DE | FR
politique PLR SUISSE

Marcel Dobler (au centre) pourrait s'imaginer présider le PLR aux côtés d'une personnalité féminine. Deux candidates potentielles sont Johanna Gapany (à gauche) et Jacqueline de Quattro (à droite)

Gapany? De Quattro? Une Romande pourrait co-présider le PLR

Le Saint-gallois Marcel Dobler veut reprendre la présidence du PLR mais sous une condition: le faire avec un ou une partenaire. Des pourparlers avec des femmes romandes du parti sont en cours.

Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story

Francesco Benini / ch media



Saskia Schenker, présidente du PLR de Bâle-Campagne, et son comité, travaillent actuellement pour dénicher le nouveau leader du PLR. Jusqu'au 15 août, ils doivent trouver des politiciens volontaires pour présider le parti. Les délégués éliront le successeur de Petra Gössi le 2 octobre.

Deux parlementaires fédéraux qui faisaient partie des candidats possibles ont rejoint le comité de recherche - et se sont donc retirés de la course :

Nécessité d'un nouveau plan de protection du climat

Interrogé sur une potentielle candidature, le conseiller national Philippe Nantermod fait lui aussi la sourde oreille: «La vie de famille ne permet pas d'exercer cette fonction», confie-t-il. La conseillère nationale Susanne Vincenz-Stauffacher, quant à elle, souligne qu'elle a encore beaucoup de projets en tant que présidente de la section des femmes libérales. Il ne semble pas qu'elle veuille diriger le parti national prochainement.

La conseillère nationale Maja Riniker a aussi refusé. Damian Müller, membre du Conseil des États, a déclaré quant à lui qu'il n'était pas question d'exercer une fonction officielle pour le moment. Le mandat de président du PLR semble ainsi très peu convoité.

Mais tout n'est pas perdu pour le parti. A la mi-juin, la conseillère nationale Jacqueline de Quattro a déclaré qu'elle envisageait une candidature - à condition que le PLR s'accorde sur une stratégie claire.

Le conseiller national Marcel Dobler est le premier à se dévoiler. L'homme d'affaires saint-gallois a confié qu'il souhaitait devenir président du PLR. Mais à une condition: trouver en Suisse romande un politicien, ou mieux une politicienne pour former un binôme à ses côtés.

L'expérience du leadership en commun

L'analyse de M. Dobler n'est pas sans rappeler les déclarations de M. de Quattro: il faut d'abord clarifier les questions stratégiques. Par exemple, quelle est la prochaine étape de la politique environnementale? Petra Gössi avait donné un coup de pinceau vert au PLR après la canicule en été 2018. Aujourd'hui, cependant, la loi sur le CO2 a également échoué en raison de la résistance de nombreux électeurs du PLR.

Les politiciens libéraux s'accordent sur le fait que le PLR ne doit pas négliger la protection du climat. Mais de nouveaux réglages sont nécessaires. Devons-nous continuer à compter sur les taxes incitatives? Dans quelle mesure l'État doit-il promouvoir l'innovation technique à l'avenir? Certains politiciens du PLR profitent également des vacances d'été pour rédiger des documents sur la politique environnementale pour le parti.

La Vaudoise Jacqueline de Quattro et le Saint-Gallois Marcel Dobler seront-ils bientôt à la tête du PRD? Ce qui est sûr en tout cas, c'est qu'ils ont l'expérience du leadership. Jacqueline De Quattro était conseillère au gouvernement dans un grand canton. Marcel Dobler a lui fondé la société Digitec et l'a dirigée avec succès avant de la vendre à Migros.

Staenderat Andrea Caroni, FDP-AR, spricht waehrend der Sommersession der Eidgenoessischen Raete, am Mittwoch, 16. Juni 2021 im Nationalrat in Bern. (KEYSTONE/Anthony Anex)

Le Conseiller d'Etat Andrea Caroni Image: KEYSTONE

Certains membres du PLR pensent que le parti devrait être dirigé de manière plus stricte que l'année dernière. D'autres considèrent qu'il est encore plus urgent que les querelles entre les ailes gauche et droite du parti cessent. Le différend s'est intensifié dans les points de vue sur la politique climatique - et dans la position sur le traité-cadre de l'UE. Et Petra Gössi, au centre des disputes de plus en plus empoisonnée, ne parvient plus à unir le parti.

Le groupe parlementaire de Berne est largement d'avis que le parti devrait à l'avenir distinguer plus clairement les affaires stratégiques et non stratégiques. Sur les questions essentielles, la dissidence ne devrait plus être tolérée. Ceux dont l'opinion ne correspond pas à la ligne du parti doivent se taire - et ne pas s'impliquer dans les comités d'opposition.

