DE | FR
Image: Shutterstock
Analyse

4 preuves que l'étau se resserre sur les non-vaccinés

Toutes les mesures de lutte contre le Covid ont un objectif (parmi d’autres): augmenter la couverture vaccinale.
31.08.2021, 11:4231.08.2021, 16:47

La vaccination n’est pas obligatoire en Suisse. Elle ne le sera probablement jamais, du moins pour l’ensemble de la population. Pourtant, la couverture vaccinale est bien en dessous des attentes. Un peu plus de 51,5% de la population sont entièrement vaccinés alors que 90% des patients Covid occupant les soins intensifs ne sont pas passés par la case piqûre, selon la Confédération.

Une situation qui pousse le Conseil fédéral à tout faire (ou presque) pour augmenter le taux de vaccination. Son objectif premier est de maintenir la tête des hôpitaux hors de l’eau, mais personne n’est dupe: Il est aussi de pousser les vaccino-hésitants à se faire vacciner en limitant progressivement leurs libertés. Voici comment:

Tests payants

C’est une des grosses annonces de la semaine passée: La fin, dès le 1er octobre, des tests Covid dits «de confort». C’est-à-dire ceux réalisés par des personnes asymptomatiques et qui donnent droit à l’obtention du certificat. Ces tests prisés des clubbers, notamment.

Pis: en cas de symptômes, le test est gratuit mais s’il est négatif, il ne mène pas au certificat. L’objectif est d’éviter les fraudes. Cette mesure a non seulement obtenu l’aval des cantons, mais aussi de la population, si l’on en croit 24 heures.

Interrogé la semaine dernière sur cette mesure et la volonté de pousser à la vaccination, le ministre de la Santé Alain Berset avait éludé la question. Selon lui, «l’objectif est de protéger les hôpitaux.»

Mais quand même:

«Si ça permet à plus de gens de se faire vacciner, on sortira plus rapidement de la pandémie»
Alain Berset

Extension du certif’

Etendre l’obligation du certificat sanitaire pour l’accès aux espaces intérieurs des restaurants, des bars, théâtres, cinémas, stades ou autres manifestations privées (liste non exhaustive), c’est ce qu’a proposé le Conseil fédéral mercredi dernier. A l’issue de la consultation lundi, la majorité des secteurs concernés s’est montrée sceptique, tels que la faîtière des entreprises de l'hôtellerie-restauration, Gastrosuisse ou l’Union suisse des arts et métiers (Usam).

A l’inverse, tous les partis sauf l'UDC sont d'accord avec l'idée d'étendre l'obligation du certificat. Le projet fait aussi l’objet d’un large consensus, notamment au sein de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé. Pour elle, ainsi que pour economiesuisse, l’Union patronale suisse ou Hotelleriesuisse, mieux vaut étendre l’obligation que jeter toute la population en semi-confinement à nouveau et plomber une économie en pleine reprise.

Consensus aussi dans les cantons romands, Vaud estimant toutefois qu’il faut mettre quelques cautèles, selon la RTS. En Suisse alémanique, la position du canton des Grisons est plus solide. Selon le Tages-Anzeiger, le grand canton de l’est de la Suisse compte étendre au maximum le certificat. Sont évoqués les transports publics ou les commerces, dans lesquels l’obligation du port du masque pourrait alors être levée.

Pour l’heure, cette extension reste au stade de la menace, Alain Berset précisant à plusieurs reprises qu’elle serait mise en oeuvre uniquement en cas de besoin. Effet d’annonce? On n’est pas à la hauteur des annonces d’Emmanuel Macron – dont le discours sur l’extension du certificat a fait exploser la vaccination dans le pays – mais quand même.

