DE | FR

Au Mali, les militaires embarquent le président et le premier ministre

Malian soldiers jubilate as they return to Niono, from Diabaly, some 400 kms (300 miles) North of the capital Bamako, Saturday Jan. 19, 2013. French troops encircled a key Malian town on Friday, trying to stop radical Islamists from striking against communities closer to the capital and cutting off their supply line, a French official said. The move around Diabaly came as French and Malian authorities said that the city whose capture prompted the French military intervention in the first place was no longer in the hands of the extremists. (AP Photo/Jerome Delay)

Les militaires semblent dominer la politique malienne. Image: AP

Les militaires maliens mécontents du nouveau gouvernement ont emmené de force le président Bah Ndaw et le premier ministre Moctar Ouane.



Des militaires maliens ont emmené de force le président et le premier ministre au camp militaire de Kati, à quelques kilomètres de Bamako. Un coup de force secouant le pays plongé dans une crise profonde.

L’ONU, de grandes organisations africaines, la France, les États-Unis et d’autres ont condamné, dans la foulée, la situation. Ils ont rejeté par avance tout fait accompli, y compris une éventuelle démission forcée des dirigeants de transition arrêtés par des militaires. Ils «exigent la libération immédiate et inconditionnelle» du président et du premier ministre.

«Le président et le premier ministre sont ici à Kati pour des affaires les concernant», a dit un haut responsable militaire à l’AFP.

C’est au même camp que le président élu Ibrahim Boubacar Keïta avait été conduit de force le 18 août 2020 par des colonels putschistes pour annoncer sa démission. Ce sont semble-t-il les mêmes colonels qui sont à la manoeuvre neuf mois plus tard. Leurs intentions ne sont pas connues. En 2012, le Premier ministre Modibo Diarra, arrêté par des putschistes, avait été forcé à la démission.

Ces évènements sont survenus quelques heures seulement après l’annonce d’un nouveau gouvernement, que dominent toujours les militaires.

Une contestation politique et sociale grandissante

Les colonels avaient installé, au bout de quelques semaines, des autorités de transition, dont un président, Ban Ndaw, militaire retraité, et un gouvernement dirigé par Moctar Ouane, un civil. Confronté à une contestation politique et sociale grandissante, le Premier ministre a présenté il y a dix jours la démission de son gouvernement.

Révision constitutionnelle

Mi-avril, les autorités de transition ont annoncé l’organisation le 31 octobre d’un référendum sur une révision constitutionnelle promise de longue date. En février-mars 2022, des élections présidentielle et législatives rendraient le pouvoir à des dirigeants civils.

Le doute persiste toutefois quant à leur capacité à tenir leur programme, a fortiori dans un contexte où les violences jihadistes et autres continuent sans relâche. Le Mali et ses voisins nigérien et burkinabè sont pris dans un tourbillon de violences jihadistes, intercommunautaires ou autres qui ont fait des milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés. (ga)

Plus d'articles «International»

50°C à l'ombre au Canada, la faute à un «dôme de chaleur». Explications

Link zum Artikel

Détournés, abattus, sabotés, les avions sont de vraies armes politiques

Link zum Artikel

Non-vacciné? Préparez vos narines pour visiter la France cet été

Link zum Artikel

L'Italie a-t-elle un (gros) problème avec ses infrastructures?

Link zum Artikel

Israël se sent menacé par le variant Delta

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

L’ex-président sud-africain Zuma est en prison, l'affaire résumée en 4 points

Condamné depuis une semaine pour une série de scandales de corruption, l’ancien chef du gouvernement sud-africain, Jacob Zuma, vient de passer sa première nuit en prison.

Mercredi, peu avant minuit, heure maximale imposée pour son incarcération, le charismatique et sulfureux Zuma a rendu in extremis les armes. Dans la nuit, un convoi d'une dizaine de voitures a fendu l’obscurité devant sa résidence de Nkandla, en pays zoulou (Est), pour filer vers la prison moderne d'Escourt, à 200 km de là.

Après plusieurs recours en justice ces derniers jours, pour contester sa sentence, Zuma a donc cédé et s'est constitué prisonnier. Ce n'est pas «un aveu de …

Lire l’article
Link zum Artikel