«Nous avons besoin de quelqu'un qui puisse vraiment s'asseoir sur les prima donna du groupe parlementaire»

Conseiller national du FDP

Marcel Dobler appartient à l'aile droite du parti. Il souligne désormais qu'il est un «joueur d'équipe» et qu'en tant que président du parti, il assumera un rôle différent de celui qu'il avait auparavant. La question reste désormais de savoir si le camp gauche-libéral du PLR peut être convaincu par ces déclarations.

À l'âge de 31 ans, elle est entrée au Conseil des États

Jacqueline de Quattro et Marcel Dobler parviendront-ils à un accord ? "Il n'y a rien de nouveau à signaler", répond la conseillère nationale.

Les recherches montrent que le comité de recherche a contacté un autre politicien de Suisse romande. Son nom n'a pas encore été mentionné dans les articles sur les candidats possibles à la succession de Petra Gössi.

Il s'agit de Johanna Gapany. Elle est devenue membre du Conseil des États du canton de Fribourg en 2019. Le mot «sensation» a été utilisé dans les analyses de son élection. Âgée de 31 ans, Gapany était responsable de l'entretien des routes et de la sylviculture au sein de l'exécutif communal de Bulle - et a réussi à évincer le membre PDC du Conseil des États sortant, Beat Vonlanthen.

Bild

Johanna Gapany

Objectif: ne plus perdre de terrain lors des élections de 2023

Aujourd'hui, Johanna Gapany siège déjà dans trois importantes commissions parlementaires. L'étoile filante du PLR en Suisse romande va-t-elle se présenter à la présidence du parti national ? «La fonction est trop importante pour que je leur donne déjà une réponse» écrit Gapany. Elle confirme ainsi qu'une candidature n'est pas exclue.

Ce nom suscite l'enthousiasme de certains membres de parti. Un parlementaire est convaincu que le PLR pourrait marquer des points auprès des jeunes électeurs avec Johanna Gapany comme co-présidente.

Il semble donc que le PLR pourrait bien se retrouver avec une coprésidence suisse romande et un président suisse alémanique.

Mais tout le monde n'est pas convaincu par cette perspective. En effet, pour certains, la responsabilité de la plus haute fonction du parti ne peut être partagée et il est préférable d'avoir un seul visage pour incarner le PLR.

On ne sait pas encore si le conseiller d'État Thierry Burkart et le conseiller national Matthias Jauslin entreront dans la course. Les deux politiciens argoviens ne dévoilent pas leurs cartes. Les observateurs s'attendent à ce que Burkart se retire - car Marcel Dobler vient de la même aile du parti.

Les membres du parti s'accordent à dire que des efforts considérables sont désormais nécessaires pour mettre fin à la tendance à la baisse. Les élections nationales auront lieu dans un peu plus de deux ans. Si le PLR ne se stabilise pas d'ici là, il pourrait perdre un siège au Conseil fédéral en décembre 2023.

En même temps, il y a quelque chose comme une nouvelle confiance. La direction du parti vert révèle des faiblesses stratégiques. Et avec la fin de l'accord-cadre, un sujet désagréable pour le FDP n'est plus sur la table. Le parti soutient ses conseillers fédéraux Cassis et Keller-Sutter dans leurs efforts pour trouver une nouvelle base de discussion avec Bruxelles. "Nous pourrions nous rattraper avec une nouvelle présidence forte", dit un conseiller national.

Ce 14 juin, elles dénoncent le sexisme en politique

Plus d'articles «Actu»

A Bâle, le procès pour viol n'a pas fini de faire parler

Link zum Artikel

Le nouvel outil anti pédocriminalité d'Apple est accusé d'espionnage

Link zum Artikel

Profitez de la nouvelle saison de La Casa de Papel… car c'est la dernière

Link zum Artikel

La mort d'un prêtre provoque une crise politique en France

Link zum Artikel

Analyse

Pourquoi les Yverdonnois changent de municipalité comme de chemise

Cela doit être du jamais vu en Romandie. Depuis un demi-siècle, la municipalité de la cité thermale change systématiquement de camp à chaque élection. Une instabilité qui s'explique notamment par de vieilles rancunes et un équilibre politique précaire.

Les Yverdonnois ont encore changé d'avis, en élisant une majorité de gauche dimanche dernier. Comme d'habitude, aurait-on envie de dire. Depuis cinquante ans, aucun parti n'a réussi à convaincre les habitants de la cité thermale plus de quelques années d'affilée.

Car pour suivre la politique de la deuxième ville vaudoise, mieux vaut avoir le cœur bien accroché. En 2016, les quatre candidats PLR avaient été élus dès le premier tour. En 2021, ce sont deux socialistes et une candidate verte …

Lire l’article
Link zum Artikel