DE | FR
In this image made from video provided by NTV, Belarus Olympic sprinter Krystsina Tsimanouskaya enters the Polish embassy in Tokyo, Japan, Monday, Aug. 2, 2021. Tsimanouskaya plans to seek asylum in Poland, an activist group said Monday, after the athlete alleged that her team

L'athlète est «en sécurité» à l'ambassade polonaise de Tokyo. Image: sda

Tokyo 2020

Krystsina Tsimanouskaya va se réfugier en Pologne

La sprinteuse biélorusse se trouve à l'ambassade polonaise de Tokyo, après avoir passé une nuit sous la protection de la police. L'athlète de 24 ans avait refusé un vol de retour «forcé» par les autorités de son pays.



Alors qu’elle se préparait à courir les séries du 200m ce lundi, Krystsina Tsimanouskaya s'est vue retirée de la course olympique et forcée à rentrer chez elle par les autorités biélorusses dimanche 1er août. Contactée par la jeune femme, l'agence de presse Reuters a dévoilé l'information.

Hors de question pour l'athlète de 24 ans de retourner en Biélorussie: elle craint pour sa vie, le régime biélorusse réprimant brutalement ses opposants.

En arrivant à l’aéroport, elle s'est empressée de demander de l’aide par vidéo à la police japonaise, ainsi qu'au Comité international olympique (CIO) notamment. Si la plainte a rapidement été entendue, le vol a décollé sans Krystsina Tsimanouskaya à bord, rapporte la BBC.

epa09389293 A police officer and media members gather before the Polish Embassy in Tokyo, Japan, 03 August 2021. Belarusian athlete Krystsina Tsimanouskaya has taken refuge inside the Polish embassy after Poland offered her an humanitarian visa.  EPA/FRANCK ROBICHON

L'ambassade polonaise à Tokyo. Image: sda

Elle se trouve actuellement à l'ambassade de Pologne à Tokyo, après avoir passé une nuit dans un hôtel sous la protection de la police. Elle est «en sécurité», a assuré mardi le ministre japonais des affaires étrangères.

L'athlète a obtenu un visa humanitaire de la Pologne, écrit la BBC. Elle devrait s'envoler pour ce pays mercredi.

Des déclarations qui n’ont pas plu

Tout a commencé vendredi 30 juillet. Après avoir participé au 100m sans grand succès, la sprinteuse s'est plainte sur Instagram de la négligence de ses entraîneurs. Elle a également déploré avoir été inscrite au pied levé au relais 4x400 m après que certaines de ses coéquipières ont été jugées inéligibles pour dopage.

Ces commentaires ne sont visiblement pas passés auprès des autorités et médias locaux.

«L’entraîneur principal est venu me voir et m’a dit qu’il y avait un ordre de la hiérarchie de me retirer de l’équipe», indique-t-elle par message à Reuters.

Le comité olympique biélorusse – dirigé par Viktor Loukachenko, fils du président Alexandre Loukachenko – a, quant à lui, affirmé que la sportive a été écartée des Jeux sur «décision des médecins, en raison de son état émotionnel et psychologique». Un «mensonge» pour Krystsina Tsimanouskaya, qui cherche actuellement une solution avec les autorités japonaises et d’autres pays d’Europe.

Un possible asile en Europe

Pavel Latushka, ancien ministre et ambassadeur biélorusse, aujourd’hui opposant au régime, a informé sur son compte Twitter lundi après-midi que Tsimanouskaya se trouvait à l'ambassade de Pologne à Tokyo, sous protection policière.

«En ce moment, Krystsina Tsimanouskaya est dans le bâtiment de l'ambassade de Pologne à Tokyo, sous protection de la police japonaise et de la garde des diplomates polonais. Elle y restera jusqu'à son départ pour Varsovie.

Kristina s'envolera accompagnée par le consul de Pologne au Japon. Durant tout ce temps, Kristina a été aidée par la diaspora biélorusse au Japon. Encore une fois, le régime a démontré l'absence de droits humains envers les citoyens de Biélorussie.»

(fag)

Les Jeux olympiques de Tokyo, en images

1 / 28
Les Jeux olympiques de Tokyo, en images
source: keystone / keystone
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Un tour d'horizon sur le village olympique

Plus d'articles sur le sport

Une fighteuse trans met une rouste à sa rivale et crée la polémique

Link zum Artikel

Petkovic: «La méfiance de l'ASF a été difficile à accepter»

Link zum Artikel

Costaud, un peu fou, la Suisse a son nouveau patron de Coupe Davis

Link zum Artikel

Netflix entretient le mystère autour de Michael Schumacher

Link zum Artikel

Pour les sportifs, un petit joint ne fera bientôt plus de mal

Link zum Artikel

Berne était le Bayern du hockey, désormais il ressemble à Ajoie

Link zum Artikel

La Nati est virée du jeu FIFA, mais qui la pleure vraiment?

Link zum Artikel

Roger Federer réussit un coup de maître avec son entrée en bourse

Link zum Artikel

Young Boys a épaté tout le monde, à commencer par lui-même

Link zum Artikel

Novak Djokovic a dû attendre de perdre pour être aimé du public

Link zum Artikel

Née qu'avec 8 doigts, Francesca Jones est une pépite du tennis

Link zum Artikel

Lausanne-Sion? Laissez tomber, voici les cinq vrais derbys romands

Link zum Artikel

Les Suisses cartonnent en contre-la-montre, depuis un sacré temps

Link zum Artikel

Yann Sommer est le chouchou des Suisses et voici pourquoi

Link zum Artikel

Il distribuait des beignes mais au fond, il n'était pas si méchant

Link zum Artikel

Les supporters ont-ils attrapé la grosse tête?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

«Oh my Viking!» Karsten Warholm a choqué l'athlétisme

Le nouveau champion olympique du 400m haies a brisé la barrière des 46 secondes mardi matin. Les admirateurs ont très vite pris la mesure de l'exploit, quand d'autres l'ont interrogé.

Un rappel, d'abord, pour ceux qui ne se seraient pas levés tôt (la finale était à 5h20 en Suisse) ou qui ne seraient pas abonnés aux bons comptes sur les réseaux sociaux: le Norvégien Karsten Warholm est devenu champion olympique du 400m haies en abaissant le record du monde à 45''94.

Cette prouesse a enchanté la plupart des amoureux du sport: athlètes, entraîneurs, journalistes ou téléspectateurs, ils ont été nombreux à rendre hommage au champion de 25 ans.

Lea Sprunger la première. La Vaudoise …

Lire l’article
Link zum Artikel