DE | FR
Image: shutterstock

Aux Etats-Unis, des écoles font face à une pénurie de chauffeurs

Dans l'Etat du Massachusetts, certaines écoles ont dû faire appel à la garde nationale afin de former des conducteurs pour la rentrée d'automne.
27.09.2021, 08:1327.09.2021, 10:14

Des établissements scolaires à travers les États-Unis affrontent actuellement une grave pénurie de chauffeurs de bus, amplifiée par la pandémie, mais provoquée par des problèmes bien plus anciens.

Une enquête de l'association nationale du transport américain indique que plus de 80% des écoles ont des problèmes d'effectifs et 51% d'entre elles décrivent la situation comme étant grave ou désespérée. Plusieurs médias nationaux, dont le New York Times, tirent la sonnette d'alarme face à l'ampleur du phénomène.

Mais comment en sont-ils arrivés là?

Cette situation survient à un moment où de nombreuses industries à bas salaires ont du mal à trouver et à conserver des travailleurs.

  • La pandémie a amené de nombreuses personnes à réévaluer les compromis qu'elles sont prêtes à accepter pour un emploi;
  • Les salaires sont faibles et les horaires, souvent entrecoupés, ne permettent pas d'avoir un deuxième emploi.
  • De nombreuses professions liées au service à la personne sont parmi les plus exposées à une infection du Covid-19 et les employés du secteur des transports sont les plus exposés, après ceux du secteur de l'alimentation et de l'agriculture;
  • De nombreux chauffeurs expriment des craintes pour leur propre santé. Rien qu'à Chicago, 70 chauffeurs ont déjà démissionné, soit environ 10% de la main-d'œuvre totale.

Une solution temporaire grâce à la garde nationale

Dans l'Etat de New York, les responsables de district et les compagnies de bus se sont démenés pour trouver des moyens de transporter chaque jour plus de deux millions d'élèves entre l'école et les activités extra-scolaires. Et qu'en est-il de la situation dans les autres Etats?

  • Le Montana offre des primes de 4000 dollars pour tenter d'inciter les gens à occuper des postes, lorsque les enfants reviennent de l'enseignement à distance;
  • L'Etat du Massachusetts a appelé la garde nationale pour former 250 personnes à l'utilisation de camionnettes pouvant transporter les élèves dans certains des districts scolaires les plus touchés.
  • Et au Delaware, les autorités scolaires proposent de payer 700 dollars aux parents pour qu'ils se chargent de transporter les individus en classe. Tandis que le district de Pittsburgh aurait annoncé que des centaines d'enfants devront commencer la rentrée en se rendant à l'école à pied.

Les écoles appellent désormais le gouvernement américain à prendre des mesures pour augmenter le nombre de chauffeurs, en simplifiant la procédure d'obtention d'un permis de conduire commercial pour les futurs chauffeurs. Et en facilitant les appels d'offres des compagnies de bus privées, pour l'obtention de contrats scolaires.

En parlant de petite enfance: Sonia Grimm, engagée contre la violence sur scène et en politique

L'actualité internationale vous intéresse? Par ici

Un géant de l'immobilier vacille en Chine et les marchés mondiaux chutent

Link zum Artikel

Vous planifiez vos vacances d'automne? Ce que vous devez savoir

Link zum Artikel

La Chine est-elle à l'aube d'une dictature digitale?

Link zum Artikel

Angela Merkel part après 16 ans de règne, quel est son héritage?

Link zum Artikel

Le choix des sous-marins américains est une claque pour la France

Link zum Artikel

Pourquoi Al-Qaïda pourrait menacer l'Afghanistan d’ici à 2 ans?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Devoirs à la maison: «Souvent, ce sont les parents qui les gèrent»

Qui dit rentrée scolaire dit aussi retour des... devoirs à domicile. Pour tenter de faire évoluer ce sujet qui a toujours été sensible, le canton de Vaud lance un projet pilote en vue de les intégrer à la grille horaire des élèves. On a voulu en savoir plus.

Soyons francs: les devoirs, c'est une plaie pour beaucoup de monde. Stress, inégalités, poids sur les épaules des parents, surcharge de travail pour les pour les enseignants, la liste des défauts qui les accompagne est longue. Ils sont pourtant toujours présents dans l’enseignement obligatoire et cèdent difficilement leur place à des alternatives qui font leur preuve. Dernier échec en date: le canton de Berne, qui avait décidé de les supprimer, purement et simplement. Principale …

Lire l’article
Link zum Artikel