DE | FR
Les centaines d'adolescentes kidnappées vendredi dernier dans le pensionnat de Jangebe (Nigeria) dans la maison gouvernementale du Nigeria.

Les centaines d'adolescentes kidnappées vendredi dernier se trouvent actuellement dans la maison gouvernementale du Nigeria. Image: Keystone

Près de 300 adolescentes enlevées au Nigéria ont été libérées

Les centaines d'écolières kidnappées la semaine passée au Nigeria ont été libérées. Mardi matin, elles se trouvaient dans les locaux du gouvernement de l'Etat de Zamfara.



279. C'est le nombre total d'adolescentes enlevées dans le pensionnat de Jangebe, situé au Nord-est du Nigéria vendredi dernier. Le gouverneur de l'Etat, Bello Matawalle a pu voir les jeunes filles se trouvant mardi matin dans la maison gouvernementale de Zamfara.

Bild

Image: datawrapper

Des rescapées marquées par la fatigue

Les traits des visages tirés par la fatigue, les jeunes filles sont arrivées très tôt mardi matin à la maison du gouvernement à Gusau (capitale de Zamfara) dans plusieurs mini-bus.

Une vidéo publiée sur Twitter par le site d'information Daily Nigerian montrait certaines des filles passant devant les journalistes en ligne droite. Certaines des écolières sont pieds nus, tandis que d'autres boitent.

Les autorités les ont réunies dans un auditorium où des vêtements propres et un hijab de couleur bleu ciel leur a été distribué. Sous les objectifs des journalistes, les adolescentes se sont ensuite levées sous la musique de l'hymne national nigérian.

Une rançon payée par l'Etat nigérien?

Il s'agit du quatrième enlèvement de masse d'écoliers en moins de trois mois dans le nord-ouest du Nigeria. Ces «bandits», comme on les appelle dans le pays, pratiquent généralement les enlèvements contre rançon.

Les autorités de Zamfara ont l'habitude de discuter avec les groupes criminels avec lesquels ils négocient depuis plus d'un an des accords d'amnistie en échange de la remise de leurs armes. Bello Matawalle n'a cependant pas fourni de détails sur la manière et la date de cette dernière libération.

A chaque libération, les autorités nient payer une quelconque rançon aux ravisseurs, mais cela fait pourtant peu de doute pour les experts en sécurité qui craignent que cela ne mène à une multiplication des enlèvements dans ces régions minées par l'extrême pauvreté et peu ou pas du tout sécurisées. (ats/mndl)

Plus d'article sur le thème «Politique»

Arrêtés et extradés pour avoir aidé Carlos Ghosn à se faire la malle

Link zum Artikel

Ryad refuse de se laisser accuser du meurtre de Khashoggi

Link zum Artikel

Les enseignants chinois ont la main lourde sur les châtiments corporels

Link zum Artikel

Les manifestations à Hong Kong repartent de plus belle

Link zum Artikel

Des diplomates russes fuient la Corée du Nord en mode western

Link zum Artikel

La Birmanie vit sa journée la plus meurtrière depuis le coup d'Etat

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Un sommet emblématique du Cap prend feu et menace la ville

Un incendie s'est déclenché dimanche au Cap, ville portuaire située sur la côte sud-ouest en Afrique du Sud. Le feu qui s'est propagé au centre-ville a ravagé une collection unique d'archives africaines.

«Le feu n'est pas encore sous contrôle». C'est le constat des pompiers de la ville du Cap, en Afrique du Sud, après qu'un incendie s'est déclaré, dimanche, sur Table Mountain, un sommet emblématique de la région. Des vents violents ont jusqu'à présent empêché toute intervention aérienne et poussé les flammes vers l'Ouest, en direction du centre-ville.

Une enquête sur l'origine de l'incendie, qui n'a pas fait de victime, a été ouverte. Cependant, un suspect a été placé en garde à vue, ont …

Lire l’article
Link zum Artikel