Port du masque et vaccination

Différencier l’obligation du port du masque dans les lieux de formation selon le statut vaccinal, c’est l’idée qui a fait polémique en Valais. watson avait d’ailleurs suivi cette histoire de près:

Depuis, l’idée est évoquée ici et là et pourrait être appliquée, notamment au sein des entreprises, selon l'avocate Nathalie Subilia, spécialiste en droit du travail:

«Un employeur peut envisager d'assouplir les mesures de protection pour les collaborateurs vaccinés et de demander aux collaborateurs qui ne seraient pas vaccinés de continuer à porter le masque même si la distance de sécurité devait être respectée»
Nathalie Subilia, dans le magazine Bilan du 25 août.

Dans les universités du pays, c’est Antoine Flahaut, directeur de l’Institut de santé globale de l’Université de Genève, qui avait allumé la mèche sur Twitter en demandant de lier immatriculation et vaccination.

«Non», avaient finalement répondu en substance les universités sur Heidi.news. Pour l’heure, certains cantons ont fait le choix de placer des stations de vaccination mobiles à proximité des lieux de formation tout en préparant des campagnes de communication. Surtout, la question de la légalité de la différentiation selon le statut vaccinal et du contrôle de ce dernier n’est pas tranchée.

Quarantaines de voyage

Dimanche, Alain Berset a profité de la presse dominicale pour injecter cette proposition: Réintroduire l’obligation de quarantaine pour les personnes de retour de voyage.

«Dans la perspective des vacances d'automne, nous devons réfléchir à ce qui est nécessaire. La quarantaine de voyages pourrait aussi à nouveau jouer un rôle»

Son constat: Près d’une nouvelle contamination sur deux touche des personnes qui reviennent de vacances. Reste à savoir si, au cas où les quarantaines font leur grand retour, elles s’appliqueront à tous, sans distinction selon le statut vaccinal. Là, les avis sont tranchés, comme celui du conseiller national du Centre et membre de la commission de la santé, le Valaisan Benjamin Roduit:

«Pour les personnes qui ne sont pas vaccinées ou qui n’ont pas de certificat Covid et qui reviennent d’une région à risque, il est tout à fait compréhensible qu’elles assument et qu’elles soient mises en quarantaine (…). Une distinction doit être faite entre vacciné et non-vacciné»
Benjamin Roduit, lundi dans La Matinale de la RTS

Un avis que partage d’ailleurs la Verte Léonore Porchet, membre de la même commission. Elle a précisé dans la même émission que le retour de la quarantaine «ne doit pas toucher ceux qui ont fait l’effort de la vaccination». Entendez: La vaccination pourrait se transformer en une sorte de passeport vacances…

Et la suite?

La consultation pour l’extension du certificat s’est terminée lundi et le Conseil fédéral se réunira à nouveau ce mercredi. Comme il l’a annoncé à plusieurs reprises, c’est sur les hôpitaux qu’il concentre son attention. Avec pour l’heure une lisibilité assez faible…

«En l’état actuel, il est difficile de prédire si la forte augmentation des hospitalisations se poursuivra ces prochaines semaines en raison de la rentrée scolaire, du début du semestre d’automne dans les universités et de la chute des températures à l’arrivée de l’automne, ou si la situation va se stabiliser à nouveau»
Le Conseil fédéral

Et vous, qu’en pensez-vous?

Les non-vaccinés sont-ils les nouveaux parias de la société?

En passant, la vaccination n’empêche pas l’infection (et c’est normal)…

Vidéo: watson

Et si, au final, tout passait par nos amis les chiens?

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
Pourquoi Vladimir Poutine veut attaquer l'Ukraine
Le président russe a envoyé 100 000 soldats à la frontière ukrainienne. Tenterait-il d'entrer en guerre?

En septembre, Vladimir Poutine a envoyé les mercenaires du groupe Wagner au Mali et a ainsi irrité les Français. En octobre, il a rompu les relations diplomatiques avec l'Otan. Il a récemment envoyé 100 000 soldats à la frontière avec l'Ukraine. Parallèlement, le président russe soutient son homologue biélorusse Alexandre Loukachenko dans son jeu perfide avec les réfugiés. Que mijote-t-il?

L’article