Blogs
Pénélope Page

Sale époque pour les vieux

Image
Pénélope Page

Sale époque pour les vieux

22.09.2021, 11:3422.09.2021, 15:33
Suivez-moi
Plus de «Blogs»

Je ne sais pas pour vous, mais il y a un truc qui m’a toujours dérangée dans notre société: notre façon de traiter les vieux et de s’en débarrasser après usage. Comme si le capitalisme incluait l’obsolescence programmée des humains.

Ma grand-mère avait 90 ans quand elle est morte, après quelques mois dans un EMS. Elle avait toute sa tête, mais des problèmes pour marcher, donc aucun de ses enfants n’a voulu la prendre en charge. Résultat: direction le mouroir, où elle s’est éteinte peu après, à jamais enfermée dans la certitude qu’elle dérangeait. Qu’elle était devenue un poids au fil du temps. Tout le monde le lui faisait ressentir. Moi aussi, j’imagine.

Pénélope Page
S’abonnerS’abonner

J’étais contre la solution de l’EMS, bien sûr, mais à l’époque je vivais encore chez mes parents, et ils n’ont pas super bien réagi à l’idée que j’avais de caser mamie avec ma marraine dans un endroit à elles, où elles pourraient veiller l’une sur l’autre. Un genre de colonie de vacances pour vieux. J’avais tout organisé dans ma tête, mais on m’a répondu que c’était pas réaliste. C’est clair que mettre mamie à la poubelle, ça c’est du réalisme! 👵

Je ne sais pas, mais il me semble qu’il y a encore des pays civilisés sur cette planète, où on garde nos vieux près de soi jusqu’à la fin. C'est plus humain. Au nom de quoi a-t-on tout d’un coup décidé qu’ils n’avaient plus leur place parmi nous? On n’aime pas les souvenirs que ça nous rappelle? Ils sont la preuve vivante que la vie passe, et on supporte pas de regarder la vérité en face? J’ai du mal à piger le concept. Qu’on mette les vieux au ban de la société.

Du coup, quand on se met à bloquer le monde entier et stopper l’activité de tous les pays occidentaux, soi-disant pour protéger nos vieux, j’ai du mal à ne pas me dire qu’on nous prend pour des cons.

On se fout en permanence de nos vieux, qu’on case dans des institutions qui nous coûtent la peau du cul (de fait, on espère qu’ils n’y tiendront pas longtemps) et tout d’un coup on s’offusque du fait qu'un vieux, ça crève! En fait on n’assume pas, collectivement, d’être des gros égoïstes ingrats. On veut se donner le beau rôle. Faire genre qu’on s’inquiète du sort de nos aînés. Alors qu’on les envoie dans des mouroirs dès qu’ils ont dépassé la date de péremption.

Peut-être qu’on devrait réapprendre à valoriser la vieillesse, plutôt que d’être axés sur l’immortalité et la jeunesse éternelle. Au moins, qu’on nous épargne l’hypocrisie de bloquer un pays pour des gens dont on se fout à longueur de temps.

C’est pas le Covid qui tue les vieux, c’est la mort. Et l’hypocrisie.

Ecris-moi, ou pas, à:

penelope.page@watson.ch

Pénélope Page...
...fait une entrée hyper stressante dans la trentaine, avec son lot d'expériences foireuses. Aussi spontanée et délurée que névrosée, Pénélope fait ce qu'elle peut pour dealer avec l'existence et sa dose de paradoxes. Tout comme vous! Comme elle en connaît un rayon sur les déboires amoureux, vous pouvez également lui poser vos questions les plus intimes. Elle vous répondra directement toutes les semaines. Et, n'ayez crainte, comme elle, vous resterez anonyme.
Voici à quoi je ressemble, à quelques détails près: j'ai laissé tomber les tresses.
Voici à quoi je ressemble, à quelques détails près: j'ai laissé tomber les tresses.pc
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Voici pourquoi une colline de Gênes porte un nom suisse allemand
Que peuvent bien faire deux Obwaldiens à Gênes au XIXe siècle? Ils construisent une remontée mécanique et lui donnent un nom bien de chez eux: le funiculaire de Righi.

Les traces d’une présence suisse à Gênes ne manquent pas. Le centre historique abrite notamment la Confiserie Klainguti, qui doit son existence à trois frères grisons venus s’installer dans la ville portuaire de Ligure au début du XIXe siècle, y ouvrant une première boutique en 1825.

L’article