International
Afrique

Joseph Kony, l'homme le plus recherché d'Afrique

Il serait responsable de la mort de plus de 100 000 personnes. Qui est Joseph Kony, le rebelle qui a traumatisé l'Ouganda pendant 20 ans?
Il serait responsable de la mort de plus de 100 000 personnes. Qui est Joseph Kony, le rebelle qui a traumatisé l'Ouganda pendant 20 ans?

Joseph Kony, l'enfant de chœur devenu l'homme le plus recherché d'Afrique

Il a été enfant de choeur, guérisseur traditionnel, rebelle, avant de devenir le chef de file d'un groupe armé meurtrier. Portrait de Joseph Kony, l'un des hommes les plus traqués du continent africain.
18.03.2023, 16:3018.03.2023, 18:04
Dennis Jjuuko / the conversation
Plus de «International»
Un article de The Conversation
The Conversation

Il y a onze ans, un documentaire a propulsé le nom de Joseph Kony sur la scène mondiale. Le film controversé Kony 2012 racontait l'histoire d'un seigneur de guerre ougandais dont les forces sont considérées par les Nations unies comme responsables de la mort de plus de 100 000 personnes, de l'enlèvement d'au moins 20 000 enfants et du déplacement de plus de deux millions de personnes.

Si la plupart des pays du monde n'avaient pas encore entendu parler de Kony, les Ougandais, eux, le connaissaient et le craignaient. Le fondateur de l'Armée de résistance du Seigneur a déclenché une vague de violence dans le nord de l'Ouganda pendant deux décennies.

En 2005, la Cour pénale internationale a porté des accusations de crimes contre l'humanité à l'encontre de Kony et de quatre de ses principaux commandants. En 2013 et 2021, les Etats-Unis ont annoncé une prime de 5 millions de dollars pour toute information menant à la capture de Kony.

Il est toujours en liberté.

La Cour pénale internationale veut maintenant confirmer les charges contre Kony en son absence. On espère ainsi relancer les efforts internationaux pour retrouver le fugitif le plus recherché d'Afrique.

Alors, qui est Joseph Kony?

L'enfant de choeur devenu chef rebelle

Joseph Rao Kony est né en 1961 dans le sous-comté d'Odek, dans le nord de l'Ouganda. Il est l'un des six enfants de la famille de classe moyenne acholi de Luizi Obol et Nora Oting. Les parents de Kony étaient des agriculteurs. Son père était catholique, sa mère anglicane. Kony a été enfant de choeur jusqu'en 1976. Il a abandonné l'école à l'âge de 15 ans pour devenir guérisseur traditionnel.

En 1987, à l'âge de 26 ans, Kony a fondé «l'Armée de résistance du Seigneur», une organisation chrétienne fondamentaliste qui a opéré dans le nord de l'Ouganda jusqu'en 2006.

Joseph Kony, leader of Uganda's Lord's Resistance Army is seen during a meeting with a delegation of Ugandan officials and lawmakers and representatives from non-governmental organizations,  ...
Joseph Kony en 2006, lors d'une de ses rares apparitions publiques.Image: AP

Kony est devenu célèbre après avoir pris le contrôle du «Mouvement du Saint-Esprit», un groupe rebelle dirigé par Alice Lakwena, sa tante, dans le but de renverser le gouvernement ougandais.

Le «Mouvement du Saint-Esprit» a été créé après que le président ougandais Tito Okello, un Acholi, a été renversé par l'Armée de résistance nationale, dirigée par Yoweri Museveni, en janvier 1986. Les Acholis occupent en grande partie le nord de l'Ouganda. L'Armée de résistance nationale de Museveni était une organisation rebelle qui s'est ensuite métamorphosée en Force de défense du peuple ougandais. Aujourd'hui, c'est l'armée nationale.

Vague d'attaques meurtrières

Lorsqu'elle est arrivée au pouvoir, l'Armée de résistance nationale a semblé délibérément cibler la population acholi dans le nord. Les villageois ont été violemment attaqués par les troupes de l'armée et soumis à des pénuries alimentaires. Des maisons ont été incendiées, entraînant des déplacements forcés. L'ampleur de ces attaques n'a jamais été documentée ni justifiée.

Kony a rejoint le Mouvement du Saint-Esprit pour lutter pour les droits des Acholis.

En 1987, cependant, les troupes de l'armée avaient écrasé le mouvement - Lakwena s'est échappée au Kenya où elle est morte dans un camp de réfugiés en 2007.

KAM01 - 20020414 - SOUTH SUDAN, SUDAN : Ugandan soldiers drive military trucks in south Sudan region 14 April 2002 after operations in the zone where the Ugandan army claims to besiege Lord's Res ...
Des soldats ougandais dans le sud du Soudan, en 2002, où un millier de personnes, principalement des femmes et des enfants, ainsi que des rebelles dirigés par Joseph Kony, ont été assiégés.Image: EPA AFPI

Le prophète autocrate

Kony a créé l'Armée de résistance du Seigneur et s'est proclamé prophète de son peuple. Il s'est rapidement retourné contre ses partisans, prétendument dans le but de «purifier» les Acholis et de transformer l'Ouganda en théocratie.

Le groupe rebelle a procédé à des meurtres aveugles. Il a recruté de force des garçons comme soldats et des filles comme esclaves sexuelles.

