larges éclaircies
DE | FR
Divertissement
Blogs

Tinder, Fruitz: le meilleur et surtout le pire des app de dating

Tinder, Fruitz: le meilleur et surtout le pire des app de dating
Sir Tinder, Fruitz, et toutes les autres app de dating, le romantisme est-il mort?Shutterstock

Le pire et le meilleur (mais surtout le pire) des applis de dating

Eamonn Flaherty
Eamonn Flaherty
Suivez-moi
Plus de «Divertissement»
L'heure est aux amours d'été. Les applis de rencontres marchent à plein tube. Mais attention aux mauvaises surprises. Florilège des expériences d'utilisateurs repérées sur les réseaux.
12.07.2021, 05:5615.07.2021, 17:02

Faites attention à la rubrique loisir quand même

Va falloir un peu améliorer la drague

A ne pas faire

Avant, c'était mieux

Au moins elle est cash

Parler de sa grand-mère ça peut le faire aussi...

Le romantisme n'est pas mort

Eviter de mettre tous ses œufs dans le même panier

Ne pas être trop sûr de soi

L'art de faire des mèmes

Avoir de la répartie

Et sinon, apprenez à draguer en français ou en schwyzerdütsch👇

Vidéo: watson

Eux aussi ils cherchent l'amour👇

1 / 11
Too hot to handle
source: netflix
partager sur Facebookpartager sur X
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Comment cette région suisse «des plus sauvages» s'est battue pour une église
La religion et l’Eglise façonnaient autrefois la vie quotidienne. Faire acte de présence à la messe ou au culte du dimanche relevait presque de l’obligation. Mais la population des campagnes devait souvent entreprendre un long trajet à pied pour «aller au sermon», à l’instar des habitants de la région du Buchholterberg.

Le Buchholterberg, chaîne de collines au nord-est de Thoune marquant la frontière entre l’Oberland bernois et l’Emmental, appartenait autrefois à la paroisse de Diessbach (rebaptisée Oberdiessbach en 1870). Son territoire était vaste, si bien qu’il fallait compter jusqu’à trois heures de marche pour rejoindre l’église de Diessbach depuis sa frontière est. Les chemins, mal aménagés, étaient presque impraticables pour les charrettes.

L’article