Blogs
Madame Energie

Ma maison est mon bureau – toujours prêt à l'emploi

Image
image: shutterstock
Madame Energie

Ma maison est mon bureau – toujours prêt à l'emploi

Je travaille en grande partie en home office et c'était même le cas avant le Covid-19. Je n'ai pas besoin de grand-chose: un ordinateur portable, une imprimante et une machine à café. Les chambres de mes adolescents sont toutes deux peuplées d'un ordinateur portable et d'une Playstation... et j'avoue que tout est constamment en mode veille.
12.10.2022, 09:29
Sandra Casalini
Sandra Casalini
Suivez-moi
Plus de «Blogs»
Partenariat avec SuisseEnergie
Ce blog est un partenariat de contenu avec SuisseEnergie. Les articles sont rédigés par la journaliste indépendante Sandra Casalini.

Ensemble pour un avenir énergétique durable! SuisseEnergie est le programme d'encouragement de l'Office fédéral de l'énergie et s'engage, par des mesures volontaires, à développer les énergies renouvelables et à optimiser l'efficacité énergétique. SuisseEnergie s'engage à atteindre les objectifs de la stratégie énergétique 2050 par le biais de la sensibilisation, de l'information, du conseil, de la formation et du perfectionnement ainsi que de l'assurance qualité.

Vous trouverez de plus amples informations sur le programme d'encouragement SuisseEnergie sur www.suisseenergie.ch.

Il ne s'agit pas d'un contenu payant.

Celles et ceux qui me connaissent via mon blog «Autour de la santé» savent que le café occupe, disons, une place très importante dans ma vie. Si je ne pensais pas à la première tasse de la journée, je suis convaincue que je ne pourrais pas me lever du lit. La pression sur le bouton, les quelques secondes d'attente – aaaah! J'aime le bruit, l'odeur, la première gorgée. Et le fait que la machine à café soit là pour moi dès le matin. Et le restera pour le reste de la journée.

Parce que si j'ai besoin d'un café, j'en ai besoin tout de suite, pas dans quelques minutes. La caféine est pour moi ce que les cigarettes sont pour d'autres: selon la situation, j'en ai besoin pour me calmer, pour me stimuler, pour réfléchir, ou simplement pour faire une pause.

Par pure habitude ou par paresse

Concernant mon ordinateur portable: si j'étais en déplacement la veille, il est souvent éteint. En rentrant à la maison, je ne prends pas la peine de l'allumer et je réponds aux e-mails les plus urgents, s'il y en a, directement sur mon smartphone. Si j'ai travaillé en home office, il est généralement resté en veille toute la nuit.

Je suis le genre de personne qui a besoin que tout soit fait immédiatement. Pas nécessairement par obligation, mais parce que j'ai peur d'oublier quelque chose. (Vous ne pouvez pas vous imaginer combien de fois je vais dans une pièce durant la journée, je reste là un moment, j'essaie de me souvenir ce que je voulais faire et je finis par sortir). Si je pense à quelque chose le soir, je préfère le faire tout de suite. Pour être honnête, je ne sais pas vraiment pourquoi je garde en permanence l'imprimante en veille. Je n'imprime pas plus de trois ou quatre fois par jour. Une simple habitude, sans doute. Ou la paresse.

«Quand les ados sont à la maison et ne mangent pas, ne dorment pas ou ne lisent pas, ils sont assis devant un écran. Je considère comme peu probable le fait qu'ils éteignent complètement les appareils à un moment donné.»

En parlant d'habitude: j'ai grandi dans un foyer de type méditerranéen, où la télévision servait souvent de fond sonore. J'avoue avoir gardé cette habitude de temps en temps quand je suis seule à la maison. Sinon, je ne regarde pas souvent la télévision (quand je le fais, c'est Netflix et autres) et mes ados non plus. Ils sont maintenant à un âge où l'on ne sait qu'ils sont là que lorsqu'ils partent en quête de nourriture. Ou quand on entend des bruits dans leur chambre. Sinon, ils sont soit en train de chatter, soit en train de jouer.

Et si c'est calme, ils sont en train de dormir, d'étudier (on peut avoir quelques espoirs en tant que mère) ou de regarder des séries. Bref, quand ils sont à la maison et qu'ils ne mangent pas, ne dorment pas ou ne lisent pas (ma fille le fait vraiment, je l'ai déjà vue, promis!), ils sont assis devant un écran. Je considère comme peu probable le fait qu'ils éteignent complètement les appareils à un moment donné.

Je ne leur ai jamais demandé de le faire parce que je ne le fais pas moi-même. Parce que je n'y ai pas vraiment pensé jusqu'à présent. Et parce que je ne pensais pas qu'en éteignant ces appareils pendant quelques heures, je pourrais économiser beaucoup d'électricité. Est-ce mal?

Ce qu'en dit l'experte

Mihaela Grigorie, spécialiste des appareils auprès de l'Office fédéral de l'énergie:

«Les habitudes sont difficiles à changer. Mais parfois, cela en vaut la peine. Selon le type et l'âge, un appareil qui reste en veille 24 heures sur 24 consomme entre 4 et 60 kWh par an. Avec un tarif d'électricité de 25 centimes par kWh, cela représente entre un et quinze francs par appareil. En éteignant les appareils à partir d'une certaine heure, on peut donc économiser pas mal d'électricité. Astuce: regrouper le bureau à domicile (ordinateur portable, imprimante, routeur) ou les appareils consacrés au divertissement (TV, système de home cinéma, console de jeux) sur une prise ou une multiprise commune permet d'éviter la consommation indésirable en mode veille en appuyant sur un seul bouton. Si la multiprise est connectée à une prise intelligente, l'extinction et l'allumage peuvent même se faire via une application à des heures programmables. Ainsi, il n'y a plus de risque d'oubli.»

Et vous, en toute franchise, que faites-vous de vos appareils électriques? Votre bureau à domicile est-il toujours prêt au démarrage, ou est-ce que l'ordinateur portable et les autres appareils ont besoin d'une pause? Vos conseils et questions sont les bienvenus dans les commentaires.

A propos de l'auteure:

Sandra Casalini est journaliste, chroniqueuse et blogueuse. Elle écrit sur tout ce qui touche au quotidien et raconte régulièrement sa vie de maman de deux adolescents dans la Schweizer Illustrierte. Sur watson, elle tient un blog sur tout ce qui a trait à la santé. Elle aborde le thème de l'énergie de la même manière que les deux précédents: non pas en tant qu'experte, mais en tant que femme lambda toujours en contact avec le sujet. Le tout avec humour et parfois une pointe d'ironie.
Sandra Casalini, bei sich zu Hause in Thalwil, am 04.12.2018, Foto Lucian Hunziker
photo: lucia hunziker
Copin comme cochon: les «djeunes» qui hurlent
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Pourquoi le Tessin fait-il partie de la Suisse?
Aujourd’hui, plus personne ne remet en question l’appartenance du canton du Tessin à la Suisse (enfin, presque). Cependant, des coups d’Etat, révolutions et mouvements indépendantistes ont profondément marqué cette relation. Intéressons-nous donc de plus près à ce qui se cache derrière l’apparente évidence de cette Suisse du sud des Alpes.

Au matin du 15 février 1798, un groupe d’hommes armés prend d’assaut l’hôtel de ville de Lugano. Les putschistes renversent les souverains confédérés de Lugano, prennent en otage le bailli Jost Remigi Traxler de Nidwald et exigent l’incorporation de Lugano dans la République cisalpine. Qu’en est-il? Qui est ce bailli et pourquoi devrait-il céder la place à cette république?

L’article