International
Amérique du sud

Ce que l'on sait de la tentative de coup d'Etat en Bolivie

epa11440599 Military personnel at the headquarters of the Government of Bolivia in La Paz, Bolivia, 26 June 2024. Bolivia's President Luis Arce denounced the 'irregular mobilization' of ...
Des militaires près du siège du gouvernement de Bolivie, à La Paz, 26 juin 2024.Image: EPA EFE

Ce que l'on sait de la tentative de coup d'Etat en Bolivie

Le président Luis Arce et l'ex-président Evo Morales se disputent la tête de liste de leur formation pour 2025. Ils ont déclenché une guerre intestine au coeur du parti au pouvoir et conduit le pays au bord du gouffre.
27.06.2024, 12:0027.06.2024, 12:17
Sandra Weiss, puebla, mexique / ch media
Plus de «International»

La Bolivie est en crise depuis des mois. Mercredi, un général a tenté une démonstration de force confuse: vers midi, le président Luis Arce (Mouvement vers le socialisme (MAS), gauche) a annoncé sur X que des troupes menaient des opérations étranges. «Il faut respecter la démocratie».

Presque au même moment, son prédécesseur et ennemi de parti Evo Morales annonçait qu'un coup d'Etat menaçait, et que les militaires se dirigeaient vers le palais présidentiel avec des chars et des troupes. Des images télévisées ont confirmé le déploiement de quelques unités. Elles étaient emmenées par le chef de l'armée, le général Juan José Zúñiga, destitué la veille par Arce. Il avait menacé à la télévision d'empêcher la réélection d'Evo Morales l'année prochaine, car cela serait contraire à la constitution – une ingérence politique que sa fonction ne lui permet pas vraiment.

Arrivé devant le palais présidentiel, Zúñiga a exigé devant la presse la libération de tous les prisonniers politiques, principalement des militaires, mais aussi des deux leaders de droite, Jeanine Añez et Luis Fernando Camacho. En arrière-plan, on entendait des détonations. Jeanine Añez a immédiatement critiqué:

«Je condamne le défilé des militaires sur la place Murillo pour troubler l'ordre constitutionnel»
epa11235258 Former interim president Jeanine Anez looks out from her prison cell at Miraflores Women's Guidance Center in La Paz, Bolivia, 21 March 2024. The former interim president of Bolivia,  ...
L'ancienne présidente par intérim Jeanine Añez dans sa cellule de prison, le 21 mars 2024.Keystone

«Il faut éliminer le MAS d'Arce et de Morales lors des élections de 2025», a-t-elle fait savoir sur X. Zúñiga a ensuite fait défoncer la porte du palais par un char, puis s'est retrouvé face à face avec le président, qui l'a intercepté. La moitié du monde était déjà en émoi, de l'Union européenne à l'Organisation des états américains (OEA) en passant par de nombreux dirigeants latino-américains, les critiques et les appels au respect ont fusé.

Bolivian police hold the detained Juan Jose Zuniga, former general commander of the Army, in La Paz, Bolivia, Wednesday, June 26, 2024. An apparent failed coup attempt erupted Wednesday in the country ...
Jose Zúñiga a été arrêté.Image: AP

Quelques minutes plus tard, Zúñiga s'est retiré, suivi de ses soldats. Luis Arce a immédiatement changé d'état-major. Son nouveau chef a ordonné le retrait dans les casernes et l'arrestation de Zúñiga. Pendant sa détention, celui-ci a déclaré aux journalistes qu'il avait agi sur ordre du président, qui cherchait à gagner en popularité.

L'arrestation d'un deuxième responsable militaire, Juan Arnez Salvador, chef de la Marine, a d'ailleurs été annoncée par le ministre du Gouvernement (Intérieur), Eduardo Del Castillo qui a fustigé, lors d'une conférence de presse, «deux militaires putschistes qui voulaient détruire la démocratie».

Comment a réagi la population?

La ville de La Paz est globalement restée calme pendant l'incident; la population a continué à vaquer à ses occupations. Dans les cafés, la question qui revenait sans cesse était de savoir s'il s'agissait d'une tentative de coup d'Etat, d'une mise en scène du gouvernement ou de la protestation d'un général un peu trop dans la démesure. Le sociologue bolivien Rafael Archondo privilégie la deuxième option. Selon lui, cela n'a rien d'un putsch, mais ressemble plutôt à la désobéissance d'un général.

