DE | FR
L'athlète est «en sécurité» à l'ambassade polonaise de Tokyo.
L'athlète est «en sécurité» à l'ambassade polonaise de Tokyo.Image: sda
Tokyo 2020

Krystsina Tsimanouskaya va se réfugier en Pologne

La sprinteuse biélorusse se trouve à l'ambassade polonaise de Tokyo, après avoir passé une nuit sous la protection de la police. L'athlète de 24 ans avait refusé un vol de retour «forcé» par les autorités de son pays.
03.08.2021, 06:3103.08.2021, 06:32

Alors qu’elle se préparait à courir les séries du 200m ce lundi, Krystsina Tsimanouskaya s'est vue retirée de la course olympique et forcée à rentrer chez elle par les autorités biélorusses dimanche 1er août. Contactée par la jeune femme, l'agence de presse Reuters a dévoilé l'information.

Hors de question pour l'athlète de 24 ans de retourner en Biélorussie: elle craint pour sa vie, le régime biélorusse réprimant brutalement ses opposants.

En arrivant à l’aéroport, elle s'est empressée de demander de l’aide par vidéo à la police japonaise, ainsi qu'au Comité international olympique (CIO) notamment. Si la plainte a rapidement été entendue, le vol a décollé sans Krystsina Tsimanouskaya à bord, rapporte la BBC.

L'ambassade polonaise à Tokyo.
L'ambassade polonaise à Tokyo.Image: sda

Elle se trouve actuellement à l'ambassade de Pologne à Tokyo, après avoir passé une nuit dans un hôtel sous la protection de la police. Elle est «en sécurité», a assuré mardi le ministre japonais des affaires étrangères.

L'athlète a obtenu un visa humanitaire de la Pologne, écrit la BBC. Elle devrait s'envoler pour ce pays mercredi.

Des déclarations qui n’ont pas plu

Tout a commencé vendredi 30 juillet. Après avoir participé au 100m sans grand succès, la sprinteuse s'est plainte sur Instagram de la négligence de ses entraîneurs. Elle a également déploré avoir été inscrite au pied levé au relais 4x400 m après que certaines de ses coéquipières ont été jugées inéligibles pour dopage.

Ces commentaires ne sont visiblement pas passés auprès des autorités et médias locaux.

«L’entraîneur principal est venu me voir et m’a dit qu’il y avait un ordre de la hiérarchie de me retirer de l’équipe», indique-t-elle par message à Reuters.

Le comité olympique biélorusse – dirigé par Viktor Loukachenko, fils du président Alexandre Loukachenko – a, quant à lui, affirmé que la sportive a été écartée des Jeux sur «décision des médecins, en raison de son état émotionnel et psychologique». Un «mensonge» pour Krystsina Tsimanouskaya, qui cherche actuellement une solution avec les autorités japonaises et d’autres pays d’Europe.

Un possible asile en Europe

Pavel Latushka, ancien ministre et ambassadeur biélorusse, aujourd’hui opposant au régime, a informé sur son compte Twitter lundi après-midi que Tsimanouskaya se trouvait à l'ambassade de Pologne à Tokyo, sous protection policière.

(fag)

Les Jeux olympiques de Tokyo, en images

1 / 28
Les Jeux olympiques de Tokyo, en images
source: keystone / keystone
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Bouffe, lit en carton, vue, le village olympique, c'est pas si pire

Video: watson

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Nadal: «Les adieux de Roger seront aussi un moment difficile pour moi»
Le vœu de Roger Federer s'est exaucé: il a joué en double avec Rafael Nadal, son grand rival et ami, pour son dernier match ce soir. L'Espagnol appréhendais ce moment chargé en émotions.

Roger Federer a pleuré quand il a gagné. Il a pleuré quand il a perdu. Et il pleurera lorsqu'il fera ses adieux au tennis, ce vendredi soir. La carrière du Bâlois prendra alors fin avec un double aux côtés de son rival et ami Rafael Nadal contre les Américains Jack Sock et Frances Tiafoe.

L’article