DE | FR
Bild

Naftali Bennett, nouveau premier ministre israélien. keystone

Après 12 ans à la tête d'Israël, Netanyahou poussé dehors par Bennett

Une petite majorité des membres du parlement israélien ont élu un nouveau gouvernement composé d'une coalition hétéroclite.



Une nouvelle page de l'Histoire d'Israël s'est tournée, dimanche, avec la fin de 12 ans de règne ininterrompu du premier ministre Benjamin Netanyahou, écarté par un vote de confiance du Parlement à une coalition hétéroclite menée par son ancien allié Naftali Bennett.

Ce changement à la tête du gouvernement est entré en vigueur dès la fin du vote historique: 60 députés ont voté pour la nouvelle coalition, qui va de la droite à la gauche, en passant par l'appui d'un parti arabe. Voici une présentation de cette coalition 👇.

Les opposant à cette coalition particulière étaient au nombre de 59, principalement issus du parti Likoud de Netanyahou, de l'extrême droite et des partis ultra-orthodoxes, s'y sont opposés.

Israel's new prime minister Naftali Bennett shakes hands with outgoing prime minister Benjamin Netanyahu during a Knesset session in Jerusalem Sunday, June 13, 2021. Israel's parliament has voted in favor of a new coalition government, formally ending Netanyahu's historic 12-year rule. Naftali Bennett, a former ally of Netanyahu became the new prime minister (AP Photo/Ariel Schalit)

Le pouvoir change de main en Israël. Image: sda

L'ex-premier ministre, visage fermé, a serré la main de son successeur (photo ci-dessus), avant de quitter précipitamment le Parlement, alors que les nouveaux membres du gouvernement, certains émus aux larmes, prêtaient serment.

Dès l'annonce du résultat, une foule d'Israéliens ont célébré le départ du pouvoir de Netanyahou, à Jérusalem, aux abords de la Knesset, mais aussi par milliers sur l'emblématique place Rabin, drapeaux israéliens au vent.

Israelis celebrate the swearing in of the new government in Tel Aviv, Israel, Sunday, June 13, 2021. Israel's parliament has voted in favor of a new coalition government, formally ending Prime Minister Benjamin Netanyahu's historic 12-year rule. Naftali Bennett, a former ally of Netanyahu became the new prime minister. (AP Photo/Oded Balilty)

Image: sda

«Ce Premier ministre est resté là trop longtemps, il a essayé de changer le système en sa faveur et d'échapper à certains crimes, alors aujourd'hui c'est la fête à Tel-Aviv.»

Jorel Franganti, 24 ans.

Netanyahou annonce déjà son retour

Quelques heures avant, lors de son dernier discours de premier ministre devant la Knesset, Benjamin Netanyahou, qui a dirigé le pays de 1996 à 1999 puis de 2009 à ce 13 juin 2021, avait assuré qu'il reviendrait «bientôt».

Aux dernières législatives de mars, le Likoud, son parti, avait terminé en pole position, mais Netanyahu n'avait pas réussi à rallier une majorité de 61 députés nécessaires pour former un gouvernement.

Le désormais l'ex-premier ministre a averti qu'il taclerait le gouvernement actuel dans l'espoir de revenir au pouvoir malgré ses 71 ans et son procès pour corruption, malversation et abus de pouvoir dans une série d'affaires.

Les défis du nouveau premier ministre

Signe des difficultés qui attendent la nouvelle coalition, Naftali Bennett a eu du mal à prendre la parole au Parlement, noyé sous les huées de ses opposants:

«Je comprends que ce ne soit pas un jour facile pour beaucoup aujourd'hui, mais ce n'est pas un jour de deuil, c'est un jour de changement, de changement de régime dans une démocratie.»

Et ce dernier a réussi in extremis début juin à réunir une majorité en formant une coalition réunissant deux partis de gauche, deux de centre, trois de droite et – fait rarissime – la formation arabe Raam de Mansour Abbas.

Le soutien de Mansour Abbas et de Naftali Bennett a été essentiel pour atteindre le seuil de la majorité. Et pour s'assurer du soutien de Bennett, Yaïr Lapid lui a proposé d'être d'abord le premier ministre pour deux ans, avant d'enfiler lui-même en août 2023 le costume de chef de gouvernement. Si, bien sûr, cette coalition hétéroclite fragile parvient à rester au pouvoir jusque-là.

epa09268607 Leader of the Yemina party and designated prime minister Naftali Bennett (R) and Yesh Atid leader Yair Lapid (L) after the results of a special Knesset voting session on the formation of a new coalition government, in Jerusalem, Israel, 13 June 2021. A majority in the Israeli parliament 'Knesset' voted to unseat prime minister Netanyahu and for the formation of a new government coalition.  EPA/ABIR SULTAN

Yaïr Lapid avec Naftali Bennett. Image: sda

En présentant au Parlement les grandes lignes de son gouvernement, Naftali Bennett a affirmé que sa coalition ne laisserait pas «l'Iran se doter de l'arme nucléaire»:

«Ce gouvernement commence son travail sous la plus grave des menaces sécuritaires.»

Il a assuré que son pays se «réserverait une liberté totale d'action» contre son ennemi juré qui se défend de chercher à obtenir l'arme atomique.

Outre le dossier iranien, ce gouvernement uni par sa seule volonté de faire chuter Netanyahou, devra trouver un terrain d'entente sur la relance économique post-pandémie, et éviter des sujets sensibles comme la question palestinienne. (ats/jah)

Et sinon dans l'actu ces jours on parle aussi pas mal d'Euro:

1 / 7
Encore quelques surdoués de l'Euro
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles «Actu»

Aux Pays-Bas, le journaliste blessé par balles est décédé

Link zum Artikel

En Norvège, ne pas signaler ses retouches sur Insta peut coûter cher

Link zum Artikel

Droits LGBT: l'UE menace la Pologne et la Hongrie

Link zum Artikel

La pluie, c'est nul mais ça inspire de belles chansons! En voici 9

Link zum Artikel

La police disperse une manif antisémite en Allemagne

Près de 200 manifestants ont scandé des slogans antisémites devant la synagogue de Gelsenkirchen, en Allemagne.

Environ 180 manifestants se sont rassemblés mercredi soir devant la synagogue de Gelsenkirchen, en criant «Scheiß Juden», ce qui peut être traduit par «putain de Juifs»:

En Allemagne, scander des slogans antisémites peut constituer une infraction pénale.

Selon le Bild, cette éruption d'antisémitisme survient à cause de l'escalade militaire entre l'armée israélienne et le mouvement palestinien du Hamas. Depuis lundi, les affrontements au Moyen-Orient ont fait plusieurs dizaines de victimes, …

Lire l’article
Link zum Artikel