larges éclaircies
DE | FR
Economie
Technologie

X commence à faire payer des usagers pour des services basiques

X commence à faire payer des usagers pour des services basiques

Le réseau social d'Elon Musk a démarré son modèle de paiement pour satisfaire les tiroirs-caisse et réduire les spams.
18.10.2023, 07:0819.10.2023, 07:24
Plus de «Economie»

La plateforme X, ex-Twitter, a annoncé mardi qu'elle avait commencé à faire payer les nouveaux usagers en Nouvelle-Zélande et aux Philippines pour des services de base, comme la publication de messages. Ils devront payer entre 0,75 et 0,85 dollar par an.

Selon le réseau social, propriété du milliardaire Elon Musk depuis l'année dernière, ce changement vise à «renforcer» la politique existante visant à réduire les spams (messages non sollicités) ainsi que la «manipulation de notre plateforme et l'activité des bots».

Ceux qui refusent de débourser ces sommes auront accès à la «seule» fonction «lecture» de la plateforme, c'est-à-dire regarder des vidéos ou suivre des comptes.

Série de changements controversés

Il s'agit «d'évaluer une mesure potentiellement puissante pour nous aider à lutter contre les bots et les spammeurs sur X, tout en équilibrant l'accessibilité de la plateforme avec le faible montant de la redevance», ajoute le réseau.

Les usagers déjà inscrits dans les deux pays concernés ne sont pas touchés par la mesure.

Depuis son acquisition de Twitter à la fin octobre 2022 pour 44 milliards de dollars, Elon Musk a procédé à une série de changements controversés au sein des équipes et dans les produits proposés. (ats/svp)

Elon Musk a sa version chinoise, voici «Elong Musk».
Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
La maison-mère de Snapchat s'embourbe
Snap, la maison mère du réseau social Snapchat, a vu son action s'effondrer mardi après avoir publié des résultats trimestriels décevants - et ce, malgré une nouvelle vague de licenciements.

L'entreprise californienne avait pourtant vu ses revenus progresser de 5% sur un an pour la période d'octobre à décembre, à 1,36 milliard de dollars. Mais cette hausse s'avère inférieure aux attentes des investisseurs et lui a coûté très cher à Wall Street: son titre a plongé de plus de 30% lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse de New York.

L’article