DE | FR
Image: Flavia Korner
Work in progress

Qu’est-ce qui nous attire sur les réseaux sociaux?

De nouveau happé par Instagram depuis une demi-heure encore alors que tout ce que vous vouliez faire était de vérifier votre agenda? Pourquoi investissons-nous autant de notre temps précieux à faire défiler des flux d'informations? Roger Hämmerli sait quels postes vous attirent. Il est le directeur général de «Andy Was Right » ainsi que professeur de gestion des réseaux sociaux et a trouvé sa vocation en racontant des histoires numériques.
14.12.2021, 11:4014.12.2021, 11:57
Larissa Speziale
Larissa Speziale
Suivez-moi

Ce n'est pas le style de Roger Hämmerli de suivre la voie la plus facile. Il veut montrer ce dont il est capable et défend ses convictions. Pour certains, c'est de la confiance en soi, pour d'autres de l'arrogance. Il a arrêté ses études d’économie plus tôt que prévu parce qu'il s'est soudainement intéressé à la programmation d'applications.

S’apercevant qu’il ne pourrait pas en vivre à long terme, il s'est essayé au journalisme auprès du Blick am Abend de l'époque. Au début de son stage, il a donné un message clair: il travaillerait pour obtenir un poste à durée indéterminée. Il a tout donné pour cela et a, durant cette période, découvert sa passion pour les réseaux sociaux. Lorsque, vers la fin de son stage, l'équipe des réseaux sociaux nouvellement créée a cherché des renforts, on lui a donné une place. Un an plus tard, Roger était chef d'équipe.

L'équipe a travaillé avec succès et a rapidement couvert ses coûts. Mais après deux ans en tant que chef d'équipe, Roger en a eu assez et a démissionné sans avoir de plan de rechange.

Lorsque les fondateurs de l'agence Sir Mary l'ont approché, il a décidé de lancer avec eux un «hub de contenu pour les histoires d'entreprise». C'est ainsi que «Andy Was Right» est né en 2019. Aujourd'hui, Roger compte 25 employés et est chargé de cours à la Haute école d’économie d’entreprise à Zürich (HWZ) en gestion des réseaux sociaux.

Roger me dit ce qu'il pense des réseaux sociaux et de la façon dont ils affectent nos vies:

Roger, les réseaux sociaux sont-ils bons ou mauvais pour nous?
Les réseaux sociaux recèlent des opportunités et des dangers. Il est important que nous disposions de suffisamment de connaissance des médias pour être en mesure d'évaluer et de classer correctement les informations. Pour l'instant, de nombreuses personnes sont encore dépassées par cette situation. Le flux d'informations et la vitesse à laquelle les plateformes se développent sont élevés. Jamais auparavant nous n'avons eu autant d'informations à notre disposition. Néanmoins, nous sommes mal informés. Les réseaux sociaux sont en partie responsables de cette situation, mais ils peuvent aussi être la solution. On peut citer les nombreux créateurs talentueux, par exemple sur YouTube, qui préparent des formats éducatifs informatifs de manière attrayante. Mais nous devons apprendre à la prochaine génération comment naviguer dans le flot d'informations.

Comment cela doit-il être fait?
D'une part, je considère que les plateformes ont un devoir. Les réseaux sociaux peuvent être comparés à une bibliothèque : l'offre est énorme. En revanche, à la bibliothèque, les livres sont sélectionnés, ordonnés et conservés par les bibliothécaires. Cela devrait également être fait sur les réseaux sociaux. Internet ne devrait pas être une zone de non-droit où tout le monde peut faire n'importe quoi. D'autre part, les utilisateurs eux-mêmes doivent apprendre à mieux gérer les canaux et les informations. Il y a déjà du mouvement à ce sujet. Le drive sur TikTok est complètement différent des autres canaux. Cette plateforme est plus sociale, plus inclusive. Par exemple, les personnes handicapées bénéficient d'une visibilité et d'un encouragement beaucoup plus important, de manière positive. Néanmoins, nous devons poursuivre nos efforts et investir encore davantage dans l'éducation et la prévention.

