Blogs
Watts On

On a testé la Renault Mégane E-Tech Electric

Renault Mégane E-Tech Electric
Si le nom reste, tout change sur la Mégane électrique.Image: Renault
Watts On

On a testé la Renault Mégane E-Tech Electric

Depuis 2012 et sa Zoé, première voiture électrique grande série de la marque, Renault s’est forgé une solide expérience en matière de voitures électriques. En 2022, c’est au tour de la catégorie du dessus à ce convertir à la batterie, avec la Mégane E-Tech Electric.
30.05.2023, 09:20
Jerome Marchon
Jerome Marchon
Suivez-moi
Plus de «Blogs»

Dix ans d’attente depuis la Zoé, c’est long. Le temps peut-être pour que Renault acquière suffisamment d’expérience et peaufine sa copie pour affronter les Allemands de Volkswagen et leur ID.3 dans le segment des compactes électriques. En tous les cas, l’attente ne fut pas vaine et voyez ici pourquoi.

Des dessous inédits

Sur la nouvelle Mégane, tout change, sauf le nom. La petite nouvelle repose sur une plate-forme CMF-EV, développée avec Nissan et exclusive aux véhicules électriques. Elle se caractérise par des porte-à-faux courts pour une meilleure exploitation de l’espace. En outre, elle adopte une architecture qui regroupe dans le plancher la batterie et son système de refroidissement, tandis que le moteur, le convertisseur et l’électronique de traction prennent place sous le capot.

Cette construction bénéficie en premier lieu à la masse, ténue pour un véhicule électrique, puisqu’elle s’élève à «seulement» 1700 kg environ en ordre de marche. Face à la VW ID.3, sa principale concurrente, la Mégane électrique est entre 100 et 200 kg plus légère suivant la version. C’est loin d’être un détail lorsqu’il s’agit de parler de consommation !

Renault Mégane E-Tech Electric
Un poids contenu, au bénéfice de l'agilité et la consommation.Image: Renault

La Mégane E-Tech Electric n’est disponible qu’en une seule motorisation avec un moteur de 220 ch et 300 Nm qu’alimente une batterie de 60 kWh. Renault annonce une autonomie théorique de 450 km et une consommation moyenne de 18,3 kWh/100 km. Dans la vraie vie, il convient de tabler plutôt autour des 350 km en trajet mixte alors que nous sommes parvenus, en mode «Eco» et en jouant allègrement avec les différents modes de récupération d’énergie, à ne consommer que 13,6 kWh/100 km sur un trajet mixte de 150 km. C’est tout simplement prodigieux!

Renault Mégane E-Tech Electric
Une ligne moderne avec les nouveaux codes stylistiques de Renault.Image: Renault

C’est de la dynamique!

La masse contenue de la Mégane est immédiatement perceptible à la conduite. D’une agilité rare pour une voiture «à piles», avec très peu d’inertie, la Française ne boude pas son plaisir à être menée de manière sportive. Ce d’autant qu’elle bénéficie d’une direction particulièrement directe. En pure traction, elle en hérite cependant les petits défauts comme une tendance marquée au sous-virage et un arrière un peu plus mobile que la moyenne au lever de pied en entrée de courbe. Les liaisons au sol ne souffrent aucune critique, assurant confort et stabilité en conduite normale et plus dynamique.

Renault Mégane E-Tech Electric
L'espace à l'arrière est un peu compté à bord de la Mégane.Image: Renault

Rikiki, mais maousse costaud!

A bord, on regrettera un espace à l’arrière compté pour les passagers avec des assises courtes et un espace aux jambes ténu. Dans le cockpit avant, la forêt de leviers autour du volant demande un certain temps d’adaptation pour qui n’est pas familier de l’ergonomie propre à Renault. On adore en revanche les deux énormes écrans pour l’instrumentation et l’info-divertissement, dont le fonctionnement est assuré par la suite logicielle de Google. Fluide, rapide et intuitif, rares sont les systèmes conçus par les constructeurs eux-mêmes à lui arriver à la cheville. Enfin, le coffre dispose d’une jolie contenance, de 440 à 1332 litres.

Renault Mégane E-Tech Electric
Peut-être l'une des meilleures interfaces homme-machine du marché.Bild: Renault

Affichée à partir de 40 000.- francs, la Renault Mégane E-Tech Electric tire résolument son épingle du jeu en proposant un plaisir de conduite allié à une homogénéité unique parmi les compactes électriques.

A propos de l'auteur...

Image
bild: zvg
Jérôme Marchon est...
... un fan passionné de voitures depuis son plus jeune âge. Sa carrière professionnelle a pourtant commencé dans la finance. En parallèle de celle-ci, il contribue à créer un blog sur l'automobile, avant de fonder sa propre page, avant de prendre le poste de rédacteur en chef de la «Revue automobile». Depuis 2018, il travaille en tant qu'indépendant et écrit pour différents médias automobiles et généraux (print et web), en Suisse comme à l'étranger. Jérôme Marchon travaille également comme traducteur et conseiller en contenu rédactionnel pour des événements automobiles et des constructeurs automobiles.
Fast and Furious c’est pas encore fini
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
On a essayé le Mercedes EQE et c'est du très lourd
Dans la famille EQ de Mercedes-Benz, destinée exclusivement aux véhicules électriques, je demande le EQE SUV, pendant à batteries du GLE thermique. SUV familial par excellence, le GLE a su s’attirer les faveurs d’une clientèle fidèle en plus de 25 ans de carrière. En sera-t-il de même pour l’EQE?

Avec ses 4,88 m de long, le Mercedes EQE SUV est le petit frère du grand EQS SUV, sommet de la gamme à électrique à l’étoile. Plus petit ne veut pas pour autant dire moins luxueux, moins technologique ou moins confortable. Sa gamme de motorisations est particulièrement large, de 245 à 625 ch, en mono- comme bimoteur, propulsion et traction intégrale. Notre véhicule d’essai est le EQE SUV 350 4Matic, le milieu de la gamme, produisant 292 ch et 765 Nm de couple qui se répartissent sur les quatre roues. L’ensemble propulseur est alimenté par une batterie de 89 kWh utiles.

L’article