240627 -- LA PAZ, June 27, 2024 -- A military vehicle is seen near the government palace in La Paz, Bolivia, June 26, 2024. Bolivian President Luis Arce on Wednesday denounced what appeared to be an a ...
Un véhicule militaire près du palais du gouvernement de Bolivie, 26 juin 2024.Image: www.imago-images.de

Cet épisode illustre, toutefois, la situation critique dans laquelle se trouve le pays andin. Sur le plan économique, il n'a pas récupéré depuis la pandémie. La production de gaz – l'une des principales sources de devises – s'est effondrée. En conséquence, les liquidités en dollars manquent, les prix augmentent, et on observe des pénuries de l'essence importée et subventionnée par l'Etat.

La Bolivie va mal

La Bolivie ne s'est toujours pas remise de l'effondrement des prix des matières premières de 2014. «L'Etat a commencé à piller les caisses à l'époque, et maintenant elles sont vides», explique l'économiste Gonzalo Chávez de l'Université catholique. En conséquence, manifestations et barrages routiers font désormais partie du quotidien.

Bolivian President Luis Arce raises a clenched fist surrounded by supporters and media, outside the government palace in La Paz, Bolivia, Wednesday, June 26, 2024. Armored vehicles rammed the doors of ...
Le président bolivien Luis Arce, entouré de ses partisans, à l'extérieur du palais du gouvernement, le 26 juin 2024.Keystone

Les institutions sont par ailleurs bloquées depuis des mois par une lutte de pouvoir entre Evo Morales et Luis Arce. Celui-ci souhaite se représenter en 2025, mais son concurrent conteste sa candidature pour le MAS. Le parti se déchire à ce sujet et a perdu sa majorité au Parlement.

Il y a désormais un blocage entre trois blocs: les partis d'opposition de droite et de centre-droit, le camp Arce et enfin le camp Morales. Tous s'accusent de corruption, de blanchiment d'argent et de trafic de drogue. Evo Morales et l'opposition refusent de donner leur accord à de nouvelles dettes publiques ainsi que pour des licences à des entreprises étrangères de lithium.

FILE - Former President Evo Morales speaks during a press conference in La Paz, Bolivia, Thursday, April 11, 2024. President Luis Arce and Morales are battling for the future of Bolivia?s Movement for ...
Evo Morales.Keystone

Dans ce contexte, il n'a pas été possible de composer les listes électorales pour les plus hautes instances de la justice. En Bolivie, les juges suprêmes sont élus par le peuple à la majorité des deux tiers à partir d'une liste constituée par le congrès. Les juges en place ont alors prolongé eux-mêmes leur mandat avec le soutien du gouvernement et ont empêché la tenue de nouvelles élections.

L'opposition et les partisans de Morales qualifient la manoeuvre d'anticonstitutionnelle et ont tenté une destitution. Mais les partisans de Luis Arce ont contrecarré plusieurs tentatives au parlement. Ils ont bloqué les accès au site ou ont coupé l'électricité. Jusqu'à présent, l'opposition ne profite guère de la querelle interne du parti au pouvoir. Elle manque à la fois de concepts cohérents et de leadership convaincant.

(Traduit de l'allemand par Valentine Zenker)

(Certains extraits proviennent de l'ATS)

Ce chien valaisan fait sensation sur les réseaux
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Sprint final pour le «perchoir» de l'Assemblée française
Après la démission du gouvernement, les regards se tournent vers le perchoir: les groupes politiques affinent leur stratégie pour obtenir la présidence de l'Assemblée nationale, un enjeu aussi pour la gauche dont les négociations pour Matignon restent dans l'impasse.

Le Nouveau Front populaire s'est finalement mis d'accord mercredi sur la candidature unique d'André Chassaigne (PCF) pour briguer la présidence de l'Assemblée nationale, ont indiqué les groupes de la coalition de gauche à la veille d'une élection prévue jeudi à partir de 15 heures.

L’article