DE | FR
Die Nachhalterin

C'est fraîchement cueillies que les cerises sont les meilleures à déguster. photo: jennifer zimmermann

Mme durabilité

La nature à l'état pur – vacances à la ferme-découverte

Qui a dit qu'il fallait voyager loin pour passer de vraies vacances? La ferme Demeter Tüfi à Adliswil n'est située qu'à huit kilomètres de Zurich. J'ai plongé durant une journée entière dans la vie de l'agriculture, donné un coup de main et passé la nuit sur la paille. Le lendemain, je suis passée par le zoo de Langenberg et la forêt de Sihl pour me rendre aux grottes de Baar.

Jennifer Zimmermann
Jennifer Zimmermann



Partenariat de contenu avec le WWF

Ce blog est le résultat d’un partenariat avec le WWF. Les articles sont rédigés par Jennifer Zimmermann, journaliste indépendante.

Jennifer est (principalement) végétarienne, se douche (trop) souvent (trop) longtemps et s’arrête (presque) toujours pour fouiller les caisses portant la mention «Gratuit», posées sur les trottoirs de sa ville, au grand désarroi de certains membres de sa famille. Sous le nom «Mme Durabilité», elle abordera à l’avenir les thèmes qui nous concernent tous (en principe), pour le compte du WWF. Si vous souhaitez en savoir plus sur votre côté durable, répondez aux questions du calculateur d’empreinte écologique.

Ce contenu n’a pas été payé.

Les moineaux chuchetent sur les toits, les hirondelles rustiques et les hirondelles des fenêtres font leur ronde et le petit-déjeuner vient d'être servi à la ferme Tüfi d'Adliswil: Yoghourt fait avec leur propre lait de vache et de brebis, muesli, pain frais, fromage et café. Depuis 17 ans, Thomas Meier (58 ans) et sa compagne Heidi Reber (52 ans) gèrent la ferme-découverte Tüfi. «Tout tourne autour de la ferme. La vie, le travail et la réalisation d'idéaux», explique Thomas Meier, qui a suivi une formation initiale d'éducateur social.

Bild

Une hirondelle rustique. photo: jennifer zimmermann

Il explique être arrivé à Demeter par hasard. L'une des particularités du lieu est, dit-il, que «nous gérons la ferme en biodynamie. Cela signifie non seulement l'absence de produits toxiques et de substances artificielles, comme c'est le cas dans une exploitation biologique, mais aussi que nous comprenons l'exploitation dans son ensemble. Elle devient une entité en soi et a un cycle substantiel, comme un organisme.» Le couple essaie de trouver l'«essence» partout, y compris chez les animaux. Les vaches, par exemple, ont toutes des cornes, comme le veut le standard Demeter.

nachhalterin

Une poule peut vivre jusqu'à huit ans. A la ferme Tüfi, elles ne sont pas abattues au bout d'un an, comme c'est généralement le cas, lorsqu'elles ne produisent plus leur pleine capacité de ponte. photo: jennifer zimmermann

La ferme compte 24 hectares de terrain, 16 chevaux, 10 vaches laitières, des veaux, des brebis laitières, deux cochons, des poules, des abeilles et un chat. Sans oublier une pépinière naturelle et le fait que la ferme Tüfi propose aux classes d'école d'organiser des cours sur place. «La ferme-découverte Tüfi veut être une ferme telle que celles que l'on voit dans les livres d'images. Un lieu à regarder et à toucher», précise son site Internet.

nachhalterin

A la ferme Tüfi, les cochons peuvent se vautrer dans la saleté et la boue - ce qui est dans leur nature. photo: jennifer zimmermann

Onze jours de travail, trois jours de pause

Lors du premier jour, j'ai beaucoup de temps devant moi pour apprendre par la pratique. J'accompagne Sandro (22 ans), qui fait un stage de six semaines ici. Nous commençons par mettre en bouteille environ 140 litres de lait de vache. Il a été doucement pasteurisé au préalable, c'est-à-dire chauffé à 65°C et maintenu au chaud pendant une demi-heure. On m'explique que cela élimine les germes qui feraient rapidement tourner le lait.​

jennifer zimmermann

Le filet à cheveux garantit l'hygiène dans la laiterie. photo: jennifer zimmermann

