Blogs
Watts On

Jeep Avenger: on a testé la voiture de l’année 2023

Jeep Avenger
De nombreuses possibilités de personnalisation sont proposées, comme le coloris extérieur.image: Jeep
Watts On

On a testé la voiture de l’année 2023

Spécialiste incontesté du tout-terrain, Jeep confirme sa mue vers l’électromobilité avec l’Avenger, petit SUV propulsé aux seuls électrons. La recette semble convaincante puisque le dernier-né de la marque a remporté le prix de la Voiture Européenne de l’Année ce printemps. A notre tour d’en juger les qualités.
16.05.2023, 09:37
Jerome Marchon
Jerome Marchon
Suivez-moi
Plus de «Blogs»

Les origines de Jeep remontent à 1941 avec la Willys des GI, héroïne du débarquement en Normandie de 1944. Près de 80 ans plus tard, Jeep débarque sur les routes européennes avec l’Avenger, son premier modèle 100% électrique. Comment ça? Une Jeep électrique? Oui, ajoutons encore: traction seule, conçue en Italie sur une base mécanique d’origine française et produite en Pologne. On est loin du rêve américain!

Jeep Avenger
L'Avenger, première Jeep de série 100% électrique.image: Jeep

Pour son premier véhicule 100% électrique, Jeep s’est donc attaquée au segment très en vogue des SUV urbains. Grâce aux synergies du groupe Stellantis, l’Avenger bénéficie de la plateforme déjà éprouvée par les DS 3 E-Tense, Peugeot e-2008 et Opel Mokka-e.

Taille XS

Le look est plaisant, cubique juste ce qu’il faut, conférant à notre Jeep une belle présence sur la route. Les codes stylistiques de la marque sont bien présents, comme les immuables sept barrettes de la calandre, malgré un gabarit plus modeste. Avec 4,08 mètres en longueur totale, 1,78 mètres en largeur et 2,56 mètres d’empattement, il est vrai que l’espace est plutôt compté à l’intérieur, surtout à l’arrière où la place centrale devient presque anecdotique. Le coffre engloutit de 355 à 1250 litres de fret; c’est honnête.

Jeep Avenger
Look moderne et empreint de l'ADN Jeep.image: Jeep

Quelques réserves seront toutefois émises sur la qualité de l’agencement intérieur, fait de plastiques majoritairement durs et brillants, couinant de surcroît sur les revêtements dégradés ou en tout-chemin. C’est d’autant plus regrettable que la présentation est plaisante et originale, la dotation en équipements de série plutôt généreuse et l’ergonomie bien pensée.

Jeep Avenger
Présentation intérieure originale et plaisante.image: Jeep

Si l’Avenger ne dispose pas – encore – de transmission intégrale, il embarque malgré tout un sélecteur de modes de traction selon le terrain (sable, boue et neige) en plus du contrôle de vitesse en descente. Voilà qui autorise de brèves escapades hors bitume.

Plus des villes que des champs

Sous sa robe, le Jeep Avenger embarque une batterie de 54 kWh qui alimente un moteur électrique de 156 ch et 260 Nm. Le 0 à 100 km/h est couvert en neuf secondes et la vitesse maxi limitée à 150 km/h. Jeep annonce une autonomie combinée d’environ 395 km (WLTP) et jusqu’à 572 km avec le protocole City du WLTP. En usage quotidien, il conviendra de tabler sur 300 km d’autonomie moyenne.

Jeep Avenger
A l'aise aussi bien sur piste... image: Jeep

Trois modes de conduite, Normal, Sport et Eco permettent d’exploiter au mieux les ressources de l’Avenger. Si le mode Sport exploite la valeur maxi de couple, les deux autres le limitent à respectivement 220 et 200 Nm afin de limiter la consommation d’électrons.

Jeep Avenger
... que sur asphalte.image: Jeep

Sur la route, l’Avenger évolue avec facilité et douceur. Sa direction légère et précise pourrait cependant être un peu plus bavarde en conduite dynamique. Ces réglages, associés à une suspension plutôt souple, participent à un confort de premier ordre sur tous les types de revêtement de chaussée et particulièrement ceux, souvent bosselés, en milieu urbain. Sur ce terrain de jeu, l’Avenger fera merveille tant par sa taille compacte que son rayon de braquage de 10,5 mètres.

Cohérence et compromis

Ce qui aura très certainement permis à l’Avenger collecter une majorité des suffrages auprès de nos confrères du jury de la voiture de l’Année est très certainement sa capacité à offrir un haut niveau de compromis et cohérence. La première Jeep électrique de l’histoire ne pâtit pas de défauts rédhibitoires, mais ne se démarquent pas non plus par des qualités ou innovations qui redéfiniraient la voiture électrique ou feraient d’elle «la Jeep des voitures électriques» à proprement parler.

Jeep Avenger
image: Jeep

En revanche, l’Avenger peut s’appuyer sur une base technique, une présentation et des prestations qui le rendent incontournable au moment de choisir son SUV urbain. Le tout pour un tarif de base compris entre 37900.- francs (finition Longitude) et 43990.- francs (finition Summit). A vous ensuite de rêver de grands espaces…

A propos de l'auteur:

Image
image: zvg
Jérôme Marchon est...
... un fan passionné de voitures depuis son plus jeune âge. Sa carrière professionnelle a pourtant commencé dans la finance. En parallèle de celle-ci, il contribue à créer un blog sur l'automobile, avant de fonder sa propre page, avant de prendre le poste de rédacteur en chef de la «Revue automobile». Depuis 2018, il travaille en tant qu'indépendant et écrit pour différents médias automobiles et généraux (print et web), en Suisse comme à l'étranger. Jérôme Marchon travaille également comme traducteur et conseiller en contenu rédactionnel pour des événements automobiles et des constructeurs automobiles.
Si vous détestez le parcage latéral, Hyundai va changer votre vie
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le corps du compositeur de l'hymne suisse a failli être profané par des nazis
Alberik Zwyssig (1808–1854), moine uranais compositeur du Cantique suisse, eut une existence tourmentée. Même le repos de sa dépouille fut troublé, celle-ci ayant été exhumée et transférée durant la Seconde Guerre mondiale.

Dans sa jeunesse, le père d’Alberik Zwyssig, un rude gaillard, fut mis sous tutelle après avoir été impliqué dans une bagarre. Plus tard devenu mercenaire à la solde des Pays-Bas, il perdit la vie sur le champ de bataille, laissant son épouse seule avec leurs cinq enfants, dont le petit Johann Josef Maria Georg.

L’article