DE | FR
Chaman, Poutine, Russie, périple, internement

Retour à l'asile pour le chaman anti-Poutine

Alexandre Gabychev a bien du mal à terminer son marathon à travers la Russie destiné à faire tomber Poutine. Un nouvel essai de ce chaman soutenu par Amnesty international lui a valu de finir interné. Encore.



Un chaman, célèbre pour avoir entamé en 2019 un périple à travers la Russie pour «bannir» Vladimir Poutine, a été interpellé cette semaine. Il a à nouveau été interné en psychiatrie, a indiqué vendredi une ONG de défense des droits humains.

Il était parvenu à faire parler de lui en 2019:

abspielen

Vidéo: YouTube/Radio Free Europe/Radio Liberty

Alexandre Gabychev a été conduit dans un dispensaire psychiatrique de sa région natale de Iakoutie, en Sibérie, à 5000 kilomètres à l'est de Moscou.

Responsable de l'ONG Pravozachtchita Otkrytki, Alexeï Prianychnikov a indiqué à l'AFP que le chaman était visé par une plainte déposée par cet hôpital car il ne s'était pas présenté à un rendez-vous médical mi-janvier. Dans un communiqué, l'hôpital a affirmé que l'intéressé refusait de prendre ses médicaments et de rencontrer des médecins depuis la mi-décembre.

M. Gabychev avait commencé une première marche en mars 2019 depuis la Sibérie et prévoyait d'arriver en 2021 à Moscou où il voulait organiser, grâce à ses pouvoirs, une «cérémonie de bannissement de Vladimir Poutine» qu'il a qualifié de «démon».

«Irresponsable de ses actes»

Il avait alors été interpellé après avoir parcouru à pied des centaines de kilomètres en direction de la capitale. Son arrivée dans plusieurs villes avait provoqué des rassemblements de soutien. L'homme avait été reconduit chez lui puis déclaré «irresponsable de ses actes en raison de troubles mentaux» après une expertise médicale.

En mai dernier, il a été à nouveau arrêté sous prétexte d'avoir refusé un test de dépistage au coronavirus, puis placé en hôpital psychiatrique jusqu'en juillet. Appelant à sa libération, Amnesty International avait dénoncé l'usage de «la police» et «du système psychiatrique» pour «faire taire les critiques».

Le chaman a essayé de reprendre son périple à plusieurs reprises mais a été à chaque fois interrompu par la police. (ats/afp)

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

Sortir de nos canapés a fait du mal à Netflix

Link zum Artikel
Montrer tous les articles