dégagé-3°
DE | FR
Blogs
pile-poil

Les animaux ne sont pas des cadeaux (de Noël)

©jonicartoon - stock.adobe.com
©jonicartoon - stock.adobe.com
pile-poil

Les animaux ne sont pas des cadeaux (de Noël)

C’est bientôt Noël! Il va falloir trouver le cadeau parfait pour tous les enfants de notre proche entourage, neveux et filleuls compris. Tu connais bien sûr leur rêve de toujours: un chiot sous le sapin. La tentation est grande de leur trouver un compagnon à quatre pattes. Pourtant, il va falloir rester ferme: un chien, un chat, un cochon d'Inde ou tout autre animal ne doit pas être offert comme cadeau.
30.11.2021, 10:0430.11.2021, 18:02
Livie Kundert / quatre pattes
Pile-poil est un partenariat de contenu avec QUATRE PATTES, fondation pour la protection des animaux.
Tu t’intéresses aux animaux et tu souhaites (encore) mieux les connaître? Tu es au bon endroit, car ils n’ont pas de secret pour Livie Kundert, responsable de campagnes.
Si tu veux en savoir plus sur la fondation, fais un tour sur notre site internet: www.quatre-pattes.ch
Il s'agit d'un contenu non payant.

Les enfants n’ont pas conscience de tout ce qu'implique la détention d'un animal et de la responsabilité qu’elle représente. Les intentions sont bonnes et grandir avec un animal est certainement une belle expérience: l’amour que les enfants portent aux animaux est fantastique. Bien sûr, ils promettent de s’en occuper: ils nettoieront la caisse du chat et promèneront le chien. Néanmoins, les enfants ne peuvent assumer l'entière responsabilité des soins et du bien-être d’un animal de compagnie.

Un animal n'est pas un objet

Un chien, un chat ou un hamster sont des créatures vivantes et sensibles qui ont des besoins spécifiques. Un nouveau propriétaire doit pouvoir y répondre tout au long de la vie de l'animal. Or, un chien peut vivre jusqu'à quinze ans et un chat jusqu'à 20 ans. Il y a une grande chance que l’enfant ait quitté la maison avant que Pépette ait poussé son dernier soupir.

Pour rappel, les besoins d'un animal sont:

  • Une alimentation équilibrée et adaptée;
  • Des activités physiques;
  • Un environnement stimulant et sécurisé;
  • Des visites régulières chez le vétérinaire;
  • Un engagement financier à vie;
  • Du temps pour la socialisation, l'entraînement et le jeu.

En résumé, il faut être prêt à accepter de changer son mode de vie.

© Bogdan Baraghin | FOUR PAWS
© Bogdan Baraghin | FOUR PAWS

Pose-toi les bonnes questions

Avant de prendre la décision, je te conseille de faire le point en toute objectivité:

  • Y a-t-il une place dans la famille pour un animal de compagnie?
  • Les enfants sont-ils assez grands pour s'en occuper correctement?
  • Qui va en prendre soin pendant les vacances?
  • Pourra-t-on assumer les dépenses liées à son entretien?
  • A-t-on suffisamment de temps?
«Quiconque offre un animal offre une vie et, avec elle, de nombreuses responsabilités et obligations»

En réfléchissant attentivement à ces questions, tu éviteras qu'un présent bien intentionné ne devienne un cadeau empoisonné. Car, si la situation tourne au vinaigre, le risque est que le propriétaire de l'animal se sente dépassé. Et que, dans le pire des cas, l'animal souffre de négligence et soit donné ou abandonné.

Quiconque offre un animal offre une vie et, avec elle, de nombreuses responsabilités et obligations. Si la décision est mûrement réfléchie, pourquoi ne pas prendre contact avec un refuge local après les fêtes? De nombreux animaux y attendront un nouveau foyer aimant.

Le youtubeur MrBeast reproduit «Squide Game»

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Cet évènement a changé à tout jamais le Valais et la Suisse
Le 13 novembre 1475, les Valaisans, alliés aux Confédérés, vainquirent une puissante armée savoyarde aux portes de Sion. La bataille de la Planta, aujourd’hui très peu connue hors du Valais, revêtit une importance capitale pour le Valais, la Savoie, la Confédération et la Bourgogne. Si les Valaisans avaient perdu la bataille, le Valais et la Confédération auraient été livrés aux Savoyards et aux Bourguignons à l’apogée des guerres de Bourgogne.

Au premier regard, on ne se douterait pas que le Valais eût occupé une fonction importante dans les guerres de Bourgogne. C’est pourtant le cas. Le Valais jouait à cette époque – et joue aujourd’hui encore – un rôle capital du fait de sa position géographique. Implanté dans un réseau complexe de sommets alpins, de fleuves et de plaines, et bordé des falaises du Rhône, fleuve fertile, le Valais est protégé par le col du Grand-Saint-Bernard et le col du Simplon. Exercer un contrôle politique sur le Valais assurait à ceux qui régnaient sur la région d’énormes richesses et avantages stratégiques.

L’article