DE | FR
Pénélope Page

Et si le polyamour était la recette du bonheur?

29.09.2021, 12:0129.09.2021, 15:44
Suivez-moi

J’ai rencontré David sur internet. Dans ma quête de l’amour, il semblait être un candidat idéal. Jeune, ambitieux, plutôt mignon et surtout très attentionné. Il venait d’un coin paumé où il a vécu une enfance précaire et, du coup, il voulait prendre une sorte de revanche sur la vie en devenant le meilleur en absolument tout ce qu’il faisait.

Avec David, ça n’a pas marché. Premièrement parce que la perfection, c’est pas mon truc. Il était trop ambitieux pour moi, et surtout pas assez abimé. Chiant, quoi. Je me suis vite aperçu que s’il faisait tous ces efforts pour être le boyfriend parfait, c’était plus pour atteindre le standard qu’il s’était fixé à lui-même, dans son délire mégalo d’être le meilleur en tout, que par égard pour moi. L’absence de la moindre faille ne m’a jamais paru aussi déprimante.

Même quand on baisait, c’était un genre de performance technique pour lui. Il s’appliquait tellement à être un bon coup que ça en devenait mécanique. Toujours à vouloir pratiquer des positions qui le mettaient le plus en valeur, ou qui lui permettait d’être encore plus performant, comme s’il essayait de gagner un truc. Quoi? J’ai jamais vraiment compris... En tout cas pas mon orgasme!

Aujourd’hui, David et moi, on se voit de temps en temps. Pour le sexe. Il dit que je fais les meilleures pipes du monde. Et moi, je me plais à entrer dans son univers si parfait de temps en temps. C’est exotique. Ca me change. Et ça me force à m’épiler les mollets et le reste.

David est en couple. Il a trouvé la femme parfaite qui colle à sa vie parfaite. Seulement, il y a un détail qui peut sembler coincer pour beaucoup: sa copine et lui forment un couple libre. Ils ont intégré le fait que l’être humain n’est pas naturellement constitué pour la monogamie. Et surtout qu’on peut difficilement se satisfaire de la même personne à vie. Ils ont établi des règles: interdiction formelle d’amener ses conquêtes à la maison et discrétion absolue.

Du coup, avec David, on se voit à l’hôtel. Il sait y mettre les formes et choisit toujours des coins de luxe, histoire de donner de la gueule à son plan cul. Qu’il soit parfait.

Le petit deal de David et de sa copine m’a beaucoup fait réfléchir. Est-ce qu’ils auraient réussi à trouver la recette du bonheur à deux? Est-ce que c’est vers ce genre de magouille qu’on tend de plus en plus à se rapprocher, loin du délire Disney de l’âme sœur et de toutes ces conneries romanesques à l’eau de rose? Est-ce que ce serait ça le couple parfait? Et surtout, est-ce que je serais capable de faire pareil? Et vous?

Et toi? Raconte-moi à:

penelope.page@watson.ch

Pénélope Page...
...fait une entrée hyper stressante dans la trentaine, avec son lot d'expériences foireuses. Aussi spontanée et délurée que névrosée, Pénélope fait ce qu'elle peut pour dealer avec l'existence et sa dose de paradoxes. Tout comme vous! Comme elle en connaît un rayon sur les déboires amoureux, vous pouvez également lui poser vos questions les plus intimes. Elle vous répondra directement toutes les semaines. Et, n'ayez crainte, comme elle, vous resterez anonyme.
Voici à quoi je ressemble, à quelques détails près: j'ai laissé tomber les tresses.
Voici à quoi je ressemble, à quelques détails près: j'ai laissé tomber les tresses.pc
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Burn-out au travail: plus d'estime, s'il vous plaît!
Les personnes qui font du bon travail veulent qu’on les remarque. C’est un besoin humain élémentaire. Sans estime, les collaboratrices et collaborateurs sont frustrés et, dans le pire des cas, font un burn-out. Attention toutefois, car les compliments à eux seuls ne suffisent pas. Les flatteries peuvent même se révéler contreproductives.

Andreas, jeune trentenaire, avait terminé la présentation pour sa supérieure dans les délais, en fournissant de nombreux efforts supplémentaires et grâce à des recherches jusque tard dans la nuit ainsi qu’à l’aide d’une collègue graphiste, qui ne s’est pas non plus laissé intimider par le manque de temps. En retour, il a reçu un petit «merci», puis le mandat suivant, qui aurait dû lui être confié bien plus tôt.

L’article