Dans la laiterie, qui se trouve juste à côté du magasin de la ferme, j'étiquette les bouteilles de lait pendant que Sandro met le lait en bouteille tout en me racontant son quotidien à la ferme: «Nous travaillons généralement onze jours et avons ensuite trois jours de repos. La journée commence à six heures du matin, avec, entre autres, le nettoyage de l'étable et de l'écurie, et se termine à 18h30 avec un nouveau nettoyage de l'étable. Compte tenu de ces longues journées, je suis toujours content de faire une petite sieste d'une heure et demie pendant la pause de midi.» Il explique toutefois que l'on s'habitue rapidement aux longues journées de travail et au travail physique.

Récolter les cerises, guider les moutons, traire les vaches et passer la nuit sur la paille

L'après-midi commence par un dessert choisi par nos soins. Avec Sandro, je récolte des cerises haut perchées. Celles qui ont souffert ou sont trop gâtées finissent directement dans nos estomacs, les autres sont vendues au magasin de la ferme. Des veaux gambadent dans la prairie en dessous de nous, quelques joueurs de basket écoutent du hip-hop allemand sur le terrain de sport à proximité. Sans ça, on pourrait croire que l'on est loin de la civilisation.

nachhalterin

Sandro en pleine cueillette des cerises. photo: jennifer zimmermann

Les moutons veulent maintenant quitter leur pâturage. Sandro crie pour les rassembler. Lorsque nous ramenons le troupeau à la ferme en longeant la Sihl, des pique-niqueurs font les gros yeux. Quelques moutons paissent encore paisiblement sur le bord du chemin, avant de retourner à la ferme en suivant leurs congénères.

nachhalterin

Ce joli chemin le long de la Sihl permet aux moutons de rejoindre la ferme. photo: jennifer zimmermann

Dans l'étable, je rencontre Remo (31 ans), qui trait les vaches. Un travail qui se fait le matin et le soir. Et à chaque fois, une vache donne entre cinq et dix litres de lait. Remo suit l'apprentissage de quatre ans pour devenir un agriculteur Demeter. Voilà bientôt un an qu'il a commencé son séjour à la ferme Tüfi. «La vie à la ferme est incroyablement variée», répond-il quand je lui demande ce qu'il préfère de toutes ses tâches. Comme il est d'usage en apprentissage, il change de ferme chaque année. Avant cela, il travaillait dans une exploitation viticole. La prochaine fois, il veut tenter l'aventure chez un maraîcher.

nachhalterin

Remo stimule la mamelle avec de la laine de bois pour que le lait coule mieux. photo: jennifer zimmermann

nachhalterin

Chaque vache donne entre 5 et 10 litres de lait par traite. photo: jennifer zimmermann

Après une journée forte en émotions et un câlin avec des moutons très mignons, je me réjouis de passer ma première nuit sur la paille. Je me glisse dans le sac de couchage et je suis étonnée de voir à quel point ce lit de paille est confortable. Mieux encore: Il sent bon. Le roucoulement des pigeons sur le toit et le coassement des grenouilles seront ma berceuse du soir.

nachhalterin

La nuit sur la paille (petit-déjeuner inclus) coûte 30 francs pour les adultes et 15 francs pour les enfants. photo: jennifer zimmermann

A vélo dans le Sihlwald

Le lendemain, je reprends une pleine dose de nature. Au programme: Une randonnée à vélo en passant par le zoo de Langeberg et le parc découverte de Sihlwald, situé à seulement quarante minutes de la ferme Tüfi.

