DE | FR

Les enseignants chinois ont la main lourde sur les châtiments corporels

Students walk home after school in Hong Kong, China, 30 November 2020. The Hong Kong government announced that all primary and secondary schools must suspend in-person classes from 02 December until year-end amid a recent spike in coronavirus infections. EPA/JEROME FAVRE

Les morts et les suicides sont réguliers chez les élèves chinois. Image: ats

Les punitions susceptibles de provoquer des traumatismes physiques ou mentaux sont désormais interdites dans les écoles chinoises. Apparemment, les enfants le vivent assez mal. Ben ça alors!



En Chine, de nouvelles règles édictées par le ministère de l'Education interdisent à l'école les punitions humiliantes pour les élèves. Elles renforcent également l'interdiction déjà existante sur les châtiments corporels.

Les enseignants doivent désormais faire sans:

Les élèves sont dorénavant encouragés à écrire une lettre d'excuses ou à effectuer des tâches dans la salle de classe pour des écarts mineurs, par exemple avoir oublié de faire ses devoirs.

Ceux qui ont commis des actes plus graves, comme du harcèlement, peuvent être temporairement exclus ou se voir conseiller un suivi psychologique.

Morts et suicides réguliers

L'interdiction en Chine des châtiments corporels remonte à 1986, mais les médias publics chinois rapportent régulièrement des cas d'enfants qui meurent après avoir été battus par un professeur ou qui se suicident après avoir subi des humiliations publiques à l'école.

Une fillette âgée de dix ans est ainsi décédée dans la province du Sichuan (Sud-Ouest) après s'être fait tirer les oreilles et frapper à la tête par son professeur de mathématiques pour une mauvaise addition, avait rapporté en septembre l'agence étatique Chine nouvelle.

Une élève de dix ans s'est donné la mort en juin dernier, dans le Jiangsu (Est), parce que son professeur aurait critiqué sa dissertation manquant d'«ondes positives», a rapporté le China Daily. L'enseignant l'aurait frappée et humiliée devant toute la classe. (ats/afp)

Plus d'article «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

La Suisse aussi prend des risques avec la vaccination

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

Face au Covid, une Suisse à deux vitesses se profile

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
Thèmes

Une loi protégeant la police promulguée dans la douleur en France

En France, le Parlement a adopté définitivement la proposition de loi LREM controversée sur la sécurité globale, après un ultime feu vert des députés jeudi.

Dans un climat moins électrique que lors de l'examen en première lecture, l'Assemblée nationale a voté ce texte soutenu par le ministère de l'Intérieur par 75 voix pour et 33 contre, en dépit des vives contestations de la part des défenseurs des libertés publiques. La gauche a annoncé son intention de saisir le Conseil constitutionnel.

Alimentant les querelles et les accusations autour des violences policières, l'article 24 de la proposition de loi a pour ambition de protéger les forces de …

Lire l’article
Link zum Artikel