DE | FR
Analyse

Voici le cerveau derrière le «quasi»-coup d'Etat de Donald Trump

John Eastman appartient à la «Federalist Society», une association ultra-conservatrice de juristes.
John Eastman appartient à la «Federalist Society», une association ultra-conservatrice de juristes.
Image: Keystone
Le professeur de droit, John Eastman, avait élaboré un plan diabolique. Mais il est tombé malade du Covid-19.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
08.10.2021, 17:2208.10.2021, 17:54
Philipp Löpfe
Philipp Löpfe
Philipp Löpfe
Suivez-moi

La politique américaine débat actuellement sur le projet de loi sur les infrastructures. Mais en parallèle, de plus en plus de détails sont révélés sur la façon dont Donald Trump a tenté de faire un coup d’Etat. Et ce qui est effrayant, c’est qu’il a presque réussi.

«Le pays n'était qu'à quelques heures d'une véritable crise constitutionnelle», a écrit le New York Times dans un commentaire éditorial ce week-end. «La raison n'était pas le chaos semé par les partisans de Trump. C’étaient les actions du président lui-même.»

L'ex-président voulait empêcher Joe Biden d’entrer en fonction dans la Maison Blanche avec un plan diabolique. Cette idée a été imaginée par un professeur de droit conservateur nommé John Eastman.

Juristes ultra-conservateurs

Ce dernier est diplômé de l'Université de Chicago et a été l'assistant de Clarence Thomas, un juge fédéral conservateur. Il appartient à la «Federalist Society», une association ultra-conservatrice de juristes, et a été recteur de l'Université Chapman en Californie. Parallèlement, il a dirigé un cabinet d'avocats s'occupant de causes conservatrices telles que la liberté religieuse, l'avortement et l'immigration.

John Eastman (à gauche, à côté de Rudy Giuliani) figurait également parmi les orateurs avant la prise d'assaut du Capitole.
John Eastman (à gauche, à côté de Rudy Giuliani) figurait également parmi les orateurs avant la prise d'assaut du Capitole.
Image: Keystone

Les auteurs Bob Woodward et Robert Costa, dans leur livre récemment publié intitulé Peril, décrivent comment John Eastman a rédigé à la dernière minute un mémorandum de deux pages pour la Maison blanche. Le texte dit essentiellement que l’ex-vice-président Mike Pence aurait eu le pouvoir d'interpréter les résultats de l'élection en faveur de Donald Trump.

La base juridique d'une telle manœuvre est plus que douteuse. Elle découle d'une loi adoptée en 1887, après une élection également très disputée, qui précise comment les votes électoraux doivent être comptés. La loi étant vague, quelques juristes experts en droit constitutionnel estiment que l’ex-vice-président avait le pouvoir de rejeter les résultats électoraux et de demander au Congrès de désigner son propre collège électoral. C'est exactement comme cela que Mike Pence aurait pu obtenir la victoire de Donald Trump à la dernière minute.

Tout commence avec Fox News

Mais comment Donald Trump a-t-il eu connaissance de ce professeur de droit inconnu à la Maison Blanche? Michael Schmidt et Maggie Haberman, journalistes au New York Times, ont enquêté sur cette question. La réponse n'est guère surprenante, car une fois encore, tout a commencé avec Fox News.

Mark Levin est un commentateur-radio de droite qui aime adopter une facette «pseudo-intellectuelle». Chaque dimanche, il s’ébat sur Fox News jusque tard dans la nuit. L'un de ses invités était autrefois le susdit John Eastman. Et puisque Donald Trump regarde régulièrement le contenu de cette chaîne conservatrice, il a pu y découvrir le professeur de droit.

Peu après, John Eastman s'est retrouvé dans le bureau ovale. Pour commencer, il a expliqué à Donald Trump comment il pouvait saper la loi en vigueur jusqu'alors, selon laquelle tout enfant né aux Etats-Unis recevait automatiquement la citoyenneté américaine. Rien n'a été fait, même le procureur général William Barr n’a pas adhéré à cette proposition. Mais dès ce moment-là, John Eastman avait l'oreille de l'ex-président.

Après la défaite de Donald Trump à l’élection présidentielle, Eastman est devenu comme le «quarterback du président», écrit le New York Times. (Le quarterback est le joueur clé du football américain.) Corey Lewandowski, un proche conseiller de Donald Trump, a fait appel au professeur de droit ainsi qu'à une équipe à Philadelphie pour obtenir des conseils.

Le danger est loin d'être écarté

Plusieurs membres du personnel de la Maison Blanche étaient malades du Covid-19 à l'époque. Apparemment, un membre de l'équipe de Lewandowski a transmis le virus à John Eastman. Après la visite, le professeur de droit a été immobilisé pendant des semaines.

Ce dernier n’a été apte à reprendre ses fonctions que vers Noël 2020. Et les choses se sont accélérées. A Nouvel An, il a rédigé le mémorandum susmentionné et s’est rendu à Washington pour le faire valider par le vice-président.

Corey Lewandowski a peut-être transmis le virus à John Eastman.
Corey Lewandowski a peut-être transmis le virus à John Eastman.
Image: sda

Cependant, il y avait un hic. La manœuvre pouvait fonctionner seulement si les Etats, où les votes étaient disputés, avaient préalablement désigné un ensemble alternatif de représentants électoraux. Mais le temps a manqué pour mettre en place ce processus. Par conséquent, John Eastman a suggéré de reporter la certification des élections. Cependant, l’ex-vice-président Mike Pence n'a pas voulu s'en accommoder.

Une mauvaise planification et le Covid-19 ont ainsi empêché un éventuel coup d'Etat. Mais le danger est loin d'être écarté. Eastman reste convaincu que Donald Trump est le président légitime et veut continuer. «Je ne me plierai pas à l'opinion publique», a-t-il déclaré au New York Times. «Et je travaille avec plusieurs équipes qui examinent d'autres plans d'action.»

Il est de plus en plus probable que Donald Trump veuille se représenter aux élections en 2024. C'est pourquoi le New York Times commente: «Trump est incapable d'accepter la défaite. Cela signifie que le pays sera à nouveau en danger en 2024 d'une élection subvertie par Trump et ses partisans. La prochaine fois seulement, ils auront appris de leurs erreurs».

Article traduit de l'allemand par Charlotte Donzallaz

L'assaut du Capitole en images

1 / 6
L'assaut du Capitole en images
source: epa / michael reynolds
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'analyses sur les Etats-Unis

Pourquoi les évangélistes adorent Donald Trump

Link zum Artikel

Pourquoi le Financial Times compare-t-il les cryptomonnaies à QAnon?

Link zum Artikel

La justice se rapproche de plus en plus de Trump, qui devient nerveux

Link zum Artikel

Facebook confirme le bannissement de Trump, 6 questions que l'on se pose

Link zum Artikel

Analyse

La justice se rapproche de plus en plus de Trump, qui devient nerveux

Voir l’ex-président des États-Unis en prison est une éventualité qui devient réaliste.

Le portail d'information Politico affirme avoir remarqué une nette augmentation de la nervosité dans l'entourage de Donald Trump, et il y a de bonnes raisons à cela.

Le Washington Post a révélé que Cyrus Vance Jr, le procureur du district de Manhattan, a mis en place un grand jury contre la Trump Organization. Cela signifie que l'ex-président fera l'objet d'une enquête pour d'éventuelles infractions pénales, ce qui implique qu'il pourrait être condamné à une peine de prison. Le grand …

Lire l’article
Link zum Artikel