Analyse

Ukraine: comment Poutine peut-il céder sans perdre la face?

L'Occident tente d'empêcher une invasion russe de l'Ukraine en mêlant diplomatie et menaces. Une question est au centre des débats: comment Poutine peut-il céder sans perdre la face?
07.02.2022, 19:44
Peter Blunschi
Peter Blunschi
Peter Blunschi
Suivez-moi

La trêve olympique est un mythe qui date de l'Antiquité. Selon ce mythe, les tribus grecques avaient convenu par contrat de faire taire les armes pendant la durée des JO. Ce n'est pas historiquement prouvé, et des actes de guerre ont effectivement eu lieu à plusieurs reprises. C'est d'autant plus vrai pour les Jeux modernes.

La question de savoir si le président russe Vladimir Poutine renoncera à envahir l'Ukraine pendant les Jeux d'hiver de Pékin est donc secondaire. Il se peut qu'il s'abstienne par égard pour le chef d'Etat chinois Xi Jinping. Après tout, ce dernier s'est rallié à l'exigence que l'Ukraine ne rejoigne jamais l'OTAN.

Cette image satellite montre du matériel de guerre russe en Biélorussie.
Cette image satellite montre du matériel de guerre russe en Biélorussie.Bild: keystone

Parallèlement, le risque de guerre a augmenté. Ainsi, selon les renseignements américains, des troupes russes ont été déplacées de l'arrière-pays vers la frontière ukrainienne. La présence militaire russe a également été renforcée avec des soldats et des avions de combat en Biélorussie, où une grande manœuvre doit débuter mardi.

Mise en garde contre les opérations sous «faux drapeau»

«Les exercices ne constituent une menace pour personne», ont souligné les forces armées russes. Toutefois, selon les observateurs occidentaux, la Russie possède désormais les capacités nécessaires pour mener une attaque massive en Ukraine et avancer jusqu'à la capitale: Kiev. En réaction, les Etats-Unis ont commencé à déployer 2000 soldats en Europe.

Ces derniers jours, le gouvernement américain a mis en garde contre des opérations russes "sous faux drapeau" sur le territoire ukrainien dans le but de fabriquer un motif de guerre. Il s'agissait en réalité de l'utilisation de personnes déguisées ainsi que de fausses vidéos censées prouver des attaques ukrainiennes contre le territoire russe ou des russophones.

Activités diplomatiques

Il n'existe aucune preuve à ce sujet, mais il s'agit d'une option "qui est prise en considération", a déclaré le conseiller adjoint à la sécurité américaine Jonathan Finer sur MSNBC. Les critiques n'ont pas manqué. Les médias américains ont ainsi rappelé les précédents flops des services secrets concernant les armes de destruction massive en Irak ou l'avancée des talibans en Afghanistan.

Olaf Scholz in lockerem Outfit im Bundeswehr-Flieger auf dem Weg nach Washington.
Olaf Scholz in lockerem Outfit im Bundeswehr-Flieger auf dem Weg nach Washington.Bild: keystone

La grande question en Occident est de savoir à quel point le risque de guerre est réellement aigu. C'est pourquoi les activités diplomatiques sont également renforcées. Le président français Emmanuel Macron se rendra lundi chez Vladimir Poutine à Moscou et mardi à Kiev. Au préalable, il avait qualifié de "légitimes" les inquiétudes russes en matière de sécurité.

Renforcer l'OTAN au lieu de l'affaiblir

Le chancelier allemand Olaf Scholz est également sorti de sa réserve, pour laquelle il a été vivement critiqué. Lundi, il devait rencontrer le président Joe Biden à Washington, et un voyage à Moscou et Kiev est également prévu la semaine prochaine. L'Allemagne est considérée comme le plus grand frein au sein de l'OTAN, ce qui suscite le mécontentement en Europe de l'Est.

L'activisme ne parvient pas à dissimuler un certain désarroi. Car en réalité, Vladimir Poutine n'a rien à gagner d'une attaque contre l'Ukraine. Elle renforcerait l'OTAN plus qu'elle ne l'affaiblirait. L'Europe de l'Ouest et de l'Est se rapprocheraient. En Finlande, en Suède et même en Autriche, l'adhésion à l'OTAN pourrait être envisagée.

On fait confiance à Poutine

La majeure partie de la population ukrainienne devrait définitivement s'orienter vers l'ouest. Une invasion russe ne serait donc pas logique. Le problème, c'est que l'on croit Vladimir Poutine capable de la mener à bien. L'autocrate russe agit de manière de plus en plus erratique. C'est ce que montre également son action de plus en plus impitoyable contre l'opposition en Russie.

Il n'a toutefois pas réussi à diviser l'Occident et l'OTAN. Selon Richard Haass, diplomate américain expérimenté qui a travaillé pour des présidents démocrates et républicains, Poutine s'est mis dans une position peu enviable : "Il doit soit escalader, soit trouver un moyen de céder sans perdre la face".

Sortir du bourbier

Il est impossible de prédire ce que Poutine fera, écrit Richard Haass dans un article publié entre autres par la NZZ. Il pourrait opter pour une intervention limitée dans l'est de l'Ukraine "sans s'exposer à des sanctions majeures". Mais même dans ce cas, le risque existe que l'alliance nord-atlantique soit renforcée.

Il est donc plus que jamais décisif de savoir si une stratégie de sortie peut être trouvée pour Vladimir Poutine. Car le président lui-même ne sait probablement pas comment sortir du bourbier dans lequel, selon Richard Haass, il s'est enfoncé. Et comme Poutine est justement Poutine, l'Europe et l'Ukraine doivent se débrouiller avec le risque de guerre.

On a des nouvelles de Kim Jong-un, il va bien, il fait du cheval

Plus d'articles sur les tensions entre Russie et Ukraine

L'armée ukrainienne a-t-elle une chance de résister à une attaque russe?

Link zum Artikel

La crise ukrainienne fait planer le spectre d'une guerre en Europe

Link zum Artikel

Ukraine: le G7 prêt à imposer des sanctions aux «conséquences massives»

Link zum Artikel

Des risques élevés de guerre en Europe, selon ce haut diplomate suisse

Link zum Artikel

En cas de guerre en Ukraine, voici les pénuries qui nous guettent en Suisse

Link zum Artikel

La Russie préparerait une opération pour justifier l'invasion de l'Ukraine

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Slava Bykov et son interview polémique: pourquoi?
Slava Bykov, 61 ans, a-t-il détruit son monument en une seule interview? Comment quelqu'un qui connaît notre culture et nos valeurs depuis des années en arrive-t-il à parler la langue du Kremlin? Tentative d'explication.

Dans un long entretien à un site russe, l'ancien génie du hockey (multiple champion olympique et champion du monde) Slava Bykov, naturalisée suisse, a reproduit sans filtre la propagande russe sur la guerre en Ukraine.

L’article