DE | FR

La plus grande oeuvre sur toile vendue 62 millions de dollars

L'oeuvre

L'oeuvre "The Journey of Humanity" de Sacha Jafri est composée de 70 tableaux. Image: sda

L'oeuvre de l'artiste britannique Sacha Jafri, qui détient le record de la plus grande peinture sur toile au monde, a été vendue 62 millions de dollars (58 millions de francs) lors d'enchères à Dubaï.



Baptisée «The Journey of Humanity», l'oeuvre est composée de 70 tableaux. Réalisé par Sacha Jafri, il voulait que son oeuvre, inscrite dans le livre Guinness des records grâce à ses 1595,76 m2, suscite un mouvement humanitaire.

L'artiste comptait en effet récolter 30 millions de dollars pour financer des initiatives en matière de santé, d'hygiène et d'éducation pour des enfants de régions défavorisées à travers le monde. Pari gagné puisque la toile a été vendue le double.

Des enfants de 140 pays

Des enfants de 140 pays ont soumis des oeuvres pour qu'elles figurent dans la création du britannique, qui l'a achevée à la fin septembre, peu avant qu'elle ne soit validée comme «la plus grande toile d'art» au monde.

L'ensemble de l'oeuvre devait être vendu indépendamment au fil de l'année au profit de projets caritatifs. Mais un Français habitant Dubaï, entrepreneur dans les crypto-devises, a acheté le tout. «Je viens d'une famille pauvre et je sais ce que c'est que de n'avoir parfois rien à manger, mais je sais qu'au moins j'avais l'amour de mes parents, l'éducation, le soutien». (ats)

Plus d'articles «Actu»

Le manque de sport accroit le risque de décès du Covid

Link zum Artikel

Piccard a 1000 idées pour le climat, dont 9 qui vous touchent au quotidien

Link zum Artikel

Joe Biden envoie une délégation américaine non officielle à Taïwan

Link zum Artikel

Sofagate: le Parlement européen exige la fin des «querelles»

Link zum Artikel

Se faire enfoncer un coton-tige au fond du nez n'est pas sans risque

Les tests nasopharyngés pour détecter le Covid-19 sont pour la grande majorité bénins. L'Académie de médecine en France avertit, cependant, sur des complications graves en cas de test mal réalisé.

On les effectue à tour de bras, depuis le début de la pandémie. Ces prélèvements nasopharyngés qui, à la force d'un coton-tige enfoncé dans le nez très profondément, viennent détecter la présence ou non du Covid-19. Pourtant, ils ne seraient «pas sans risques».

C'est l'Académie nationale de médecine, en France, qui l'a dit jeudi. Citée par Le Monde et l'AFP, elle met en garde contre les prélèvements mal réalisés dans le cadre d'un test PCR ou rapide.

Si certaines complications peuvent être …

Lire l’article
Link zum Artikel