Pourquoi finissons-nous toujours par nous retrouver sur Instagram, Facebook et autres?
Les humains sont profondément voyeuristes en soi. Pourquoi les formats de télé-réalité fonctionnent-ils? Parce que nous pouvons nous comparer aux autres sans que personne ne nous juge. Je peux «consommer le monde», sans pour autant y participer. La plupart des gens consomment de manière passive. Et pourtant, ils ont l'impression de le vivre et d’être à la page.

Nous nous plaignons constamment d'avoir trop peu de temps, et pourtant nous en passons beaucoup sur les réseaux sociaux...
En Suisse, c'est plutôt cool de dire qu'on n'a pas le temps. Mais la prochaine génération est différente. Ils ne célèbrent plus le fait d'être occupés tout le temps. Nous tuons souvent notre temps sur les réseaux sociaux parce que nous sommes submergés par la variété des offres. Nous n'avons plus l'habitude de nous ennuyer. Nous devons nous occuper en continu, dès le réveil jusqu’au moment du coucher. Nous avons toujours le sentiment que nous devons faire quelque chose. Sinon, nous craignons de passer à côté de la vie. En revanche, la consommation consciente des réseaux sociaux est parfaitement acceptable. C'est lorsque cela devient inconscient, avec le clic automatisé sur TikTok ou Instagram par exemple, et avec une consommation sans limite que cela devient dangereux.

«Andy Was Right» prépare du contenu pour les réseaux sociaux des entreprises. Beaucoup se sentent trahis.
Ce qui est normal pour le monde de la communication surprend souvent les personnes extérieures à ce milieu. En réalité, très peu d'entreprises créent elles-mêmes l'ensemble de leurs contenus. Des agences sont généralement impliquées. Toutefois, nous ne nous qualifions pas d'agence mais de newsroom de contenu digital, car nous adoptons une approche différente. Nous ne produisons pas de la publicité mais du contenu qui est actualisé, permanent et qui tient compte des motivations de l'utilisateur.

Et qu'est-ce qui attire les utilisateurs?
S'il s'agit uniquement «d’attirer», alors c'est surtout ce qui polarise. C’est une évolution constatée non seulement en politique. Cependant, je suis fermement convaincu que les vraies bonnes histoires à valeur ajoutée l'emporteront. Bien sûr, vous devez vous faire remarquer, mais finalement, vous convainquez avec un contenu de valeur, surprenant ou divertissant. On ne sait jamais à l'avance ce qui va vraiment marcher. Il n'y a pas de recette miracle à la viralité. Celui qui dit le contraire raconte des conneries.

Le monde virtuel selon Matrix? C'est possible avec l'Unreal Engine 5

+ de Work in progess? C'est ici:

Une ex-banquière: «Nous sommes girly, fortes, créatives et classes!»

Link zum Artikel

«Il est extrêmement délicat de détecter des chutes sans contact»

Link zum Artikel

La routine au travail? C'est l'occasion parfaite pour innover!

Link zum Artikel

Prothèses recyclées Circleg: Des nouvelles jambes à partir de déchets

Link zum Artikel
Bosco est trop gros? Mes conseils pour l'aider à retrouver la ligne
Après les fêtes, et bientôt deux ans de pandémie, les humains ne sont pas les seuls à avoir pris quelques kilos : Bosco et Samba ont aussi gagné en tour de taille. Pendant le semi-confinement, nous avons été plus souvent à la maison et cédant aux regards implorants de nos animaux chéris, nous les avons un peu trop gâtés. Si cela peut sembler inoffensif, un surpoids permanent chez les animaux de compagnie peut entraîner de graves problèmes de santé. Voici quelques conseils pour que ton chien ou ton chat retrouvent la forme.

Une alimentation correcte, tu l’auras deviné, est la clé du succès. La cause la plus fréquente d’obésité chez les animaux de compagnie est l’excès de nourriture ou une nourriture trop riche en énergie. Associés à un manque d’exercice, les kilos en trop peuvent avoir de graves conséquences, comme le diabète ou les maladies métaboliques.

L’article