International
armes

Armes: deux élus exclus pour avoir manifesté à Nashville

Deux élus exclus pour avoir manifesté contre les armes à feu

Former Rep. Justin Jones, D-Nashville, Rep. Gloria Johnson, D-Knoxville, and former Rep. Justin Pearson, D-Memphis, raises their hands outside the House chamber after Jones and Pearson were expelled f ...
L'ancien député Justin Jones, à gauche, et le désormais ancien député Justin Pearson, ont tous deux été exclus.Image: sda
Une troisième élue démocrate, Gloria Johnson, elle aussi menacée d'exclusion pour les mêmes raisons, est parvenue à garder son siège.
07.04.2023, 05:1207.04.2023, 06:29
Plus de «International»

Deux élus démocrates du Tennessee ont été exclus jeudi de la Chambre des représentants de cet Etat américain, à majorité républicaine. Ils avaient manifesté il y a une semaine pour un meilleur encadrement des armes à feu après une tuerie dans une école.

Les élus ont voté en faveur de l'exclusion de Justin Jones et Justin Pearson, qui avaient rejoint le 30 mars des centaines de manifestants dans l'enceinte du Parlement, réclamant une régulation plus stricte des armes à feu quelques jours après une tuerie dans une école chrétienne de Nashville, la capitale de cet Etat du sud, au cours de laquelle six personnes ont perdu la vie, dont trois enfants.

Les protestataires étaient entrés dans le Capitole du Tennessee pour interpeller les élus locaux réunis en session:

«Qu'est-ce que nous voulons? Des régulations sur les armes! Quand est-ce que nous le voulons? Maintenant!»

Les deux trublions avaient notamment utilisé un mégaphone pour inviter les manifestants à crier des slogans tels que «Le pouvoir au peuple» et «Pas d'action, pas de paix», selon plusieurs médias américains.

Une situation nouvelle

«Un élu qui a exprimé son opposition peut être exclu, c'est du jamais-vu au Tennessee. Ce n'est jamais arrivé dans notre histoire», a réagi Justin Jones à la télévision américaine:

«Ce que le pays voit, c'est que nous n'avons pas de démocratie au Tennessee. Je vais continuer à les tenir pour responsables de leurs actions (...) Il ne s'agit pas seulement de moi, mais aussi d'essayer de réduire au silence et d'exclure le mouvement que nous essayons de porter.»

Une telle mesure est extrêmement rare aux Etats-unis. Le parlement n'avait exclu jusque-là, au cours de son histoire moderne, que deux élus, en 1980 et 2016.

Le 28 mars, Audrey Hale, 28 ans, avait forcé l'entrée d'une école primaire chrétienne, la «Covenant School», avec deux fusils d'assaut et un pistolet, semant la mort avant que la police ne l'abatte.

Notre analyse, suite à la fusillade:

Le drame, dont le mobile reste inconnu, a suscité un vif émoi et relancé le débat sur la circulation des armes à feu aux Etats-Unis, où elles représentent la première cause de mortalité pour les mineurs.

Président mécontent

«L'exclusion d'aujourd'hui d'élus qui ont participé à une manifestation pacifique est choquante, anti-démocratique et sans précédent», a fustigé le président américain Joe Biden, jeudi soir:

«Au lieu de débattre des mérites de la question, ces élus républicains ont choisi de punir, réduire au silence et exclure des représentants élus par la population du Tennessee»

Il est néanmoins très peu probable que l'appel du président soit entendu: les conservateurs, fervents défenseurs du droit constitutionnel à avoir des armes, s'opposent en effet à tout durcissement législatif notable au niveau fédéral. (ats/jch)

Un comédien trolle le patron de la NRA lors de leur convention annuelle
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les mystérieuses 900 pages qui prouvent la violence du projet Trump
Les démocrates de Joe Biden se mobilisent massivement contre un possible programme politique appelé «Project 2025» – l'un des nombreux plans pour la présidence de Trump – qui fait actuellement l'objet d'une grande attention. Mais que veut exactement ce plan?

En 2023, la «Heritage Foundation», un laboratoire d'idées conservateur, a publié sur plus de 900 pages ses recommandations pour une éventuelle présidence Trump. Ce n'est de loin pas le seul institut à vouloir porter ses propositions au futur président, mais c'est clairement celui qui défraie la chronique. Le document, connu sous le nom de «Project 2025», propose entre autres de licencier des milliers de fonctionnaires, d'étendre les pouvoirs du président, de dissoudre le ministère de l'Education et de réduire globalement les impôts.

L’article