GULU, UGANDA - SEPTEMBER 17: Like every morning, masses of children walk from northern Uganda's Gulu town to their home villages on September 17, 2004, in Gulu, Uganda. Every night, more than 25, ...
2004. Chaque nuit, plus de 25 000 enfants quittent leurs villages et marchent jusqu'à la ville de Gulu pour éviter d'être tués ou enlevés par l'Armée de résistance du Seigneur (LRA) de Joseph Kony.Image: The Washington Post

Sur le plan idéologique, le groupe a épousé un mélange de mysticisme, de nationalisme acholi et de fondamentalisme chrétien. Il prétendait établir un Etat théocratique fondé sur les 10 commandements bibliques et la tradition acholi. Kony s'est proclamé porte-parole de Dieu. Il affirme avoir reçu la visite d'un groupe multinational de 13 esprits, dont un fantôme chinois.

Kony et son groupe rebelle ont commis une série d'atrocités contre les civils. Le groupe a mené la guerre pendant plus de vingt ans en Ouganda, puis dans les pays voisins politiquement instables que sont le Soudan, la République démocratique du Congo (RDC) et la République centrafricaine, dans le but de renverser Museveni. Le nombre réel de membres des milices a varié au cours de cette période, atteignant un maximum de 3 000 soldats au début des années 2000.

DJEMA REGION, CENTRAL AFRICAN REPUBLIC - MARCH 20: Ugandan troops in Central African Republic exhume the remains of top Lord's Resistance Army commander Okot Odhiambo on March 20, 2015, in the Dj ...
Les troupes ougandaises en République centrafricaine exhument les restes du commandant de l'Armée de résistance du Seigneur, Okot Odhiambo, le 20 mars 2015.Getty Images Europe

La traque du terroriste mondial

Après les attentats terroristes du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, le gouvernement américain a désigné l'Armée de résistance du Seigneur comme groupe terroriste.

En 2005, la Cour pénale internationale a délivré des mandats d'arrêt à l'encontre des principaux commandants de l'Armée de résistance du Seigneur pour crimes contre l'humanité. En août 2008, les Etats-Unis ont déclaré Kony terroriste mondial, une désignation assortie de sanctions financières et autres.

This image provided by Invisible Children shows an International Criminal Court indictment list displaying Joseph Kony and Vincent Otti from the video, "Kony 2012 Part II." Part II repeats s ...
Une liste d'inculpation de la Cour pénale internationale.Image: AP Invisible Children

L'Armée de résistance du Seigneur a finalement été chassée de l'Ouganda à la suite de l'échec des pourparlers de paix de Juba de 2006-2008 entre les dirigeants du groupe et le gouvernement ougandais. Ces pourparlers ont été menés sous la médiation du gouvernement du Sud-Soudan.

Kony et sa milice se sont cachés en RDC. En décembre 2008, l'Ouganda, la RDC et le Soudan ont lancé une opération baptisée (Operation Lightning Thunder) pour les retrouver.

Le groupe rebelle de Kony a attaqué des civils congolais soupçonnés de soutenir l'opération. Des villageois ont été violés, leurs membres mutilés et des centaines de personnes tuées. Le groupe s'est finalement scindé pour échapper à la capture, la plupart de ses membres s'enfuyant en République centrafricaine.

L'Ouganda a mis fin à l'opération en mars 2009, déclarant que l'Armée de résistance du Seigneur était à son point le plus faible.

En novembre 2013, les autorités de la République centrafricaine ont indiqué que Kony était prêt à négocier sa reddition. Il aurait été en mauvaise santé à Nzoka, une ville de la région orientale du pays. Il ne s'est jamais présenté.

Le disparu

En 2017, le groupe rebelle ne comptait plus qu'une centaine de soldats. En avril de la même année, les gouvernements américain et ougandais ont mis fin aux efforts déployés pour retrouver Kony. Ils ont déclaré qu'il ne représentait plus un risque significatif pour la sécurité de l'Ouganda. Mais il est toujours recherché par la Cour pénale internationale.

Certains combattants de l'Armée de résistance du Seigneur ont profité du programme d'amnistie ougandais de 2000, qui offrait une immunité générale à tout rebelle ayant pris les armes contre le gouvernement depuis 1986.

La localisation exacte de Kony reste cependant inconnue. On pense qu'il se cache dans les vastes jungles de la République centrafricaine ou au Soudan. Alors que les tentatives de traduire Kony en justice se poursuivent, le nord de l'Ouganda post-conflit est sur le lent chemin de la reprise économique et sociale.

Cet article a été publié initialement sur The Conversation. watson a changé le titre et les sous-titres. Cliquez ici pour lire l'article original

Voici comment la Terre a évolué et pourquoi c'est important de le savoir
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pourquoi Rupert Murdoch a déshérité ses trois enfants
Après des années de luttes intestines au sein de sa dynastie, Rupert Murdoch, 93 ans, s'est finalement choisi un héritier. Retour sur une saga qui n’a rien à envier à la fiction.

C'est l'énième épisode d'une lutte familiale sanglante qui dure depuis des décennies. Ce mercredi, le New York Times a dévoilé un document judiciaire inédit et l'identité du rejeton que Rupert Murdoch souhaite placer à la tête de son empire médiatique gigantesque. Inquiet du «manque de consensus» entre ses quatre enfants, le nonagénaire s'est donc lancé en toute discrétion dans une bataille judiciaire pour empêcher trois de ses quatre enfants de contrôler l'entreprise familiale après sa mort.

L’article