Bild

Un bébé bouquetin des Alpes: petite escale au zoo de Langenberg, ouvert gratuitement au public. photo: jennifer zimmermann

Le Sihlwald est la plus grande forêt de hêtres mixte naturelle du Plateau suisse. Elle n'est plus influencée par une intervention humaine depuis 2000. J'avance sur les chemins de gravier à la vitesse d'un escargot et suis bien contente que le chemin que j'emprunte via la Tobelstrasse ne soit pas très raide. Les arbres tombés et le bois mort créent un réel spectacle de formes géométriques inhabituelles.

Bild

La forêt de Sihlwald: une immense hêtraie de 1100 hectares. photo: jennifer zimmermann

Bild

La bordure des sentiers regorge de jolis décors. photo: jennifer zimmermann

Fraîcheur dans les grottes de Baar

En passant par Sihlbrugg et Lorzentobel, je rejoins les grottes de Baar. Ces grottes de stalactites se situent à 22 kilomètres de la ferme Tüfi d'Adliswil et, selon Google Maps, j'aurais dû mettre une heure et dix minutes pour parcourir cette distance... Mais bon, après avoir mis deux fois plus de temps et avoir fait de nombreux arrêts pour prendre des photos et manger, j'ai clairement hâte de me rafraîchir dans les grottes. Ici, le thermomètre affiche en permanence 10°C.

Bild

La première grotte a été découverte en 1863; puis d'autres parties en 1892 et 1902. Elles sont accessibles au public depuis 1887. photo: jennifer zimmermann

Pour douze francs, il est possible de se promener seul dans la grotte (d'avril à octobre, de 9h à 17h), pour une durée d'environ 45 minutes. Les soldats de l'école de recrue qui entrent dans la grotte juste derrière moi expliquent à grands cris ce dont nous nous souvenons tous de nos jours d'école: Les stalactites sont le nom donné aux formations qui poussent du haut vers le bas, les stalagmites sont le nom donné aux formations qui vont du bas vers le haut.

Les visiteurs en apprennent beaucoup plus grâce aux nombreux panneaux d'information dans la grotte. Par exemple, que ces grottes sont uniques au monde. Avec leurs 3000 ans, elles sont en réalité très jeunes et se sont formées en surface, tandis que d'autres grottes dans la roche solide du sous-sol ont été formées par l'eau s'écoulant sous terre pendant des millions d'années.​

Bild

Vue détaillée des formations de stalactites. photo: jennifer zimmermann

Après avoir dégusté une «höllbier» bien méritée, je pédale jusqu'à la gare de Baar et monte dans le train du retour. Ma décision est d'ores et déjà prise pour ces vacances d'été: je ne voyagerai pas à l'étranger et je me réjouis déjà de faire d'autres excursions au cœur de cette Suisse aux paysages si variés.

Et vous, quels sont les courts séjours en Suisse que vous recommandez? Partagez vos pépites en commentaire!

Awww! Voici des animaux mignons!

1 / 27
Awww! Voici des animaux mignons!
source: imgur
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Vidéo: srf/Roberto Krone

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Mme durabilité

Ils veulent faire de Zurich la «ville la plus empathique du monde»

Comment l'empathie, l'économie du don et la communication non violente peuvent-elles contribuer à un monde plus durable? Nous avons parlé avec Tanja Walliser, de Empathie Stadt Zürich, pour y voir plus clair. Son projet communautaire poursuit l'objectif de faire de Zurich la «ville la plus empathique du monde».

Tanja Walliser a attrapé le virus de la politique dès ses tendres années. Elle avait à peine 16 ans lorsqu'elle a rejoint la Jeunesse socialiste suisse, dont elle est ensuite devenue la secrétaire centrale. Elle a été membre du groupe parlementaire du PS/JS suisse au parlement de la ville de Berne, puis a travaillé pendant cinq ans pour le syndicat Unia.

Plus récemment, elle a travaillé pour le PS zurichois en tant que chargée de campagne dans le cadre des élections au Conseil cantonal et …

Lire l’article
Link zum Artikel