DE | FR

Vidéo: watson

Première mondiale: un Valaisan transforme sa société en jetons numériques

C'est une première mondiale. La société valaisanne Audacia a transformé l'entièreté de son capital en jetons numériques et les met en vente, ce lundi, sur la plateforme suisse TDX. Une démarche qui, à terme, pourrait vous permettre d'acquérir des actions de votre entreprise favorite depuis votre téléphone. Explications.



«Prouver au monde qu'on peut démocratiser l'accès aux petite ou moyenne entreprise (PME) et aux petites sociétés». En transformant l'intégralité du capital de son entreprise Audacia, en «tokens», des jetons numériques enregistrés sur la blockchain, le Valaisan Alexandre Bonvin se veut ambitieux.

Ce lundi midi, une partie de ces «tokens» ont été mis en vente sur TDX, la première plateforme réglementée permettant ce genre d'échanges. L'opération est une première mondiale. En y participant, Alexandre Bonvin, qui témoigne en vidéo pour watson, voit loin:

«J'espère que demain, cela vous permettra, en deux clics, depuis votre téléphone, d'acquérir des actions de ma société ou de votre pizzeria préférée»

Alexandre Bonvin, CEO Audacia

«Notre objectif est de démocratiser l'investissement dans les sociétés non cotées en bourse», pointe Lamine Brahimi, cofondateur de la fintech Taurus qui vient de lancer la plateforme TDX, reconnue par l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) depuis avril dernier. Le responsable souligne le coût très élevé d'une entrée en bourse et rappelle que seules 220 entreprises suisses sont cotées en bourse sur les près de 600 000 que compte notre pays.

Actuellement, il est donc très compliqué, voire impossible, pour un privé d'investir dans l'une des centaines de milliers de petites sociétés helvétiques. Une situation que le système de «tokens», plus rapide et moins onéreux, veut faciliter tant pour les entreprises que pour les investisseurs.

«Aujourd'hui, acheter une action d'une entreprise non cotée en bourse, c'est un processus papier qui peut durer plusieurs mois. Sans compter que vous devez trouver un vendeur»

Lamine Brahimi, cofondateur Taurus

Les jetons numériques, qui coûteront entre quelques dizaines et quelques centaines de francs, offrent exactement les mêmes droits qu'une action papier. Les détenteurs peuvent recevoir des dividendes et un droit de vote proportionnel au nombre de parts. Par ailleurs, leurs actions pourront être revendues par la suite.

D'autres entreprises transformées en jetons

Lamine Brahimi précise toutefois que, pour le moment, les particuliers doivent passer par une banque ou être un investisseur professionnel pour avoir recours aux services de TDX. Mais, à moyen terme, la plateforme devrait être accessible directement par les privés. «Comme c'est une première mondiale, le régulateur, la FINMA, préfère procéder de manière prudente», explique-t-il.

La tokenisation d'Audacia sera suivie par celle d'autres sociétés helvétiques dans les mois à venir. «Notre objectif est d'en compter plus d'une dizaine d'ici la fin de l'année. Pour nous, l'important ce n'est pas la quantité, mais la qualité», confie Lamine Brahimi.

Le cofondateur de la société genevoise Taurus explique que sa plateforme est accessible à toutes les entreprises. «Cela va de la start-up à la PME familiale. Mais nous ciblons en priorité les sociétés très dynamiques qui font entre 5 et 50 millions de chiffres d'affaires».

Non, les tokens n'ont (presque)
rien à voir avec les Bitcoins

Les «tokens» qu'on trouve sur la plateforme TDX et la célèbre cryptomonnaie Bitcoin reposent tous les deux sur la technologie de la blockchain, mais la comparaison s'arrête là. «Ce sont deux éléments totalement différents. La valeur du Bitcoin dépend entièrement de l'offre et de la demande alors que les jetons des sociétés admises au négoce sont adossés à quelque chose de concret, en l'occurrence la valeur d'une entreprise», détaille Lamine Brahimi.

J'ai tokenisé mon entreprise

Vidéo: watson

Une petite femelle hippopotame est née au zoo de Bâle

1 / 7
Une petite femelle hippopotame est née au zoo de Bâle
source: zoo de bâle / zoo de bâle
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

What’s in/what’s out, les trends de ta semaine

Plus d'articles «Actu»

Eric Zemmour se prépare à faire péter la présidentielle

Link zum Artikel

Sommet Biden-Poutine, Genève accusée d’oublier la liberté d’expression

Link zum Artikel

La Hongrie interdit de «promouvoir» l'homosexualité auprès des mineurs

Link zum Artikel

Israël bombarde la bande de Gaza en réponse à des ballons incendiaires

Link zum Artikel

Les rumeurs de départ au PSG sont des humiliations pour le Qatar

Pochettino ne trouve pas le club assez sérieux et regarde ailleurs, Mbappé rechigne à signer un nouveau contrat, et le prodige qu'il avait presque engagé semble changer d'avis. De ces «on-dit», le Qatar ressortira vexé et affaibli.

A cette époque de l'année, les rumeurs poussent comme l'herbe dans les prés, mais quand «The Times» et «The Athletic» en font tout un foin, c'est que la situation est mûre: Mauricio Pochettino ne restera pas au PSG si un grand club parvient à l'en dissuader.

En tout juste six mois, l'entraîneur argentin a découvert un PSG désorganisé, des gens pas très sérieux et une culture relativement archaïque du vedettariat à la française, où les papillons de nuit se brûlent les ailes à la …

Lire l’article
Link zum Artikel