DE | FR
Yves Rossier (ici avec Vladimir Poutine) avait été nommé ambassadeur à Moscou en septembre 2016 (archives).
Yves Rossier (ici avec Vladimir Poutine) avait été nommé ambassadeur à Moscou en septembre 2016 (archives).Image: sda

Yves Rossier: Peu de chances que la Suisse soit médiatrice en Ukraine

L'ancien ambassadeur suisse à Moscou, Yves Rossier, estime que les chances de voir la Suisse comme médiatrice dans la guerre en Ukraine sont faibles. La Turquie semble désormais assumer ce rôle.
03.04.2022, 11:3603.04.2022, 18:03

Les chances que Berne puisse encore jouer un rôle de médiatrice dans le cadre de la guerre en Ukraine sont faibles, selon l'ancien ambassadeur suisse à Moscou, Yves Rossier. Il doute en outre du bénéfice direct des sanctions prises.

Depuis le début de la guerre, la Suisse a proposé ses bons offices. Mais il semble la Turquie assume désormais le rôle de médiatrice, puisqu'elle accueille des discussions entre des représentants ukrainiens et russes. La Turquie a habilement manœuvré, a estimé Yves Rossier dans une interview publiée dimanche dans la SonntagsZeitung.

D'une part, elle n'a pas pris de sanctions contre la Russie, d'autre part, elle fournit des armes à l'Ukraine et achète du gaz russe. La Suisse, en revanche, figure sur la liste russe des «Etats hostiles», a rappelé l'ancien ambassadeur.

Un rôle de médiation pour la Suisse semble donc improbable, selon Yves Rossier. Un pays ne peut assumer un tel rôle que si les parties le lui demandent. De plus, un médiateur au sens strict n'est nécessaire que si les parties ne se parlent pas.

La Suisse face à une «pesée d'intérêts»

Contrairement à la Turquie, la Suisse a repris les sanctions de l'UE contre la Russie. Yves Rossier trouve que cette décision n'était pas une erreur par rapport à un éventuel rôle de médiation. Il faut toujours faire une pesée d'intérêts et prendre plusieurs éléments en considération:

  • les relations avec les parties au conflit,
  • les relations avec l'UE et les Etats-Unis,
  • l'opinion publique en Suisse,
  • la tradition humanitaire,
  • la perception de la Suisse à l'étranger.

Yves Rossier a souligné que:

«Cette tâche incombe au Conseil fédéral, au Conseil fédéral seul»

Il a encore estimé que la Suisse n'a pas durablement terni sa réputation au niveau international en adoptant ces sanctions. Selon lui, il n'est pas nécessaire d'être absolument neutre pour jouer un rôle de médiation.

Quels sont les effets des sanctions?

La question est de savoir si les sanctions prises ont l'effet souhaité, et il est difficile d'y répondre, a jugé l'ancien ambassadeur. Ces sanctions feront certainement du mal à la Russie, mais il faut se demander si elles incitent vraiment Moscou à faire des concessions, a-t-il poursuivi. Et de préciser que les sanctions contre les oligarques russes par exemple «leur font du tort», mais elles n'ont guère d'effet sur les décisions du Kremlin.

Yves Rossier a encore fait remarquer que les sanctions n'avaient jusqu'à présent conduit nulle part à une détente - ni en Iran, ni en Syrie, ni en Corée du Nord. Il a cependant concédé que les sanctions auront un effet à moyen et long terme, surtout que la guerre coûte cher à Moscou.

Le fait que la Russie exige avec tant de véhémence la levée des sanctions comme condition de paix dans les négociations avec l'Ukraine montre qu'elle est sous pression financière et économique. (sas/ats)

Les images glaçantes de Marioupol vue du ciel

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Igor Girkin: ce prorusse plus extrême que Poutine qui dérange Moscou
Fervent nationaliste et critique du Kremlin, cet ex des Renseignements a été arrêté par les autorités de Crimée. Qu'est-ce qui se cache derrière cette affaire?

Pendant des mois, l'ancien leader séparatiste Igor Girkin a traîné le régime russe dans la boue à travers ses publications: le commandement militaire est trop «incompétent» et l'invasion de l'Ukraine est pleine «d'erreurs tactiques».

L’article